Bilan 2015 - Andrea Iannone aux portes de la gloire

Andrea Iannone poursuit sa progression en MotoGP. Après une première saison de pilote officiel convaincante, il parait mûr pour gravir les échelons qui le séparent du sommet de la catégorie reine.

Pour sa troisième année en MotoGP, le pilote italien s'est vu confier une Ducati Factory après deux campagnes d'apprentissage chez Pramac. Etre pilote officiel, cela signifie à la fois canaliser plus d'attention, susciter plus d'attentes et aussi être plus entouré par l'équipe technique et les dirigeants de la marque que l'on représente.

La pression s'est élevée d'un cran, mais Iannone a su réagir et les résultats n'ont pas tardé : premier podium dès le Qatar et première pole position deux mois plus tard. Une pole qui s'est rapidement transformée en petite polémique puisqu'il est passé tout près d'une pénalité pour faux départ.

Il fera à nouveau parler de lui en fin de saison en privant Valentino Rossi du podium en Australie, un crime de lèse-majesté qui ne saurait occulter le seul fait important dans cette anecdote : Andrea Iannone est un roc, son talent s'est affirmé et se double d'un caractère combatif qui peut le mener très loin.

Le nouveau leader chez Ducati

On l'a souvent jugé comme un vainqueur potentiel, mais c'est le seul cap qu'il n'a pas réussi à franchir cette année. Il s'est néanmoins distingué en prenant l'avantage sur son coéquipier, l'expérimenté Andrea Dovizioso, et en se battant longuement dans le trio de tête du Championnat. Si Dovizioso a placé la barre haut sur les cinq premières manches de la saison, son cadet l'a vite doublé : il l'a battu à treize reprises en qualifications et dix fois en course, pour finir par le devancer de 26 points dans la hiérarchie finale.

Andrea Iannone a su se mettre en évidence tout au long de l'année. Grâce à ses résultats mais aussi à une attitude de plus en plus dans le moule. Il a révélé de vraies qualités dans la transmission des informations à son équipe technique, un paramètre loin d'être anodin lorsqu'il s'est agi de faire progresser une GP15 arrivée sur le tard.

Sa saison a été émaillée de quelques erreurs personnelles, comme ce Grand Prix d'Espagne où il a sélectionné la cartographie pluie au moment de prendre le départ (sur le sec!) ou encore cet arrêt aux stand réalisé légèrement trop tard à Misano. Sa plus grosse faute restera sa chute à Valence, une conclusion décidément pas à la hauteur de sa saison.

Comme à son habitude, il s'est révélé dans les confrontations directes, avec pour seul bémol le podium argentin perdu face à Cal Crutchlow. Pourtant, les blessures l'ont accompagné dès le mois de mai, après une lourde chute en essais et des conséquences à mettre sur le compte d'une combinaison qui ne comportait pas d'airbag. Blessé à l'épaule et au bras, il a alors dû composer avec la douleur durant tout le reste de la saison et même gérer une rechute à la fin de l'été.

Sa progression a également été grippée par des soucis techniques (un problème moteur à Brno et Motegi) et une touche de malchance avec un radiateur troué par un caillou à Sepang. Sa fin de saison a été synonyme de déception avec trois abandons en quatre courses qui l'ont vu rétrograder au cinquième rang de la hiérarchie mondiale, et ce alors qu'il était par ailleurs protagoniste de l'une des plus belles courses de l'Histoire avec l'intense bagarre à quatre menée de bout en bout du Grand Prix d'Australie.

Une saison comme celle-ci appelle une suite et Andrea Iannone est indéniablement l'un des hommes les plus en vue à l'heure où le MotoGP s'apprête à aborder une année clé, au terme de laquelle les contrats de tous les pilotes officiels arriveront à échéance. L'an prochain, il aura à cœur de juger les progrès de la GP16 alors qu'il est désormais temps pour lui d'ouvrir son compteur de victoires. Si Ducati ne lui permet pas de franchir ce cap, gageons qu'il saura s'ouvrir d'autres portes.

Son manager, Carlo Pernat, témoignait cette année à Motorsport.com de sa confiance absolue dans la carrière qui attend son poulain : "Je suis convaincu que Iannone remportera le Championnat un jour ou l'autre, dans les trois ans maximum. Il a toutes les caractéristiques pour y arriver désormais. Il n'a peur de rien." Qui arrêtera donc Andrea Iannone?

Andrea Iannone en 2015

GP disputés

18

Meilleur résultat

2e (Italie)

Meilleure qualification

1er (Italie)

Victoires

0

Podiums

3

Meilleurs tours

1

Pole positions

1

Abandons

3

Points

188

Classement Championnat

5e

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Andrea Iannone
Équipes Ducati Team
Type d'article Contenu spécial
Tags bilan 2015