Bilan 2015 - Danilo Petrucci, surprenant outsider

partages
commentaires
Bilan 2015 - Danilo Petrucci, surprenant outsider
Par : Léna Buffa
13 janv. 2016 à 15:53

Danilo Petrucci a marqué les esprits en 2015, s'imposant comme l'un des pilotes satellites sur lesquels il faut indéniablement compter, tant son évolution a été évidente.

Danilo Petrucci, Pramac Racing Ducati
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing Ducati, Andrea Dovizioso, Ducati Team, et Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Podium : le deuxième Danilo Petrucci, Pramac Racing Ducati, le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing et le troisième Andrea Dovizioso, Ducati Team
Podium : le deuxième Danilo Petrucci, Pramac Racing Ducati, et le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP et Danilo Petrucci, Pramac Racing Ducati
Yonny Hernandez, Danilo Petrucci, Pramac Racing Ducati, Andrea Iannone et Andrea Dovizioso, Ducati Team sur la Piazza del Campo, Siena

Jusqu'à présent, sa deuxième place en Coupe du Monde Superstock 1000 en 2011 comptait comme le fait d'armes de sa carrière. C'est ce succès qui l'avait mené vers le MotoGP la saison suivante, mais durant trois ans il a dû se contenter discrètement d'une modeste CRT/Open.

L'offre du team Pramac lui a permis de prendre enfin en mains une machine plus compétitive, et ce même si c'est une Ducati GP14 qui lui a d'abord été confiée pour 2015 - une moto moins évoluée que celle de son coéquipier, Yonny Hernández. Petrucci ne s'est pas vexé de ce deux poids deux mesures et a tout fait pour saisir la chance qui lui était offerte.

Danilo Petrucci a la blague facile et un sourire en coin permanent. Mais son allure débonnaire masque en réalité un pilote investi, qui a beaucoup travaillé pour réussir son arrivée chez Pramac. Le patron de l'équipe ne lui avait de toute façon pas laissé le choix : puisqu'il est grand (1m80) et donc lourd, il devait perdre du poids avant le début de la saison! Une dizaine kilos en moins, grâce à un entrainement plus complet et plus intensif, et c'était un Petrucci affûté au possible qui s'alignait sur la grille de départ de la première manche d'une campagne qui allait le révéler.

Avec ce "pilote en phase d'apprentissage" comme le reconnait son ingénieur, l'expérimenté Daniele Romagnoli - qui a lui-même dû prendre ses marques au sein de l'équipe Pramac - le team italien a adopté une stratégie humble : avancer pas à pas était la solution idéale pour que Danilo Petrucci découvre sa moto et apprenne à la dompter.

Cette approche posée et bien construite a porté ses fruits, puisque l'on a vu le pilote italien prendre peu à peu confiance et se construire une compétitivité de plus en plus intéressante. De sa douzième place initiale à Losail, il s'est rapidement stabilisé autour de la neuvième et de la dixième positions. Parmi ses adversaires directs, il a vu Scott Redding marquer le pas, Maverick Viñales se rapprocher et Yonny Hernández être dépassé.

La récompense de ces progrès s'est avérée exceptionnelle. Alors que la pluie battait le bitume de Silverstone, fin août, la GP14 de Petrucci a créé la surprise en s'extrayant de la 18e place sur la grille pour se frayer un chemin vers les avant-postes. "J'ai attaqué très fort et à un moment donné je me suis retrouvé derrière Pedrosa et Lorenzo. Je n'avais jamais été dans cette situation, à part sur la Playstation!" s'étonnait lui-même l'Italien. Très à l'aise sous la pluie, il était deuxième à 3s de Valentino Rossi lorsque le drapeau à damier s'est abaissé. Un exploit!

C'est avec la GP14 qu'il s'est hissé sur le podium de Silverstone, avant de recevoir en récompense son évolution, la GP14.2. Pour fêter ce nouveau matériel, il s'est classé sixième à Misano, une confirmation - si besoin était - qu'il se trouvait dans une spirale positive.

Son résultat de Silverstone l'avait propulsé dans la lutte pour la huitième place du Championnat, néanmoins le Grand Prix de Saint-Marin a marqué un tournant, car la malchance s'est ensuite invitée dans sa saison. Jusque là systématiquement classé dans les points, Danilo Petrucci a connu l'abandon en Aragón et à Motegi et c'est finalement au dixième rang mondial qu'il s'est classé.

A ce léger bémol peuvent s'ajouter les Grands Prix de Catalogne, de Grande-Bretagne (sur le sec) et du Japon comme des points perfectibles à améliorer pour l'avenir, compte tenu des difficultés de réglages qu'il y a rencontrées. Mais combien de pilotes auraient aimé nourrir aussi peu de déceptions au cours de leur saison?

"Danilo a surpris tout le monde, parce que personne ne se serait attendu à ces résultats," reconnaît Daniele Romagnoli. "Il a réussi à entrer en Q2 à dix reprises, dont trois fois directement, il s'est classé onze fois dans le top 10. Et puis il y a eu l'extraordinaire deuxième place au Grand Prix de Silverstone. Aux stands, on a vécu des émotions dont tout le monde a été témoin."

"Danilo est un vrai combattant et un véritable pilote de course," poursuit l'ingénieur, conquis. "En course, sa ténacité a été déterminante pour aller presque toujours chercher le meilleur résultat, en pilotant avec lucidité et en pleine connaissance de ses capacités. Tout ceci se traduit par une extraordinaire dixième place dans ce Championnat extrêmement compétitif."

Danilo Petrucci en 2015

GP disputés

18

Meilleur résultat

2e (Grande-Bretagne)

Meilleure qualification

5e (Indianapolis)

Victoires

0

Podiums

1

Meilleurs tours

0

Pole positions

0

Abandons

2

Points

113

Classement Championnat

10e

Prochain article MotoGP
Aleix Espargaró change d'équipementiers

Article précédent

Aleix Espargaró change d'équipementiers

Article suivant

Contrat signé jusqu'en 2020 pour Brno et le MotoGP

Contrat signé jusqu'en 2020 pour Brno et le MotoGP

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Danilo Petrucci
Équipes Pramac Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Contenu spécial