Contenu spécial
Dossier

Contenu spécial

Le titre de Rookie de l'année, l'autre lutte à suivre en MotoGP

Alors que la lutte la plus imprévisible de l'ère moderne pour le titre suprême des Grands Prix moto s'apprête à reprendre et à faire rage pendant les trois dernières manches, les débutants de la catégorie MotoGP ont eux aussi leur propre bagarre à livrer.

Le titre de Rookie de l'année, l'autre lutte à suivre en MotoGP
Charger le lecteur audio

La saison MotoGP 2020 aura été exceptionnelle, et quelle que soit son issue on sait qu'elle gardera une place à part dans l'Histoire du Championnat du monde, qui fête cette année son 71e anniversaire. Certes, les Grands Prix moto n'ont pas échappé aux remous entraînés par la vague mortifère du coronavirus, mais l'attente en valait la peine : entamée avec quatre mois de retard, la saison a mené huit pilotes différents à la victoire lors des 11 premiers Grands Prix et, à l'heure de se lancer dans l'ultime sprint de trois courses, 14 candidats sont encore mathématiquement en lice pour le titre et 32 points couvrent les six premières places du championnat.

Les incessantes bagarres observées dans le peloton MotoGP comme à ses avant-postes auront été à couper le souffle cette année, et si la tendance se poursuit, la lutte pour le titre ne prendra fin qu'à l'arrivée de la dernière course, dans un peu plus de deux semaines au Portugal. Mais alors que tous les regards sont rivés sur l'opposition entre Joan Mir, Fabio Quartararo, Maverick Viñales, Franco Morbidelli, Andrea Dovizioso ou encore Álex Rins, une autre bataille mérite elle aussi toute notre attention.

La lutte entre les trois rookies de ce cru 2020 est relativement équilibrée avant ces trois dernières manches, qui d'après les instances sont bel et bien maintenues à ce jour en dépit de la recrudescence des cas de COVID-19. Les trois jeunes pilotes concernés conservent pour le moment une chance mathématique de l'emporter, compte tenu des 75 points encore en jeu. Au vu du déficit de 40 points affiché par Iker Lecuona, du team Tech3, il est cependant très probable que les honneurs reviendront soit à Brad Binder, pilote officiel KTM, soit à Álex Márquez, son homologue chez Honda, qui ont jusqu'à présent cumulé 67 points chacun.

Le classement des rookies

Pos. Pilote Pts Spain Spain Czech Republic Austria Austria San Marino Italy Spain France Spain Spain Spain Spain Portugal
1 South Africa Brad Binder 67 3/13 - 25/1 13/4 8/8 4/12 - 5/11 4/12 5/11 - - - -
2 Spain Álex Márquez 67 4/12 8/8 1/15 2/14 - - 9/7 3/13 20/2 20/2 - - - -
3 Spain Iker Lecuona 27 - - - 7/9 6/10 2/14 - 2/14 1/15 2/14 7/9 - - -

Une tendance à inverser pour Binder

Les deux pilotes qui se trouvaient au sommet du championnat Moto2 la saison dernière − Márquez ayant battu Binder pour le titre pour trois points seulement − reprennent donc leur duel, et tous deux ont connu une campagne 2020 pour le moins riche et étonnante.

Pendant la première moitié de la saison, décrocher le titre de Rookie de l'année semblait être une formalité pour Brad Binder. Même si Álex Márquez l'avait devancé au premier Grand Prix, la 13e place du Sud-Africain découlait d'une excursion hors piste dès le départ de la course, et son rythme aurait pu lui valoir de monter sur le podium sans cet incident. Et rebelote à la deuxième manche, où cette fois un accrochage avec Miguel Oliveira dès le premier virage a laissé Binder sur le carreau et permis à Márquez de quitter Jerez en solide leader de ce classement.

Le pilote KTM avait toutefois donné des signaux très prometteurs et cela s'est traduit à Brno par une sensationnelle victoire, la première à la fois pour lui et pour son constructeur. Quatrième du Grand Prix suivant, en Autriche, il a pris une avance de 24 points sur le pilote Honda, avant de marquer le pas avec une huitième place au Grand Prix de Styrie et une 12e au Grand Prix de Saint-Marin. Márquez n'ayant pas engrangé de points de son côté, Binder a malgré tout renforcé sa position. Depuis, il n'a cependant pas réussi à se hisser dans le top 10, ayant oscillé entre la 11e et la 12e place et connu deux abandons.

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

"On a vraiment eu des hauts et des bas cette année, mais ces derniers temps on a enchaîné pas mal de bas", constatait Binder à Alcañiz le mois dernier. "J'aimerais donc inverser la tendance et finir la saison comme je sais que je peux le faire. La vitesse est là, il me manque peut-être quelques dixièmes qui feraient une très grande différence. Je veux essayer de tout effacer et de prendre un nouveau départ à Valence."

La surprise Márquez

Si Binder avait créé la surprise en s'imposant dès sa troisième course, c'est Márquez qui a étonné à son tour par la suite, car la baisse de forme du Sud-Africain a coïncidé avec l'émergence du pilote Honda.

La version 2020 de la RC213V avait connu des débuts difficiles, notamment à cause d'un package aérodynamique causant de gros problèmes aux pilotes dans les virages tout au long des essais hivernaux. Le problème n'ayant été diagnostiqué qu'au dernier jour des tests de Losail, l'intersaison s'était révélée en grande partie inutile, une situation d'autant plus complexe pour un pilote ayant tout à découvrir de la machine et de la catégorie.

Ces difficultés hivernales couplées à un agenda concentré quasi-exclusivement sur les courses une fois la saison lancée ont fait que le Champion du monde Moto2 en titre n'a eu que très peu d'opportunités de travailler sur sa machine pour chercher à s'y adapter de mieux en mieux. Bien qu'il ait marqué des points lors des quatre premières manches, il était loin du podium auquel Binder pouvait prétendre régulièrement, et plus encore de la victoire que le Sud-Africain avait pu décrocher. C'est finalement son week-end le plus difficile qui a marqué un tournant, un Grand Prix de Saint-Marin désastreux au cours duquel il s'est qualifié en 21e position et a terminé 17e.

De retour en piste deux jours plus tard pour des tests, le pilote espagnol a essayé de nombreuses nouvelles pièces, et notamment un nouvel amortisseur, un nouveau châssis et un empattement modifié. Le week-end suivant, sur la même piste, il s'est hissé à la septième place en course, lançant dès lors une spirale bien plus positive. Par deux fois, il est ensuite monté sur le podium, d'abord sur le mouillé au Grand Prix de France puis sur le sec au Grand Prix d'Aragón, passant alors tout près de la victoire. Sur les cinq courses disputées depuis le Grand Prix d'Émilie-Romagne, Binder a marqué 14 points tandis que Márquez, passé à la vitesse supérieure, en a empoché 52 !

"Quand un pilote rejoint une nouvelle catégorie, il a besoin de suivre un processus d'adaptation", a expliqué Ramon Aurin, chef mécanicien du #73, à Motorsport.com. "Certains s'adaptent plus vite que d'autres. Dans le cas d'Álex, je dirais que jusqu'à présent, il a avancé étape par étape, mais il est toujours allé de l'avant. Personne ne s'attendait probablement à ce que [le podium] arrive si vite."

Alex Marquez, Repsol Honda Team , Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

L'absence de Marc Márquez, le frère d'Álex et leader naturel du clan Honda, a peut-être été −  d'une manière peu réjouissante − une bénédiction pour le jeune pilote, car cela a forcé Honda à faire son possible pour adapter la RC213V aux autres pilotes du groupe, au style moins singulier. Il ne fait toutefois aucun doute que le Catalan a bel et bien été à la hauteur du défi, même si le HRC a déjà organisé son transfert vers LCR pour la saison prochaine. On parle tout de même d'une moto qui a précipité la fin de carrière du triple Champion du monde Jorge Lorenzo, et il n'était pas réaliste de s'attendre à ce que le jeune Márquez réussisse immédiatement.

La KTM, quant à elle, a beau être encore une jeune machine, elle a connu jusqu'à la récente perte de ses concessions un développement permanent et intensif. Celle que Binder a utilisée lors du premier test de l'année en Malaisie était ainsi radicalement différente de la RC16 sur laquelle il avait fini dernier du test d'après-saison à Valence, en novembre 2019. Le vaste programme d'essais du constructeur autrichien, dans lequel Dani Pedrosa joue un rôle clé mais auquel les titulaires ont aussi grandement participé jusqu'à cet été, lui a donné un avantage certain sur plusieurs circuits, notamment Brno et le Red Bull Ring. En revanche, il s'est avéré surprenant de voir les machines de Mattighofen en difficulté lors du premier Grand Prix disputé à Misano, sachant que les pilotes de course eux-mêmes y avaient roulé en juin, et y compris Brad Binder qui avait fait à cette occasion son retour en piste après avoir été bloqué en Afrique du Sud pendant le confinement. Álex Márquez, pour sa part, n'a pas eu les mêmes possibilités avec Honda en dehors des rares tests officiels organisés cette année.

Le circuit Ricardo Tormo, près de Valence, qui accueille les deux prochains Grands Prix, mettra les deux rookies sur un pied d'égalité, puisque tous deux connaissent le circuit pour y avoir roulé au guidon de leur MotoGP il y a un an. À l'époque, ils avaient fini le test séparés de 0"132, au bas de la feuille des temps. Quant à leur expérience passée, elle met en lumière deux victoires de Binder en Moto2 et en Moto3, tandis que Márquez compte pour meilleur résultat sa deuxième place en Moto2 en 2018.

Alex Marquez, Repsol Honda Team

Concernant les équipes, il convient de souligner que Dani Pedrosa a effectué des essais privés sur place à la fin du mois dernier, ce qui pourrait éventuellement apporter un avantage à KTM. Attention toutefois à la météo, car si les deux manches de Valence se déroulent dans des conditions fraîches, celles-ci n'ont pas convenu à KTM à Barcelone et lors de la première course d'Aragón, principalement parce que les températures n'étaient pas adaptées aux pneus avant les plus durs qui ont leur préférence. Un cap a toutefois été franchi lors du Grand Prix de Teruel, grâce à la mise en pratique de réglages expérimentés dans le stand Tech3 et qui ont permis d'inverser la tendance.

L'autre élément à garder en mémoire avant de se lancer dans ce premier week-end à Valence, c'est qu'il s'agit de la seule autre piste, avec le MotorLand justement, à tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre cette saison. Or la bonne performance de Márquez en Aragón peut en partie être attribuée à la nature du circuit, qui convient à la fois à la RC213V et à son pilotage. Les pilotes Honda ont remporté le Grand Prix de Valence cinq fois au cours des dix dernières années, et bien que la configuration plus serrée du tracé ne convienne pas nécessairement à la moto actuelle, la façon dont la RC213V se comporte lorsque l'adhérence est mauvaise jouera en faveur de Márquez, tout comme la capacité de la Honda à générer de la chaleur dans le pneu avant.

Lecuona, absent malheureux

En l'état actuel des choses, Iker Lecuona conserve une chance mathématique de remporter ce championnat dans le championnat, seulement ses 40 points de retard sur ses deux adversaires annonçaient une tâche titanesque. Il pouvait malgré tout compter sur les nombreux rebondissements de cette saison, sur une météo possiblement pluvieuse pour les prochaines manches et sur la grande inconnue que représente Portimão, hôte du dernier Grand Prix.

C'était avant que l'autre paramètre indissociable de cette saison ne vienne s'inviter dans l'équation, puisque le jeune pilote espagnol est écarté du Grand Prix d'Europe après avoir été identifié comme cas contact au COVID-19 et placé à l'isolement pour dix jours. On le reverra, au plus tôt, la semaine prochaine au Grand Prix de Valence, et ses chances pourraient déjà s'être envolées entre-temps.

Natif de Valence, c'est sur ce Grand Prix que Lecuona a fait ses débuts en MotoGP l'année dernière en remplacement de Miguel Oliveira, blessé. Cette année, ses meilleurs résultats sont ses neuvièmes places aux Grands Prix d'Autriche et de Teruel, dans une saison de rookie globalement difficile. Cette dernière manche en date lui a également valu une qualification à la 11e position, ce qui en fait son meilleur week-end à ce stade, galvanisé par ce changement de réglages dont a également profité Pol Espargaró sur la RC16 d'usine pour inverser la tendance sur le MotorLand.

Selon toute vraisemblance, le prix de Rookie de l'année sera donc attribué à Brad Binder ou Álex Márquez le 22 novembre, au soir de la dernière manche. Deux pilotes méritants, mais pour qui la récompense n'aurait sans doute pas la même importance, puisque l'un est assuré de rester pilote officiel en 2021 lorsque le plus expérimenté du groupe quittera le navire, alors que l'autre se confronte en permanence à la critique acerbe d'observateurs le comparant aisément à son extraterrestre de frère. Álex Márquez ne souhaite plus qu'on lui parle de Marc en cette fin de saison, et il a la ferme intention de prouver seul qu'il a bel et bien mérité sa place et été à la hauteur des défis multiples de cette saison 2020.

Iker Lecuona, Red Bull KTM Tech 3
partages
commentaires

Voir aussi :

Pour Lorenzo, Quartararo et Viñales n'ont pas montré leur envergure
Article précédent

Pour Lorenzo, Quartararo et Viñales n'ont pas montré leur envergure

Article suivant

Espargaró doute que Lorenzo soit un bon choix pour Aprilia

Espargaró doute que Lorenzo soit un bon choix pour Aprilia
Charger les commentaires