Brad Binder : Il est "très tôt" pour songer au titre

Étonnant deuxième au Grand Prix du Qatar, Brad Binder veut garder la tête froide et estime que KTM a encore du travail pour tirer le meilleur de sa moto. Le Sud-Africain sent néanmoins que le potentiel est là pour être régulièrement aux avant-postes.

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

Peu de monde aurait parié sur le podium de la première course de la saison à Losail, à commencer par l'un de ses protagonistes, Brad Binder, premier surpris par sa deuxième place. La KTM n'avait jamais brillé sur cette piste, la marque n'ayant placé qu'un seul pilote dans le top 10 avant l'édition 2022, lors du GP de Doha disputé l'an passé. Faut-il voir dans le podium de Binder le signe que la firme autrichienne sera une prétendante à la couronne mondiale cette année ?

"C'est juste une course, il est encore très tôt", a préféré tempérer le #33. "Je crois qu'on va aller sur beaucoup de pistes complètement différentes et affronter des scénarios complètement différents à l'avenir, donc il faut qu'on garde les pieds sur terre et qu'on continue à travailler. Je crois qu'on est encore loin de là où l'on doit être et il faut juste qu'on continue [à travailler] jusqu'à ce qu'on y arrive." 

Les progrès de KTM dans le turning laissent néanmoins penser que la RC16 sera capable de jouer les rôles sur une plus grande variété de circuits, et peut-être même chaque week-end. "Je voudrais dire que oui, mais je ne veux pas nous porter malheur !" s'est amusé Binder sur le site officiel du championnat. "Je crois vraiment qu'on a ce qu'il faut pour courir devant chaque semaine, notre moto fonctionne incroyablement bien, et plus que tout j'ai vraiment confiance dans l'avant et je sais qu'on peut progresser à l'arrière. Quand on l'aura fait, je pense que ça va vraiment nous donner un package super fort." 

Le double vainqueur de courses en MotoGP a également identifié une marge de progrès dans l'électronique, dont les réglages n'étaient pas optimisés au Qatar : "J'ai découvert qu'on était peut-être un petit peu trop prudents, qu'on avait trop peu de traction control à certains endroits où je n'arrivais pas à avoir la motricité dont j'avais besoin. Mais on ne peut bien sûr pas vraiment changer ça en course donc quand je l'ai remarqué, je me suis dit que j'aurais aimé le remarquer plus tôt."

Brad Binder

Brad Binder

"Il y a quelques domaines en course où l'on peut progresser. Mais j'ai vraiment une équipe incroyable derrière moi. Commencer à ce niveau, c'est incroyable. À partir de là, il faut juste qu'on reste concentré, qu'on continue à travailler. Notre package est encore relativement nouveau et je pense qu'il reste du chemin donc je me sens confiant." 

KTM a appris à exploiter sa nouvelle moto

Brad Binder était bien loin de cette confiance un mois avant l'entame de la saison. Les tests de pré-saison ont troublé les pilotes, en difficulté pour régler une moto à l'équilibre transformé par de profonds changements aérodynamiques, mais l'équation était déjà résolue quand ils ont repris la piste en Indonésie.

"C'est vrai que quand je suis parti de Sepang, je n'étais pas content du tout. Je n'étais pas sûr de ce qui se passait, mais une fois que les gars ont eu le temps de bien étudier les données avec notre nouveau package, ils ont compris exactement ce dont on avait besoin pour régler nos soucis. Dès qu'on est allé à Mandalika, ils ont d'emblée résolu nos problèmes."

"Tout est encore assez nouveau pour nous, donc je pense qu'il reste encore du chemin et il faut qu'on fasse encore d'autres essais pour vraiment exploiter tout le potentiel de notre package. Mais en général, je ne pourrais assez remercier KTM. C'est une piste qui est super difficile pour nous et c'est incroyable de penser qu'on est sur le podium [au Qatar] !"

Brad Binder

Brad Binder

La KTM version 2022 n'est pas une révolution par rapport au modèle utilisé l'an passé mais la palette de réglages n'est plus la même et son comportement est plus sain quand les conditions de piste sont peu favorables : "Franchement, certaines choses sont inchangées et beaucoup de choses sont très différentes, alors il est difficile de pointer exactement ce dont il s'agit."

"Mais si on prend le set-up de base qu'on utilisait auparavant et celui qu'on utilise actuellement, ce sont deux motos complètement différentes. Il est clair que ça fonctionne mieux et je suis plus à l'aise avec. Je pense que ça nous permet d'avoir plus de marge, surtout quand il n'y a pas de grip ou que les choses sont imparfaites, qu'on a un peu de mal, donc on n'a pas besoin de piloter à la limite. Je suis très content de la manière dont la moto fonctionne."

Et même si Binder se garde de tout pronostic pour la suite de la saison, il estime n'avoir jamais été si bien armé : "Je pense que notre moto est vraiment solide à l'heure actuelle. L'année dernière, il y a eu des moments où je pensais que j'aurais pu faire beaucoup mieux que ce que j'avais fait, mais franchement [au GP du Qatar] ma moto a incroyablement bien fonctionné."

"Je pense qu'on peut encore tirer plus de ce package, c'est certain, mais ma sensation générale sur la moto c'est que je n'avais encore jamais fait une distance de course durant laquelle je m'étais senti aussi à l'aise du début à la fin, alors chapeau au team, ils ont fait un travail incroyable. Il faut juste qu'on attende de voir ce que ça va donner par la suite et j'espère qu'on pourra continuer à progresser."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Suzuki s'est senti piégé par un rythme de course trompeur au Qatar
Article suivant Bastianini espère que sa forme ne sera pas éphémère

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France