Crutchlow se sent différent des "robots corporate" des autres équipes

La franchise et le langage parfois fleuri de Cal Crutchlow ont fait de lui un personnage à part en MotoGP. Le nouveau pilote d'essais de Yamaha estime que cette attitude lui a permis de gagner une popularité singulière auprès des supporters.

Crutchlow se sent différent des "robots corporate" des autres équipes
Charger le lecteur audio

Les grilles de départ du MotoGP vont perdre l'un de leurs personnages les plus truculents cette année puisque Cal Crutchlow a renoncé à une place de titulaire, le team LCR s'étant séparé de lui et l'offre d'Aprilia ne l'ayant pas séduit. Au cours de ses dix saisons dans la catégorie, le Britannique s'est illustré par un franc-parler qui tranche avec le discours de plus en plus policé de la majorité de ses concurrents.

Si cette sincérité a pu lui jouer des tours, les constructeurs se méfiant d'une telle liberté de parole, elle a également contribué à faire de Crutchlow un personnage apprécié des passionnés et de certains sponsors. Le principal intéressé estime que son attitude lui a permis de gagner un certain respect auprès du public.

"Je dis ce que je dis parce que c'est ce en quoi je crois", a déclaré à Crash.net celui qui est désormais pilote d'essais de Yamaha. "Que ce soit bien ou pas de le dire, il est difficile de le savoir ! Mais je ne vais pas mentir, je dirai la vérité ou ce que je ressens. C'est pour ça que j'ai de bonnes relations avec les médias – oui, c'est sûr, ils m'ont parfois mis dans la merde, mais au final les gens m'ont respecté parce que j'étais différent."

Lire aussi :

"Je suis différent des robots qui donnent tous l'image corporate et les réponses corporate que les constructeurs attendent. Je pense que ça a bien fonctionné pour moi, et aussi pour mes sponsors. J'ai gardé les mêmes sponsors de nombreuses années, je figure parmi les athlètes avec qui Monster est lié depuis le plus longtemps."

Cal Crutchlow attribue cette popularité singulière à une certaine simplicité, sa sincérité le rendant plus proche du public que des pilotes selon lui assez déconnectés des réalités, même s'il a conscience que ce comportement peut à l'inverse déplaire à certains.

"Je crois que c'est lié à ma personnalité. Je suis plus proche [des gens] – les gens ont tendance à nous voir comme des héros ou quelque chose que nous ne sommes pas. Nous sommes juste bons dans notre boulot. Comme d'autres sont bons dans leur boulot. Je pense que c'est pour ça que j'ai eu un bon lien avec les gens qui ne sont pas impliqués [dans le monde de la course], parce qu'au final ils ne sont pas différents de moi. Alors que, comme on le sait, beaucoup de pilotes pensent qu'ils sont au dessus des autres parce qu'ils sont dans une situation privilégiée."

"Mais au final, j'ai toujours dit ce que je ressentais et on lit en moi comme dans un livre ouvert. Si certains le prennent comme de l'arrogance ou quoi que ce soit, ça me va. Je pourrai quand même dormir tranquille. Mais je crois que les gens m'apprécient grâce à ça."

Lire aussi :

Cette sincérité a poussé Cal Crutchlow à éviter les luttes politiques au cours de ces dix saisons au plus haut niveau mais il reconnaît aujourd'hui une certaine lassitude, appuyée par le rythme éreintant des saisons, avec des déplacements aux quatre coins de la planète qui l'ont souvent tenu éloigné de ses proches. Père d'une fille depuis 2016, celui qui sera en charge des essais sur la Yamaha a déjà demandé à sa nouvelle équipe de lui ménager du temps pour pouvoir rester auprès de sa famille.

"La chose la plus importante est que je veux emmener Willow [sa fille] à l'école. J'ai déjà essayé de prévoir avec Yamaha de ne pas faire d'essais quand elle ira à l'école pour la première fois. C'est important pour moi et sincèrement, je pense que je me suis arrêté au bon moment."

"Ce qui ne me manquera pas, et ce qui explique ma décision, ce sont les voyages et l'aspect politique de la compétition. J'ai fait avec pendant longtemps, je pense que j'ai fait un bon travail pour gérer ça du mieux possible, mais on ne peut pas gérer ce qu'il se passe entre constructeurs, les règlements, etc. C'est ce qui ne me manquera pas. Mais peut-être que c'est juste que je n'aime pas me conformer aux règles !"

partages
commentaires

Voir aussi :

Johann Zarco : sérénité et "grandes ambitions" pour attaquer 2021
Article précédent

Johann Zarco : sérénité et "grandes ambitions" pour attaquer 2021

Article suivant

Pour Lorenzo, la Yamaha n'est plus aussi complète qu'à son époque

Pour Lorenzo, la Yamaha n'est plus aussi complète qu'à son époque
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021