Crutchlow espère "quitter les stands sans caler !"

D'abord réticent, Cal Crutchlow a accepté de remplacer Franco Morbidelli pour ne pas perdre ses repères sur une Yamaha qu'il n'a plus pilotée depuis le mois d'avril. L'Anglais se fixe des objectifs modestes pour son retour.

Crutchlow espère "quitter les stands sans caler !"

Huit mois après avoir pris sa retraite sportive, Cal Crutchlow fait son retour à la compétition au Grand Prix de Styrie, en remplacement de Franco Morbidelli dans le team Petronas pour au moins trois manches, l'Italien restant convalescent après son opération du genou. Celui qui est devenu pilote d'essais de Yamaha cette année est le premier surpris à faire son retour à la compétition.

"C'est étrange parce que j'ai pris ma retraite et je suis déjà de retour !" s'est amusé Crutchlow en conférence de presse à Spielberg. "C'était une décision commune entre Yamaha, Petronas SRT et moi pour revenir pour trois ou quatre courses. Malheureusement Franco est blessé et on espère qu'il va vite revenir, ça ne fait aucun doute. J'espère qu'il reviendra vite."

Franco Morbidelli était déjà forfait au Grand Prix des Pays-Bas et Cal Crutchlow avait été appelé en renfort mais il avait refusé la proposition, préférant se consacrer à des tests prévus à Motegi en juillet en août et finalement annulés en raison des difficultés pour rejoindre le au Japon dans le cadre de la pandémie de COVID-19 : "Mon contrat prévoit des remplacements mais ce n'est pas imposé. C'est pour ça que je n'ai pas fait Assen, c'était mieux de ne pas le faire parce que je devais partir le mardi soir. Je devais faire un test au Japon, donc j'ai dit que je ne voulais pas faire [la course]. Je crois que c'était la bonne décision."

Lire aussi :

Ces trois courses arrivent en effet au moment idéal puisqu'avec l'annulation de ses deux séances au Japon, Crutchlow courrait le risque de passer six mois sans le moindre roulage, une période trop longue pour que son rôle d'essayeur reste pertinent : "Ça veut dire que j'aurais passé trop de temps sans rouler. Je n'ai piloté aucune moto depuis le test en avril et je vais la piloter ce week-end. Donc si vous me voyez à l'arrêt dans les stands, c'est que j'ai calé sur la moto et que je ne sais plus comment partir du garage ! Sinon, je n'aurais pas roulé avant octobre et ça aurait été une durée trop longue. Je pense que c'est mieux pour tout le monde d'être sur la grille avec une bonne équipe. On verra comment le week-end se passera."

Ayant perdu le rythme de la compétition et sans le moindre roulage depuis quatre mois, Cal Crutchlow affiche donc des objectifs modestes ce week-end : "Déjà, quitter les stands sans caler sur la moto !" insiste l'Anglais, conscient que la lutte avec des pilotes au sommet de leur forme et sur la machine hybride de Morbidelli, basée sur le modèle de 2019 et de plus en plus dure à comparer aux autres Yamaha, sera difficile : "Quand on ne roule pas pendant cinq mois, il y a un gros point d'interrogation en revenant dans une catégorie MotoGP plus rapide que jamais, avec des pilotes très expérimentés et talentueux qui ont roulé toute l'année."

"Mon état d'esprit a changé. J'ai pris ma retraite parce que je le voulais et les tests sont fantastiques. Mais ça ne veut pas dire que je ne vais pas tout donner. Je vais donner des informations. La moto de Franco est très différente des autres donc ça sera bien de la piloter. Je l'ai déjà pilotée une fois au Qatar donc je veux faire mon travail, des tests, mais malheureusement c'est sur un week-end de course."

Jorge Lorenzo, qui occupait le rôle de pilote d'essais de Yamaha l'an passé, n'a que très peu roulé durant la saison. Son successeur reconnaît que le constructeur japonais doit encore muscler son programme mais il sent des progrès : "Je pense que l'équipe d'essais de Yamaha est encore en développement pour pouvoir faire plus d'essais en Europe, ce qui serait positif. Mais je pense aussi qu'ils font mieux que l'an dernier. J'aimerais aussi faire plus d'essais donc on verra comment ça se passera dans la suite de l'année parce que des tests sont prévus après ces trois courses."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Biaggi et Márquez saluent le départ de Rossi, leur ancien rival

Article précédent

Biaggi et Márquez saluent le départ de Rossi, leur ancien rival

Article suivant

Dani Pedrosa va tester des pièces pour 2022 au GP de Styrie

Dani Pedrosa va tester des pièces pour 2022 au GP de Styrie
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021