La der des ders pour un Cal Crutchlow serein à l'heure de la retraite

Cal Crutchlow affiche sa tranquillité à l'heure de mettre un terme à sa carrière MotoGP, convaincu d'avoir fait le bon choix.

La der des ders pour un Cal Crutchlow serein à l'heure de la retraite

Une semaine après l'annonce de son transfert chez Yamaha au poste de pilote d'essais, Cal Crutchlow entame son dernier Grand Prix, au Portugal. Celui qui porte le numéro 35 sur son carénage mettra donc un terme à sa carrière en compétition à 35 ans, après dix ans d'implication en MotoGP. Il était arrivé en Grand Prix après un passage bref mais remarqué dans les dérivées de la série, avec à la clé un titre WorldSSP et trois victoires en WorldSBK.

En MotoGP, il a d'abord défendu les couleurs de Tech3 pendant trois ans, avec quatre podiums à la clé et la cinquième place du championnat en 2013, avant de tenter l'aventure Ducati pour un an seulement et de se lier par la suite durablement à Honda. C'est avec la marque à l'aile dorée qu'il a atteint la victoire, devenant en 2016 le premier pilote britannique à s'imposer dans la catégorie reine depuis Barry Sheene… 35 ans plus tôt.

À l'heure de clore ce chapitre majeur de sa vie, Crutchlow apparait serein, s'estimant "privilégié d'avoir été là pendant dix ans" et d'avoir eu un tel parcours. "J'ai travaillé avec des gens supers, dans de supers équipes, sur de superbes motos. Ça a été un privilège", affirme-t-il. "Il y a dix ans, je ne pensais pas que je ferais ce que j'ai fait, j'ai dépassé mes propres attentes. J'ai travaillé avec des personnes importantes, de grandes équipes. Je crois qu'il n'y a nulle part où je ne me sois pas super bien entendu avec les gens dans le garage, et ce sera super de boucler la boucle avec le constructeur qui m'a amené ici en Grand Prix."

Lire aussi :

"Je me sens heureux et content d'arriver sur un si beau circuit, où j'ai de bons souvenirs après y avoir gagné le titre World Supersport et obtenu de bons résultats en Superbike", souligne le pilote LCR, l'un des rares à avoir déjà couru à Portimão. "Je n'ai pas participé au test le mois dernier, mais je connais le circuit et ce n'est pas comme si j'y arrivais à l'aveugle. C'est une épreuve fantastique et c'est chouette que ce soit celle-ci la dernière."

"Il s'agit d'un nouveau circuit pour la majorité des pilotes et je suis sûr que tout le monde va se donner à 100%. Je pense qu'il va convenir à certaines motos et moins à d'autres. Ce sera fun car je pense que l'on verra une belle course, avec différentes portions de la piste qui conviendront à différents pilotes et différentes motos. Je me sens bien en arrivant sur cette dernière course en compétition."

Un choix de vie

Touché par plusieurs lourdes blessures ces dernières saisons, Cal Crutchlow a souvent hésité quant à la suite à donner à sa carrière. Ce sont finalement les circonstances qui l'ont poussé à quitter Honda, Álex Márquez ayant été nommé pour le remplacer chez LCR la saison prochaine, et l'offre de Yamaha pour développer la M1 a fini de le convaincre. Sitôt son choix fait, il a compris que c'était le bon.

"J'en ai bien entendu parlé avec ma famille et avec Lucy [sa femme, ndlr] quand [l'offre de Yamaha] est arrivée. C'était ce que je voulais faire et elle le savait. Je ne pouvais pas continuer comme ça", expliquait-il le week-end dernier.

"[Vendredi], nous avons dit à Willow [sa fille, ndlr] que son papa ne courrait plus l'année prochaine. Elle était à l'arrière de la voiture, on lui a dit que je ne courrais pas l'année prochaine, et elle a dit : 'Ça veut dire que tu seras plus souvent à la maison ?'. J'ai répondu que oui et elle s'est mise à pleurer de joie. C'est ça la différence, et je sais que j'ai pris la bonne décision pour moi, ma famille et mon avenir."

"Passer du temps avec Lucy et Willow, c'est quelque chose que nous n'avons pas pu faire cette année en particulier. En voyant Willow réagir comme ça, j'ai su que j'avais pris la bonne décision. Je le savais déjà de toute façon, mais c'était bien d'en avoir la confirmation de ma fille."

Avec Guillaume Navarro

Cal Crutchlow, Team LCR Honda

partages
commentaires
Rossi aurait arrêté en 2012 sans la confiance de Yamaha
Article précédent

Rossi aurait arrêté en 2012 sans la confiance de Yamaha

Article suivant

EL1 - Oliveira chez lui au terme d'une séance découverte au Portugal

EL1 - Oliveira chez lui au terme d'une séance découverte au Portugal
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021