MotoGP
26 mars
EL1 dans
17 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
24 jours
16 avr.
Prochain événement dans
38 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
51 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
79 jours
03 juin
Prochain événement dans
86 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
100 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
156 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
170 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
184 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
191 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
205 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
226 jours
28 oct.
Prochain événement dans
233 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
247 jours

Crutchlow souhaite une saison 2021 plus paisible

Après une année très troublée par le COVID-19, Cal Crutchlow espère que le MotoGP vivra une année plus tranquille en 2021. La sienne sera forcément différente dans son nouveau rôle de pilote d'essais chez Yamaha, après une décennie comme titulaire qui lui a permis de voir l'évolution de la catégorie.

L'année 2020 restera associée au coronavirus dans les mémoires, ainsi qu'aux conséquences de la pandémie tout autour du monde. En MotoGP, la saison n'a pu débuter qu'au mois de juillet et le calendrier a été remodelé, proposant 14 courses, toutes sur le continent européen et la moitié sur le sol espagnol. La catégorie a publié un calendrier 2021 composé des rendez-vous habituels mais l'incertitude demeure sur le déroulement de la saison à venir.

Cal Crutchlow, qui se savait remplacé dans le team LCR, a préféré ne pas disputer cette saison 2021 malgré une offre d'Aprilia, pour accepter un poste de pilote de pilote d'essais chez Yamaha. Conscient que les pilotes du MotoGP ont été privilégiés au cours de l'année 2020, il souhaite néanmoins à ses camarades une saison plus paisible et un retour à la normale.

"Je n'espère pas [une année aussi troublée] pour les pilotes, pour les supporters, pour les mécaniciens, pour tout le monde sur la planète", a déclaré le pilote britannique. "Cette année a été étrange, et très difficile pour les gens, d'abord hors de ce paddock. Nous sommes très, très privilégiés d'avoir fait ce que nous avons fait cette année. Beaucoup de gens ont vraiment souffert dans le monde. Évidemment, quand on fait des courses, que ce soit en tant qu'équipe ou organisation, on est tourné vers le paddock, on ne pense pas à ce qui se passe en dehors. On y pense, mais je veux dire qu'on a été chanceux de pouvoir faire [la saison]."

Lire aussi :

Crutchlow souhaite aussi aux pilotes un calendrier "plus étalé" après des séries éreintantes de trois courses en trois week-ends en 2020. Quel que soit le rythme des Grands Prix la saison prochaine, le natif de Coventry sait qu'il n'aura pas à le subir dans son nouveau rôle avec Yamaha, un changement fondamental dans sa vie puisque depuis son arrivée en WorldSSP en 2005, il a enchaîné les saisons tout autour de la planète. La pandémie de COVID-19 a en plus compliqué les déplacements en 2020 et il a senti qu'il était temps de changer de rôle.

"J'ai voyagé pendant 15 ans", a rappelé Crutchlow dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com"C'est différent, c'est très étrange cette année. Je ne veux pas m'inquiéter de passer un test [PCR] à chaque fois que je quitte le paddock, pour être sûr de ne pas transmettre [le virus] à Lucy [son épouse, ndlr] et Willow [sa fille]. Je pense que c'est le bon moment pour faire ce que je fais."

La saison 2021 de Cal Crutchlow ne sera pas pour autant celle d'un retraité de la compétition. Yamaha devrait reprendre un programme d'essais plus intensif pour développer sa M1 et il pourrait être appelé en course, comme remplaçant ou en tant que wild-card. Le pilote compte rester aussi actif que possible, tout en passant plus de temps auprès des siens.

"Personnellement, professionnellement, je pense que je peux faire quelque chose dans le même championnat, avec une autre profession. J'ai fait tout ce que je voulais et tout ce que je pouvais. Évidemment, je voulais gagner plus de courses mais j'ai dépassé mes attentes en MotoGP. Au final c'était ma décision, mais évidemment je veux que ma famille soit impliquée et elles seront bien plus heureuses de m'avoir beaucoup plus à la maison, c'est certain."

"Je ne vais jamais m'arrêter, m'assoir dans un fauteuil et fumer un cigare. Je vais toujours faire du vélo, je resterai en forme, je ferai toujours d'autres choses. Mais je pense que le moment est venu de faire ça, c'est très bien pour ma famille et moi."

Cal Crutchlow quitte la compétition après dix saisons en MotoGP. L'Anglais a rejoint la catégorie en 2011 dans le team Tech3, au guidon d'une Yamaha, marque avec laquelle il avait conquis le titre en WorldSPP deux ans plus tôt. L'équipe de Bormes-les-Mimosas lui a permis de conquérir ses six premiers podiums, avant qu'il rejoigne Ducati pour la saison 2014, sa seule avec une machine d'usine. C'est avec le team LCR que Crutchlow a passé les six années suivantes, devenant au Grand Prix de République Tchèque 2016 le premier pilote  à s'imposer avec une machine satellite depuis 2006. Deux succès supplémentaires, en Australie en 2016 puis en Argentine deux ans plus tard, sont venus enrichir son palmarès, lui permettant au passage de bénéficier d'un soutien officiel de Honda.

Ces dix saisons au plus haut niveau ont permis à Crutchlow de voir la mue du MotoGP, l'électronique prenant une place prépondérante et les écarts entre équipes d'usine et teams satellite se réduisant, grâce à un équipement de plus en plus proche, des évolutions qu'il salue. "Je pense que nous sommes tous très chanceux de piloter à cette époque et de la manière dont le MotoGP est devenu compétitif, particulièrement ces cinq dernières années avec les changements d'électronique et où tout le monde est plus ou moins sur des motos similaires ; c'est la raison pour laquelle on a tant de monde en mesure de se battre pour la victoire en MotoGP et ce changement a été énorme par rapport à quand je suis arrivé. Maintenant, tout le monde sur la grille a globalement une moto d'usine et peut être en mesure de performer, ça va de plus en plus vite et les pilotes font de mieux en mieux."

"Ça a été chouette de faire partie de cette époque et j'ai piloté contre les plus grands noms du sport que nous ayons vus pendant cette période : je me sens privilégié d'avoir pu faire partie de cela et d'avoir partagé la piste avec eux. J'ai constaté beaucoup de changements mais j'ai été chanceux d'être passé par les équipes par lesquelles je suis passé et de garder les pieds sur terre, d'avoir pu rester moi-même ; je suis certain que ça va continuer à être un super championnat où l'on verra beaucoup, beaucoup de vainqueurs et de gens sur le podium dans le futur."

Lire aussi :

Réputé pour sa franchise, exprimée à travers des propos parfois fracassants, Cal Crutchlow est resté un pilote à part dans un monde de plus en plus policé et où les intérêts économiques ont pris une place importante. Le #35 a conscience du côté "business" du MotoGP mais il estime que les pilotes parviennent à faire la part des choses et à faire en sorte que la priorité soit toujours donnée à la compétition.

"Je pense que l'aspect compétitif sur la moto fait que c'est toujours un sport. Les courses sont toujours un sport. Mais en fait, c'est évidemment un business. On fait tous ça en sachant que c'est un business ; les pilotes sont aussi un business. Nous sommes dans le monde du divertissement, qu'on le veuille ou pas. Je pense que c'est l'une des raisons qui font que je ne veux plus être là, et pour lesquelles j'arrête. Je pense que les pilotes arrivent à trouver l'équilibre mais évidemment, ils ne sont pas comme moi. On sait qu'on est tous différents. Celui qui est le plus proche de moi est Jack [Miller]. Je pense que vous aimerez ses débriefings l'an prochain." 

Avec Lewis Duncan et Guillaume Navarro

partages
commentaires
Schwantz s'attendait à une "procession" de Quartararo en 2020

Article précédent

Schwantz s'attendait à une "procession" de Quartararo en 2020

Article suivant

2020, l'année noire de Valentino Rossi

2020, l'année noire de Valentino Rossi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Cal Crutchlow
Équipes Team LCR
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020