Capable du top 5, Rossi a souffert de patinage

S'il a résolu ses problèmes de wheelie en utilisant finalement son nouveau carénage, le pilote italien souffre à présent d'un manque de grip à l'arrière, ce qui a compromis sa qualification du jour.

C'est une journée difficile qui vient de s'achever pour Valentino Rossi, seulement septième des qualifications, à près de trois quarts de seconde du meilleur temps fixé par Marc Márquez, et à presque deux dixièmes de son coéquipier Maverick Viñales.

Le transalpin a pourtant recouru en Q2 au composé le plus tendre fourni par Michelin pour tenter de se faire une place au soleil – absent aujourd'hui du ciel autrichien, du reste – en compagnie des Ducati et du numéro 93.

Las, le Docteur en a été empêché par un manque d'adhérence à l'arrière de sa machine. "Avec le tendre, j’étais assez solide en qualifications", commence-t-il. "Mais malheureusement, le second pneu n’a pas bien fonctionné. J’avais moins d’adhérence et beaucoup de patinage. J’ai essayé de pousser au maximum mais il était impossible de progresser."

Les regrets sont d'autant plus présents pour le numéro 46 que son rythme devait lui permettre, il en est sûr, d'intégrer le top 5. "Mon potentiel était le top 5, c’est une certitude, et peut-être même la première ligne", assure-t-il. "Malheureusement, parfois, ça arrive, et cette fois, ça m’est arrivé. Je vais devoir prendre le départ depuis la troisième ligne, ce qui est toujours assez difficile. Mais mon rythme n’est pas si mauvais et nous allons devoir essayer d'attaquer dès le départ, et ce jusqu’au terme."

Comme bon nombre de pilotes, Rossi estime que le choix des gommes pourrait bien jouer un rôle crucial demain, ce afin de tirer le meilleur parti des conditions de piste encore incertaines compte tenu de la versatilité de la météo et des températures dimanche. "Attendons aussi de voir les conditions de demain. Je pense que le choix de pneus sera extrêmement crucial car toutes les options sont ouvertes : il sera très important de faire le bon choix."

Le nouveau carénage finalement utilisé

Alors qu'il n'envisageait pas en début de week-end d'utiliser le nouveau carénage testé à Brno, le pilote Yamaha semble avoir changé d'avis devant les bénéfices apportés par ce nouveau profil aérodynamique. "J’aime le nouveau carénage depuis le premier test à Brno", rétropédale-t-il. "Sincèrement, je pense que c’était là-bas peut-être la meilleure piste pour celui-ci, mais hier on a eu beaucoup de problèmes de wheelie et on a décidé de le tester car ça pouvait aider pour le tassement au sol. Et le fait est que c’est bon pour mon pilotage, ça m’aide. Donc je pense que nous allons l’utiliser."

On le voit bien, les problèmes semblent avoir été transférés de l'avant à l'arrière de la M1, avec un moindre wheelie certes, mais à l'inverse un patinage accru. Un avis partagé par Viñales. "Le positif est que dans les virages, ça n’affecte rien et c’est bien, c’est intéressant", explique ainsi l'Espagnol. "Et dans les accélérations, ça tasse un peu plus le train avant ; donc ça donne un petit peu plus de confiance et on peut utiliser un peu plus de puissance."

Si les Yamaha officielles apparaissent tout de même en léger retrait dans le classement, le resserrement des écarts, déjà constaté hier, s'est de nouveau fait ressentir aujourd'hui, et représente une autre source d'espoir pour Rossi. "Nous sommes plus proches de Ducati, car l’an dernier ils avaient un avantage plus important, mais le plus grand pas en avant vient de chez Honda. L’an dernier, Honda souffrait, et cette année ils sont très forts. Mais nous travaillons dur et essayons de nouvelles choses. Nous savons que cette piste n’est pas la meilleure pour la M1, mais les sept, huit pilotes et peut-être plus, sont très proches."

Avec Guillaume Navarro

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Autriche
Sous-évènement Qualifications
Circuit Red Bull Ring
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions