Un choix de pneus malheureux a empêché Siméon de faire mieux

Le Belge avait le rythme pour potentiellement marquer ses premiers points dans la catégorie reine à Austin, mais un choix de pneus peu adapté l'a handicapé en course.

Un choix de pneus malheureux a empêché Siméon de faire mieux
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing

Après un Grand Prix d'Argentine aux conditions de piste et au déroulé pour le moins atypiques, Xavier Siméon a pu poursuivre de façon moins mouvementée son apprentissage du MotoGP le week-end dernier à Austin.

Sur un circuit où il s'était montré rapide par le passé, avec en point d'orgue une pole position en Moto2 signée en 2015, le Belge a cette fois dû appréhender le comportement de sa Ducati sur le circuit texan.

Après différents réglages apportés à sa GP16, notamment au niveau de sa position sur la moto, le numéro 10 pensait être en mesure de pouvoir faire une percée en qualifications, mais un choix peu opportun au niveau des gommes l'a maintenu à l'arrière du peloton.

"La deuxième journée [samedi] a été bien plus positive, et les changements apportés à ma position sur la moto m'ont beaucoup aidé à être plus compétitif", débute le pilote Avintia. "Mais j'espérais vraiment faire mieux lors de la Q1. Nous avions vu vendredi que beaucoup de pilotes s'étaient montrés rapides avec le pneu dur arrière, donc nous avons décidé de l'utiliser pour mon dernier run. Ce fut une erreur, et nous n'avons pas pu extraire le maximum de la moto avec le mélange plus tendre non plus."

Le pneu dur à l'arrière, une décision peu payante

Siméon a donc privilégié l'option dominante du pneu arrière chez les pilotes Ducati, à savoir la gomme dure, en dépit d'un manque de roulage avec ce type de mélange. Un choix mal avisé puisque le natif d'outre-Quiévrain n'a pas eu le feeling escompté. "D'un côté je suis content, et d'un autre je suis frustré, car nous nous sommes alignés sur les autres Ducati, avec le pneu dur à l'arrière, que je n'avais jamais essayé lors des essais libres", regrette-t-il. "Nous avons pensé que cela serait un bon choix, mais en début de course je n'avais pas beaucoup de confiance."

Cela ne l'a cependant pas empêché de hausser progressivement le rythme durant les 20 tours de course, pour finalement afficher une allure qui aurait pu lui permettre, avec une meilleure place sur la grille, de jouer pourquoi pas une entrée dans le top 15. "J'avais le même rythme que les gars qui roulaient dans le top 15", reprend Siméon, 20e à l'issue de la course et qui commence à bien prendre le pli du MotoGP. "Ce fut un week-end pour prendre de l'expérience, et lors duquel nous avons eu un rythme correct par moment. Chaque fois que je prends le guidon, j'apprécie toujours plus de piloter la moto, mais je roule toujours avec une marge de sécurité pour éviter les erreurs. À présent nous allons essayer de franchir un nouveau cap à Jerez."

partages
commentaires
GP des Amériques : le point sur les duels entre équipiers

Article précédent

GP des Amériques : le point sur les duels entre équipiers

Article suivant

Premier abandon de la saison pour Syahrin à Austin

Premier abandon de la saison pour Syahrin à Austin
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021