Chronique Mamola - Des chutes en pagaille

Dans sa nouvelle chronique pour Motorsport.com, Randy Mamola revient sur le Grand Prix des Pays-Bas, marqué par de très nombreuses chutes - pas moins de 39 rien que pour le MotoGP, dont 17 dimanche.

Chronique Mamola - Des chutes en pagaille
Charger le lecteur audio

Les chutes font partie de la vie de tout pilote. Il faut apprendre à les affronter lorsqu'elles surviennent et essayer de faire en sorte qu'elles aient aussi peu de conséquences que possible sur le mental. Celles qui affectent le plus sont les chutes dont on ne trouve pas la cause, mais chaque pilote tente de s'en accommoder aussi bien que possible.

Dans mon cas, rares ont été les accidents qui ont eu une influence sur mes courses, même si je suis tombé pas mal de fois. Cette année, nous assistons à beaucoup plus de chutes que d'habitude, à tel point qu'Assen a donné lieu à un fait inédit : tous les pilotes du plateau MotoGP sont tombés au moins une fois pendant le week-end.

Ces chutes sont survenues dans différentes circonstances, mais elles ont toutes un dénominateur commun : les pneus. Avec Michelin, nous assistons à un nouveau scénario auquel les pilotes sont forcés de s'adapter. Certains, à l'image de Marc, y parviennent très bien. D'autres, comme Jorge ou Valentino, connaissent plus de difficultés.

Chute de Yonny Hernandez, Aspar MotoGP Team
Chute de Yonny Hernandez, Aspar MotoGP Team

Photo de: Gold and Goose Photography

Aux Pays-Bas, l'un des principaux problèmes à gérer découlait de la différence de grip entre l'arrière et l'avant, avec un avantage pour le premier cité. Le pneu arrière pousse sur l'avant et, dans de nombreux cas, celui-ci ne supporte pas une telle pression et décroche.

N'oublions pas que Michelin vient tout juste de revenir dans le championnat et qu'ils sont encore en train d'apprendre beaucoup de choses. Si l'on ajoute à tout cela le fait que les pilotes n'ont pratiquement pas roulé sur le mouillé pendant la pré-saison parce qu'ils ne voulaient pas prendre le risque de se blesser si près du début du championnat, il est normal que le développement des pneus pluie ait encore un peu de retard. C'est un autre des problèmes causés par le manque d'essais.

Nous sommes dans une année de survie, et c'est la raison pour laquelle je trouve surprenant que ce soit Rossi qui ait chuté le plus. On pourrait penser que, compte tenu de son expérience, il serait le plus à même d'interpréter la situation pour savoir quand attaquer et quand éviter de le faire. Dimanche, il est tombé alors qu'il menait la course, et ce après avoir vu comment Hernández et Dovizioso avaient fini au sol. C'est la raison pour laquelle il a été si dur envers lui-même au moment d'expliquer cette faute, rare pour quelqu'un comme lui.

Dans le cas de Lorenzo, par contre, je pense que son week-end décevant est dû à un blocage mental directement lié à son expérience passée à Assen. Jorge s'est blessé en tombant ici-même il y a trois ans, et également sur le mouillé. Il est possible qu'il ne s'en rende pas clairement compte, mais je suis convaincu que cela fait partie de son inconscient et cela devient évident dans des situations difficiles telles que celle de dimanche.

Il n'est pas normal de le voir aussi rigide sur la moto, sans fluidité dans ses mouvements et ses glissades, comme ce fut le cas à Assen. S'il avait été rapide vendredi, il aurait probablement pu ôter un peu du poids qu'il ressent sur ses épaules lorsqu'il arrive sur cette piste. Mais ça n'a pas été le cas : il n'était pas aussi rapide que les leaders durant les deux premières séances et, en plus, il est tombé à grande vitesse samedi.

Je crois que, dans le cas de Jorge, sa plus grande qualité devient son obstacle principal dans des conditions aussi compliquées. Son style de pilotage unique, qui lui permet d'être plus rapide que quiconque dans les virages, l'a aidé à remporter énormément de succès. Mais dans le même temps, et ainsi qu'il l'admet lui-même, c'est tellement personnel que cela lui permet moins facilement de trouver un plan alternatif lorsque les choses se passent mal.

partages
commentaires
Crutchlow - "Il s'est remis à pleuvoir et ça a été un désastre"
Article précédent

Crutchlow - "Il s'est remis à pleuvoir et ça a été un désastre"

Article suivant

Iannone a réussi à inverser la tendance à Assen

Iannone a réussi à inverser la tendance à Assen
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021