Chronique Mamola - Jorge, réveille-toi !

partages
commentaires
Chronique Mamola - Jorge, réveille-toi !
25 oct. 2016 à 15:10

Dans sa chronique exclusive pour Motorsport.com, Randy Mamola s'intéresse aux difficultés rencontrées par le Champion du monde 2015.

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing après sa chute
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team

Jorge a peur et c'est le pire qui puisse arriver à un pilote MotoGP. Il a peur de tout, mais surtout de tomber et de se blesser. Il l'a lui-même reconnu samedi, à Phillip Island, après une journée durant laquelle il avait eu l'air d'être un tout autre pilote, complètement tendu, lent et déconnecté. Le Jorge que l'on a vu en Australie serait incapable de réunir un palmarès comme le sien.

Que ce soit pour son bien et pour celui de tous ceux qui l'apprécient et qui le considèrent comme l'un des pilotes les plus talentueux de l'Histoire du championnat, il faut qu'il réagisse et qu'il trouve comment renverser la situation afin de redevenir cette machine invincible capable de dominer le plateau.

Il insiste sur le fait que le changement de pneus mis en place par Michelin après les frayeurs de Baz et Redding l'ont pénalisé plus que quiconque. Je suis d'accord avec lui, mais je crois aussi que lorsque vous connaissez un revers pour une raison quelconque, il faut trouver une façon de le surmonter. C'est son job, au même titre que ses adversaires affrontent les obstacles qu'ils rencontrent, quels qu'ils soient.

En ce sens, il n'y a pas de meilleur exemple que ce que Marc a fait cette année, qui a su s'adapter à une moto très difficile au début de la saison et qui est devenu petit à petit de plus en plus fort.

Si l'exemple de Marc ne le convainc pas, il peut regarder beaucoup plus près de lui, de l'autre côté de son stand, où il trouvera un Valentino qui s'est débrouillé pour dépasser tous les problèmes qu'il a rencontrés. Ce qui se passe c'est que, à la différence de Rossi, Lorenzo est incapable de dépasser les problèmes générés par les pneus, que ce soit le manque de sensations à l'avant ou le manque de grip à l'arrière.

Valentino est un génie quand il s'agit de trouver le grip qui, pour une raison ou une autre, n'est pas généré par le pneu arrière. On l'a vu piloter plus ou moins de travers, glisser plus ou moins en fonction des besoins qu'il rencontre dans chaque situation et des caractéristiques de la moto.

Jorge n'a qu'un seul registre et cela le rend intouchable quand tout est à son goût, mais complètement vulnérable quand il ne peut pas l'utiliser. Or, dans les conditions actuelles, avec tant de nouveaux éléments entrés en jeu et qui ne sont pas prêts, cela n'est pas possible.

On ne peut pas oublier que Jorge est triple Champion du monde MotoGP, mais ce week-end il a été dépassé et s'est montré beaucoup plus lent que des pilotes qui ont beaucoup moins de talent que lui. Dimanche, j'étais en bord de piste pour regarder la course et il semblait être un pilote différent, il était perdu, seul et très lent.

Il faut que quelque chose change dans son approche pour qu'il puisse sortir du trou dans lequel il se trouve. Il faut qu'il se pose des questions, mais des questions sincères, celles qui font le plus mal parce qu'on en connait généralement les réponses. Et je ne parle pas seulement de cette année, mais surtout de ce qu'il va trouver chez Ducati, où j'ai le sentiment que les choses ne seront pas simples du tout.

Quand je dis que, de mon point de vue, Lorenzo a peur, je me base sur certains signes qui m'ont mené à cette conclusion. Avant tout, les problèmes qu'il rencontre quand il pleut. Pour justifier ses difficultés sous la pluie, il parle toujours des chutes dont il a été victime lorsque la piste était mouillée. Mais cela n'est arrivé que depuis quelques temps, parce qu'auparavant on l'a vu être l'un des plus rapides sur le mouillé. C'est précisément pour cela que je crois que l'accident qu'il a eu à Assen il a quelques années, dans lequel il s'est cassé la clavicule, continue de le hanter comme un cauchemar.

Outre les conséquences physiques, qui ont été résolues avec du titane et des vis, je pense qu'il y a des conséquences psychologiques dans son esprit. Quelqu'un de son calibre doit réagir et trouver une façon de surmonter ces obstacles. Au final, c'est son job et il en vit très bien.

Polo Yamaha Jorge Lorenzo
Polo Yamaha Jorge Lorenzo, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Sepang, un nouveau défi pour Michelin

Article précédent

Sepang, un nouveau défi pour Michelin

Article suivant

Encore un podium qui se refuse à Aleix Espargaró

Encore un podium qui se refuse à Aleix Espargaró
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jorge Lorenzo Boutique
Type d'article Contenu spécial