Chronique Mamola - Le long hiver de Valentino Rossi

Cette année encore, l'ancien pilote Randy Mamola va livrer son point de vue aux lecteurs de Motorsport.com. Et pour commencer, il s'intéresse à Valentino Rossi.

Si la plus grande certitude qui ressort des essais de pré-saison c'est le duel que vont nous offrir Marc Márquez et Maverick Viñales, l'une des questions les plus importantes restées sans réponse concerne les performances que pourra livrer Valentino Rossi après un hiver durant lequel il n'est à aucun moment apparu à l'aise. Il est clair que nous n'aurons pas de réponse concrète à cette question avant dimanche, mais en attendant nous pouvons analyser quelques faits qui semblent irréfutables sur la base des éléments dont nous disposons.

Tout d'abord, l'arrivée de Maverick Viñales dans le stand Yamaha a fait un choc à Rossi. Le départ de Jorge Lorenzo pour Ducati avait mis un terme à la tension qui régnait entre eux, une tension qui dans ce cas s'était avérée négative compte tenu de toutes les frictions qu'ils ont connues ces dernières années. Toutefois, si Viñales se maintient au niveau qu'il affiche actuellement et si Valentino est en difficulté, les tensions vont assurément réapparaître.

Rossi évolue dans ce milieu depuis des années et il en connaît tous les trucs, comme on a pu le voir à bien des occasions. Cela me pousse à me demander si ce manque de peps est bien réel, ou bien s'il va nous surprendre lorsque la saison va débuter.

Cela reste encore à confirmer. En revanche, s'il y a bien une chose de claire pour moi c'est que Viñales va jouer l'un des premiers rôles cette saison, et cela va toucher à la fois son nouveau coéquipier et le pilote qui, en théorie, est censé être son plus grand rival pour le titre.

Maverick n'est pas tombé une seule fois au cours des 11 jours d'essais collectifs, au contraire de Márquez et Rossi. Le pilote Honda a chuté au total à sept reprises, dont cinq fois lors du test le plus récent, il y a moins de deux semaines au Qatar.

Nous pourrions en conclure que Viñales a forcé Marquez à prendre de plus gros risques et il est fort probable que cela va générer une pression réciproque pouvant bénéficier à la compétitivité générale du championnat. Márquez a 24 ans, soit 14 ans de moins que Rossi. L'Italien a parfaitement conscience de son âge et il sait que les chutes pourraient lui valoir bien plus de fractures qu'à ses jeunes adversaires.

Aujourd'hui les pilotes MotoGP ne connaissent pas de répit, car le calendrier leur laisse peu de temps pour eux, à la différence de ce que l'on vivait quand je courais. Il existe plus de rivalité et d'égalité entre les concurrents, plus d'agressivité aussi, et il faut plus de force physique pour piloter les prototypes à la limite.

Il est intéressant de regarder comment s'est déroulée la saison dernière pour le Docteur. Il a gagné à Jerez et Barcelone, les deux Grands Prix sur lesquels les pilotes ont en majorité été le plus en difficulté avec les pneus Michelin. Dans ce contexte où la traction vient à manquer, Vale excelle dans sa gestion de l'accélérateur et c'est la raison pour laquelle il a été si compétitif. Michelin a progressé avec ses pneus de 2017 et cela va assurément jouer en sa défaveur.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi , Marc Márquez
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Chronique