Courir de nuit et sous la pluie, une inquiétude pour bien des pilotes

L'éventualité de courir sous la pluie et de nuit n'enchante pas les pilotes et certains ont ouvertement exprimé leur inquiétude à la veille des premiers essais.

Les prévisions météo n'annoncent rien de bon pour les prochains jours et suscitent l'appréhension chez bien des pilotes. Car, sur cette épreuve spécifique qu'est le Grand Prix du Qatar, la pluie se heurte à la particularité de devoir rouler de nuit, sur un circuit baigné de lumière grâce à des milliers d'ampoules. Bien que tout soit pensé pour que l'éclairage ne perturbe pas les pilotes, beaucoup s'inquiètent justement d'un possible manque de visibilité si le bitume, ainsi éclairé, devait être mouillé.

Depuis que le Grand Prix du Qatar est devenu une épreuve nocturne, en 2008, il était acquis qu'il ne devait se dérouler que sur le sec, précisément pour éviter toute situation dangereuse du fait de l'éblouissement des pilotes. Or, un test réalisé le mois dernier par Franco Uncini et Loris Capirossi a écarté ce danger et ouvert la possibilité de continuer à rouler si la pluie venait à s'inviter à la fête.

Contrairement à 2009, où un véritable déluge avait contraint de reporter la course de la catégorie reine au lundi soir, et ce en l'absence, à l'époque, de pneus pluie pour ne serait-ce qu'envisager de courir, les préposés à la sécurité estiment donc que la pluie ne serait plus synonyme d'inaction, et des pneus rainurés ont d'ailleurs été apportés afin que les pilotes puissent prendre la piste. Reste que certains d'entre eux se montrent plutôt frileux face à cette éventualité et ils n'ont pas manqué de le souligner mercredi, lors de leurs rencontres avec la presse.

"Comme à peu près tous les autres pilotes, j'espère qu'on aura beau temps, parce que s'il pleut ici ça n'est pas une situation normale", a fait savoir Valentino Rossi. "La semaine dernière, pour les tests Moto2 et Moto3, il faisait mauvais, or quand il pleut il y a aussi un vent très fort et beaucoup de sable en piste."

"Franchement, personne ne sait ce qui se passera si l'on doit courir avec la pluie et sous les projecteurs. J'espère donc de bonnes conditions pour ce week-end", a martelé le pilote italien, écartant a priori la possibilité de que la course puisse être décalée à l'après-midi en cas de mauvais temps.

"Je crois qu'on espère tous ne pas connaître ces conditions, surtout sur cette piste", a renchéri Jorge Lorenzo, "parce qu'on n'a pas vraiment d'expérience, on ne sait pas quelle sera notre visibilité sous la pluie sur ce circuit. Et le sable nous inquiète aussi un peu. On espère donc que les prévisions sont erronées cette fois."

Prendre une décision si nécessaire

Outre la question de la visibilité, les pilotes s'interrogent en effet sur d'autres paramètres, habituels à Losail mais qui risquent d'être décuplés en cas de mauvais temps, à savoir la faible température au sol, le vent – annoncé très fort ce week-end et en particulier vendredi – et le sable ainsi drainé en piste.

"Il faut voir si l'on aura des soucis avec la lumière, mais je pense aussi que la question concerne le grip et est-ce qu'il sera suffisant pour piloter normalement dans des conditions étranges", a souligné Andrea Dovizioso, poursuivant : "La météo paraît très mauvaise, c'est un gros problème pour nous tous mais les conditions sont les mêmes pour tout le monde."

"Il est clair que le plus important, c'est la sécurité des pilotes. Nous allons voir. Bien sûr, ce qui m'importe c'est de courir, mais il ne faut pas que la sécurité des pilotes soit compromise", a suggéré quant à lui Dani Pedrosa.

La question reste toutefois ouverte à la discussion et on assure que des mesures seront prises si les conditions ne sont pas réunies pour rouler. Il est également prévu que la course ne sera disputée sur piste mouillée qu'à condition que les pilotes aient eu l'occasion d'expérimenter ces conditions au préalable pendant les essais.

"On nous a juste dit qu'il y avait une chance [de rouler sous la pluie] et nous y sommes ouverts. Je pense que demain, pendant le briefing, nous en parlerons et nous connaîtrons exactement les règles. Mais je crois que la règle est d'essayer et, si les conditions sont vraiment mauvaises pour une raison ou une autre, alors tout le monde prendra une décision", a précisé Andrea Dovizioso.

Avec Mitchell Adam et William Zinck

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Sous-évènement Mercredi
Circuit Losail International Circuit
Pilotes Valentino Rossi , Andrea Dovizioso , Jorge Lorenzo , Dani Pedrosa
Équipes Yamaha Factory Racing , Repsol Honda Team , Ducati Team
Type d'article Actualités
Tags météo, pluie, sécurité