Course - Bagnaia vainqueur d'un duel magistral contre Quartararo !

Pecco Bagnaia s'est montré à la hauteur de son statut de favori en remportant le Grand Prix de Saint-Marin. Il a toutefois dû résister à un Fabio Quartararo impérial en fin de course, qui n'a cédé que cinq points au championnat.

Victorieux pour la première fois la semaine dernière, Pecco Bagnaia rêvait de rééditer sa performance devant, cette fois, les 25 000 spectateurs de son Grand Prix à domicile, sur une piste de Misano qu'il arpente tout au long de l'année à l'entraînement. À nouveau qualifié en pole et ayant affiché son aisance tout au long du week-end, le pilote italien n'a pas tremblé et, dès les premiers instants de la course, il a confirmé son statut de favori.

À l'extinction des feux, Bagnaia a maintenu sa première place, suivi par son coéquipier Jack Miller et le leader du championnat, Fabio Quartararo. À la fin du premier tour, Bagnaia avait déjà plus d'une seconde d'avance sur Miller, qui très vite s'est lui-même isolé à la deuxième place.

Quatre Ducati s'étaient qualifiées aux cinq premières positions, mais Marc Márquez a réussi à s'immiscer devant celles du team Pramac, repoussant Jorge Martín à la cinquième place dans les premiers instants, alors que Johann Zarco dégringolait à la 11e place après s'être fait enfermer dans le premier virage. Martín a rapidement su répliquer, pour remonter à la quatrième puis à la troisième place en livrant bataille avec Quartararo. Le duel entre les deux hommes venait de tourner à l'avantage du Français lorsque le pilote Pramac est parti à la faute, dans le quatrième tour.

Libéré de Martín, Quartararo bénéficiait alors d'une marge nette sur ses poursuivants, et c'est là désormais que se portait l'attention pour suivre la belle bagarre opposant Marc Márquez, Enea Bastianini, Álex Rins et Aleix Espargaró. Le rookie, au guidon de la Ducati 2019, avait déjà brillé le week-end dernier en réalisant sa plus belle course, mais son dépassement sur Márquez dans le septième tour de cette épreuve restera assurément comme l'un des premiers moments forts de son parcours dans la catégorie, lui permettant de se hisser à la quatrième place qu'il allait longuement maintenir.

Et à l'avant ? Rien ne semblait devoir inquiéter Bagnaia en dépit de chronos de la part de Miller et Quartararo capables de rivaliser avec son niveau, et même de réduire son avance. Mais l'Italien a pris un peu d'air dans le neuvième tour, lorsque Miller a manqué son passage du virage 14, portant Quartararo derrière lui à presque l'imiter. Rien de grave pour les deux hommes, mais leur retard sur Bagnaia a plus que doublé dans cet épisode. Quartararo ayant cependant moins élargi que l'Australien, il a pu revenir à une demi-seconde de la Ducati #43.

 

Loin d'être ébranlé par cet épisode, Quartararo l'a utilisé comme un élan pour commencer à lentement grapiller les dixièmes, alors que Miller n'a eu de cesse de montrer son inconstance. Peu après la mi-course, le pilote Yamaha est parvenu à ses fins en passant l'Australien dans une manœuvre impeccable au virage 6. Boucle après boucle, il a martelé. Avec un pneu arrière medium devenu plus performant que le soft du leader, il a enchaîné de bien meilleurs chronos que ceux d'un Bagnaia toujours solide leader mais dont la marge est peu à peu revenue à une seconde et demie, une seconde et seulement 0"5 à quatre tours de l'arrivée.

Derrière, ça bougeait de façon plus nette. À 13 tours de l'arrivée, Álex Rins a chipé la cinquième place à Marc Marquez, mais pour le pilote Suzuki les espoirs se sont vite envolés, avec une chute dans le 18e tour. Dans le même temps, Bastianini s'est illustré en signant par deux fois le meilleur tour de la course, se rapprochant sérieusement de Miller à chaque fois. À neuf tours de l'arrivée, la messe était dite, le rookie italien s'est porté sur le podium provisoire. Très vite, il s'est constitué une avance très nette pour ne plus être inquiété.

Bagnaia sous la menace de Quartararo

Bagnaia, lui, avait de quoi se préoccuper. Après avoir dû défendre sa première place face à Márquez la semaine dernière à Alcañiz, c'est à Quartararo qu'il a dû résister durant cette fin de course. Le Français n'a eu de cesse de mettre son rival sous pression pour tenter de combler son retard puis de le faire craquer.

Trois dixièmes les séparaient à l'entrée dans le dernier tour, trop pour tenter la moindre attaque. La solidité mentale de Bagnaia a fait le reste pour permettre à l'Italien de réaliser le doublé après Alcañiz et d'empocher les 25 points de la victoire. Quartararo, en se montrant incisif jusqu'au bout, a réussi l'essentiel à ses yeux, ne laisser filer que cinq points et conserver une solide avance au championnat à quatre manches de la conclusion.

Derrière les deux grands hommes de cette fin de saison, Enea Bastianini est donc récompensé par le premier podium de sa carrière MotoGP. Derrière lui, Marc Márquez a pu arracher la quatrième place à Jack Miller. L'Australien a également été devancé par Joan Mir à l'arrivée, mais le Champion du monde en titre a été pénalisé d'une place après le drapeau à damier pour avoir dépassé les limites de la piste.

Plus loin, Pol Espargaró a empoché les points de la septième place, devant son frère Aleix, puis la KTM de Brad Binder. Takaaki Nakagami a complété le top 10 à l'arrivée. On retiendra encore la 13e position de Maverick Viñales sur l'Aprilia. Valentino Rossi en a terminé pour sa part hors des points, de même que Franco Morbidelli (18e) et Andrea Dovizioso (21e), tous deux de retour à la compétition avec pour priorité de gérer, pour l'un, un genou encore douloureux, et pour l'autre, l'adaptation à une nouvelle moto.

Beaucoup de pilotes ont été avertis, voire pénalisés comme l'a été Mir pour avoir dépassé les limites de la piste. Cela a notamment concerné Johann Zarco, qui était toujours 11e lorsqu'il a écopé d'une pénalité long-lap dans le huitième tour pour cette raison. Il finira par remonter à la 12e place. Son coéquipier Jorge Martín était reparti après sa chute, mais il a lui aussi reçu la même sanction, par deux fois, et a fini par abandonner en rentrant au stand. Plus tard, Luca Marini ou Andrea Dovizioso ont eux aussi subi le même sort.

Outre celles de Martín et de Rins, une seule chute est à noter, celle d'Iker Lecuona qui a abandonné alors qu'il se trouvait à proximité de la zone des points.

Lire aussi :

San Marino GP de Saint-Marin MotoGP

P. # Pilote Moto Temps Écart Intervalle
1 63 Italy Pecco Bagnaia Ducati -    
2 20 France Fabio Quartararo Yamaha 0.364 0.364 0.364
3 23 Italy Enea Bastianini Ducati 4.789 4.789 4.425
4 93 Spain Marc Márquez Honda 10.245 10.245 5.456
5 43 Australia Jack Miller Ducati 10.469 10.469 0.224
6 36 Spain Joan Mir Suzuki 10.325 10.325  
7 44 Spain Pol Espargaró Honda 13.234 13.234 2.909
8 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia 15.698 15.698 2.464
9 33 South Africa Brad Binder KTM 16.129 16.129 0.431
10 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 18.519 18.519 2.390
11 51 Italy Michele Pirro Ducati 20.373 20.373 1.854
12 5 France Johann Zarco Ducati 21.066 21.066 0.693
13 12 Spain Maverick Viñales Aprilia 21.258 21.258 0.192
14 6 Germany Stefan Bradl Honda 28.142 28.142 6.884
15 73 Spain Álex Márquez Honda 30.686 30.686 2.544
16 9 Italy Danilo Petrucci KTM 32.654 32.654 1.968
17 46 Italy Valentino Rossi Yamaha 33.853 33.853 1.199
18 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 36.272 36.272 2.419
19 10 Italy Luca Marini Ducati 36.839 36.839 0.567
20 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 37.202 37.202 0.363
21 4 Italy Andrea Dovizioso Yamaha 42.587 42.587 5.385
  42 Spain Álex Rins Suzuki      
  27 Spain Iker Lecuona KTM      
  89 Spain Jorge Martín Ducati      

partages
commentaires
Pol Espargaró "trop loin du leader" pour se satisfaire de sa position

Article précédent

Pol Espargaró "trop loin du leader" pour se satisfaire de sa position

Article suivant

Championnat - Quartararo résiste fermement à Bagnaia

Championnat - Quartararo résiste fermement à Bagnaia
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021