Course - Bastianini gagne le remake face à Bagnaia, chaos au départ !

Enea Bastianini a remporté le Grand Prix d'Aragón, sorti vainqueur d'un nouveau duel face à Pecco Bagnaia. Mais les deux pilotes Ducati ont surtout réalisé une opération inespérée au championnat, Fabio Quartararo ayant lourdement chuté au départ en heurtant Marc Márquez.

Course - Bastianini gagne le remake face à Bagnaia, chaos au départ !
Charger le lecteur audio

Invaincu depuis Assen en juin, Pecco Bagnaia a vu sa série victorieuse s'arrêter en Aragón, battu cette fois par Enea Bastianini, qui avait dû s'incliner à la photo finish à Misano et qui décroche ici sa cinquième victoire de la saison.

Bagnaia a mené quasiment l'intégralité de la course avant de s'incliner dans le dernier tour. Auteur samedi d'une pole position record, il a conservé l'avantage à l'extinction des feux. Ce n'est toutefois pas sa prise de pouvoir que l'on retiendra du premier tour, mais le chaos causé par deux contacts ayant impliqué Marc Márquez. Le pilote espagnol, que l'on n'avait plus vu au départ d'un Grand Prix depuis fin mai, a pris un excellent envol depuis la 13e place, pour se porter devant Fabio Quartararo, parti quant à lui de la sixième place.

Mais dès la sortie du virage 3, un contact entre la roue avant de la Yamaha et l'arrière de la Honda a provoqué la lourde chute du Français et les images glaçantes de Quartararo atterrissant violemment au sol et terminant sa course folle en bord de piste, conscient mais malmené.

Resté quant à lui sur ses roues, le #93 a causé un second contact en se trouvant déséquilibré quelques instants plus tard, ce qui a fait chuter Takaaki Nakagami. Là aussi, la dynamique s'est révélée extrêmement dangereuse puisque le pilote japonais, au milieu de la piste, a dû être évité par la meute arrivant derrière.

Ces événements se sont fort heureusement bien terminés, les trois pilotes impliqués ayant pu rejoindre leur stand, où ils ont digéré le choc et passé les examens de contrôle qui s'imposaient, sans que d'importantes blessures n'aient été identifiées.

Lire aussi :

Malgré la grande confusion qui régnait dans le peloton, où de nombreux pilotes ont été retardés par les événements et ont parfois dû passer hors piste pour éviter tout drame, la course se poursuivait bel et bien à l'avant. Pecco Bagnaia avait donc passé le premier virage en tête devant Jack Miller et Enea Bastianini, les deux hommes qui l'accompagnaient en première ligne.

Aleix Espargaró puis Brad Binder (auteur d'un départ comparable à celui de Marc Márquez en ayant passé un paquet de machines par l'extérieur) se sont chargés de mettre le pilote Gresini sous pression dans les premiers instants, en vain. Une fois leur première chance envolée, ils n'ont rien pu faire pour le menacer. Bastianini a même très rapidement gagné une place en passant Miller dans le neuvième tour, avant que le pilote australien ne soit repris également par Binder et Espargaró.

Sur une piste que l'on sait très exigeante pour les pneus, avec une dégradation forte et que l'ensemble du peloton craignait avant cette course, la hiérarchie n'a finalement que peu évolué au cours de la majeure partie de l'épreuve, une fois le chaos du départ passé.

Néanmoins, Bastianini a réussi à peu à peu réduire le retard qu'il avait pris sur Bagnaia. Battu à la photo finish il y a deux semaines, le pilote Gresini tenait sa revanche... Lorsque les deux hommes sont entrés dans le dernier tour, un dixième les séparait. C'est dans le virage 7 que Bastianini a porté son attaque, imparable. Il a par la suite tenu bon jusqu'à la longue ligne droite d'arrivée et a passé la ligne avec 42 millièmes d'avance sur son rival, dans un remake opposé à la dernière course en date.

Espargaró de retour sur le podium

Bien que rapidement installé à la troisième place, Brad Binder a subi la pression de ses poursuivants jusqu'au bout, particulièrement celle d'Aleix Espargaró. Le pilote Aprilia a eu gain de cause en attaquant le Sud-africain à l'entame de l'avant-dernier tour. Miller étant revenu au contact des deux hommes, la course s'est terminée par une lutte à trois et c'est finalement Espargaró qui est monté sur la troisième marche du podium. Binder a pu sauver la quatrième place devant Miller.

Ducati a placé trois autres pilotes dans le top 8, avec Jorge Martín sixième devant Luca Marini et Johann Zarco, le Français ayant été passé par le pilote VR46 dans l'avant-dernier tour. Seul représentant de Suzuki ce dimanche, Álex Rins a pu empocher les points de la neuvième place devant une autre Ducati, celle de Marco Bezzecchi, et la KTM de Miguel Oliveira.

À l'issue de cette course, et alors qu'il reste cinq manches à disputer, le championnat se trouve bouleversé par les événements, puisque Bagnaia n'est désormais plus qu'à dix points de Quartararo. Au classement des constructeurs, la messe est dite : Ducati est désormais assuré du titre !

Lire aussi :

La prochaine manche doit se tenir dès la semaine prochaine au Japon.

GP d'Aragón – MotoGP – Course

P. # Pilote Moto Temps Écart
1 23 Italy Enea Bastianini Ducati    
2 63 Italy Pecco Bagnaia Ducati 0.042  
3 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia 6.139  
4 33 South Africa Brad Binder KTM 6.379  
5 43 Australia Jack Miller Ducati 6.964  
6 89 Spain Jorge Martín Ducati 12.030  
7 10 Italy Luca Marini Ducati 12.474  
8 5 France Johann Zarco Ducati 12.655  
9 42 Spain Álex Rins Suzuki 12.702  
10 72 Italy Marco Bezzecchi Ducati 16.150  
11 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 17.071  
12 73 Spain Álex Márquez Honda 18.463  
13 12 Spain Maverick Viñales Aprilia 18.730  
14 35 United Kingdom Cal Crutchlow Yamaha 20.090  
15 44 Spain Pol Espargaró Honda 27.588  
16 87 Australia Remy Gardner KTM 28.805  
17 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 30.422  
18 40 South Africa Darryn Binder Yamaha 31.330  
19 49 Italy Fabio Di Giannantonio Ducati 31.595  
20 25 Spain Raúl Fernández KTM 36.160  
  93 Spain Marc Márquez Honda    
  20 France Fabio Quartararo Yamaha    
  30 Japan Takaaki Nakagami Honda    
partages
commentaires
Toute première chute pour Viñales, "sans raison"
Article précédent

Toute première chute pour Viñales, "sans raison"

Article suivant

Quartararo victime d'une violente chute au départ du GP d'Aragón

Quartararo victime d'une violente chute au départ du GP d'Aragón