Course - Dovizioso triomphe à domicile avec la Ducati

Pour la première fois depuis qu'il court pour Ducati, Andrea Dovizioso est parvenu à remporter son Grand Prix national, sorti vainqueur d'une course débutée par une bagarre acharnée.

Les prévisions s'étaient trompées sur un point : un grand et franc soleil a fait son retour pour la course, après une matinée couverte et même quelques discrètes gouttes de pluie tombées à la mi-journée. Avec 25°C dans l'air et 42°C au sol, certains étaient contraints de changer leur choix de pneus sur la grille, s'élançant dans une course devenue plus incertaine que jamais.

En revanche, la prédiction d'une course très disputée s'est révélée parfaitement juste, et dès les premières secondes, le public, très fourni, en a pris plein des yeux. À l'extinction des feux, Valentino Rossi a réalisé ce que les 98'269 spectateurs attendaient : il a pris l'avantage sur le poleman Maverick Viñales, le dépossédant de la place de leader à l'accélération avant d'entrer en premier dans San Donato, dont il maîtrise le freinage à la perfection.

Le héros local menait d'emblée les débats, suivi par son coéquipier, puis Lorenzo, Dovizioso, Márquez et Pedrosa. Lorenzo, en effet, est parvenu à réaliser le départ qu'il espérait en bondissant de la septième place sur la grille. Pour son premier Grand Prix avec Ducati en terre italienne, le Majorquin a fait le show, et ne s'est pas contenté de cette troisième place initiale.

À la fin du premier tour, Lorenzo a profité de l'accélération de la GP17 pour passer Viñales. Dans la foulée, il a même pris l'avantage sur Rossi mais une trajectoire élargie dans le premier virage permettait au Docteur de repasser. Ce n'était que très provisoire car, dès le virage suivant, le Majorquin était à nouveau devant son ancien coéquipier. Celui-ci reprenait l'avantage dans Scarperia dans le deuxième tour et s'en suivait un nouvel échange entre les deux hommes.

Derrière, Márquez se défaisait de Dovizioso, puis de Viñales, avant de reperdre immédiatement du terrain en bout de ligne droite, puis d'être passé par Petrucci à l'entrée du troisième tour. Dans cette troisième boucle, Rossi puis Viñales parvenaient à repasser Lorenzo, et ce serait cette fois définitif.

Valentino Rossi en tête, les tribunes pouvaient laisser éclater leur joie, mais dès la fin du troisième tour Viñales profitait de l'accélération pour arracher les commandes à son coéquipier. En bout de ligne droite, c'était au tour de Dovizioso de lancer une attaque en profitant de l'instabilité de Lorenzo au freinage de San Donato. Le Majorquin allait peu à peu rétrograder, laissant à d'autres le soin de maintenir le rythme soutenu de ce début de course tandis que lui retombait dans des chronos plus modestes.

À la fin du quatrième tour, Dovi grimpait encore d'un cran en passant Rossi à Bucine, et ce serait la dernière manœuvre de cette première partie de course complètement folle dans le groupe de tête. La hiérarchie des premières places allait se figer durant quelques tours : derrière Viñales, Dovizioso et Rossi, on trouvait Danilo Petrucci. Le pilote Pramac a en effet réussi à s'accrocher au bon wagon et à suivre le rythme, de sorte qu'un trou de trois secondes s'était creusé derrière lui à la mi-course, même si les écarts peinaient à se creuser entre les quatre hommes de tête.

La seconde moitié de l'épreuve allait se révéler moins effrénée, peut-être plus calculée de la part de pilotes qui avaient déjà fourni tant d'efforts en si peu de temps, et à plus forte raison si l'on considère que Dovizioso est malade depuis la nuit dernière, que Viñales souffre du bras depuis sa chute de vendredi et que Rossi craignait il y a encore quelques jours de ne pas pouvoir courir.

Mais Viñales n'avait pas course gagnée, loin s'en faut. Dovizioso avait encore un peu de ressource et c'est bien lui qui est entré en tête dans le 14e tour après avoir pris l'avantage à l'accélération sur le pilote Yamaha. Avec une piste dégagée devant lui, ses chronos se sont améliorés et il a pu progressivement prendre un peu d'air, juste ce qu'il lui fallait pour rallier l'arrivée en vainqueur, non sans émotion.

Dans la foulée de la prise de pouvoir de Dovizioso, c'est Petrucci qui a gagné sa place sur le podium, d'abord en passant Rossi puis en s'attaquant à Viñales. En élargissant quelque peu sa trajectoire dans Bucine, celui-ci a ouvert une porte dans laquelle le pilote Pramac ne s'est pas fait prier pour s'engouffrer. La deuxième place ne lui était toutefois pas acquise, car Viñales n'avait pas dit son dernier mot : l'Espagnol reprenait l'avantage dans San Donato à l'entrée du 20e tour, pour récupérer quelques précieux points dans l'optique du championnat. Les collines du Mugello pouvaient en tout cas se consoler de l'absence de Rossi dans le trio de tête en fêtant un double podium pour l'Italie et pour Ducati.

Bautista, meilleur des autres

Lorenzo, Márquez ou encore Pedrosa ont glissé dans le second groupe et ont dû s'opposer à des outsiders ambitieux pour tenter de sauver le meilleur résultat possible. Au final, Márquez est parvenu à ne céder que quelques secondes au groupe de tête, néanmoins un Álvaro Bautista survolté, confirmant un excellent week-end, l'a privé de la cinquième place finale. Lorenzo, lui, s'est heurté à Johann Zarco qui a pris l'avantage peu avant la mi-course et s'est ainsi octroyé la septième place finale.

Quant à Pedrosa, il devait se contenter d'une bagarre pour la 11e place, qui l'a longuement opposé à Cal Crutchlow. Leur duel a pris fin dans le dernier tour, avec une attaque du Catalan dans Scarperia, qui allait se solder par sa chute… et emmener au sol également l'Anglais, furieux.

On notera encore la dixième place d'Andrea Iannone, malade tout le week-end et qualifié seulement 16e. Le pilote Suzuki a réussi son départ, comme il l'espérait, au point de figurer à la neuvième place à la fin du premier tour, mais il n'a pas pu réaliser par la suite la remontée espérée et s'est finalement heurté au mur formé par Michele Pirro.

Après avoir été pénalisé pour faux départ, Aleix Espargaró a fini par rentrer au stand et abandonner. Quelques minutes plus tôt, c'est Pol Espargaró qui avait renoncé, en proie à un probable problème électronique.

 Mugello – MotoGP - Course

 Pos.PiloteMotoTempsPneus
1 italy Andrea Dovizioso   Ducati GP17 41'32.126
2 spain Maverick Viñales   Yamaha YZR-M1 1.281

3  italy Danilo Petrucci   Ducati GP17 2.334

 

4 italy Valentino Rossi   Yamaha YZR-M1 3.685

5  spain Álvaro Bautista  Ducati GP16 5.802

 

6 spain Marc Márquez   Honda RC213V 5.885
7  france Johann Zarco   Yamaha YZR-M1 13.205

8  spain Jorge Lorenzo   Ducati GP17 14.393
9  italy Michele Pirro   Ducati GP17 14.880
10 italy Andrea Iannone   Suzuki GSX-RR 15.502

 

11 spain Tito Rabat   Honda RC213V 22.004

 

12  united_kingdom Scott Redding   Ducati GP16 24.952

13  germany Jonas Folger  Yamaha YZR-M1 28.160

 

14  spain Héctor Barberá   Ducati GP16 30.676

15 australia Jack Miller  Honda RC213V 30.779

 

 16 czech_republic Karel Abraham   Ducati GP15 42.306

 

 17  france Sylvain Guintoli  Suzuki GSX-RR 46.294

 

 18 france Loris Baz  Ducati GP15 50.731

 19 united_kingdom Sam Lowes  Aprilia RS-GP 50.740

 20 united_kingdom Bradley Smith  KTM RC16 50.897
 Ab. united_kingdom Cal Crutchlow  Honda RC213V 1 tour
Ab. spain Dani Pedrosa  Honda RC213V 1 tour

 

Ab. spain Aleix Espargaró  Aprilia RS-GP  8 tours

 

Ab. spain Pol Espargaró  KTM RC16 10 tours
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Sous-évènement Course
Circuit Mugello
Type d'article Résumé de course