Course - Joan Mir gagne enfin et file vers le titre !

Le premier Grand Prix d'Europe depuis 1995 a vu s'imposer Joan Mir, qui en signant sa première victoire a fait un pas décisif vers le titre de Champion du monde alors que Fabio Quartararo est tombé dans le premier tour.

Après deux jours de roulage sur un bitume tantôt mouillé, tantôt en conditions mixtes, les 21 pilotes de la catégorie reine se sont présentés sur la grille de départ avec l'impression de plonger dans l'inconnue. Les nombreux changements entre les pneus medium et durs, particulièrement à l'avant, témoignaient des doutes nourris par certains pilotes jusqu'à la dernière minute quant à la bonne combinaison à choisir compte tenu du manque de roulage sur le sec à ce stade du week-end, mais aussi parfois du jeu psychologique qui commence à prendre de plus en plus d'importance à ce stade du championnat.

Qualifié en pole position, Pol Espargaró a conservé les commandes à l'extinction des feux, résistant au très bon départ d'Álex Rins depuis le deuxième emplacement, alors que Takaaki Nakagami conservait sa troisième place dans les premiers instants de la course.

Voir aussi :

Mais, avant la fin du premier tour, les regards se portaient bien au-delà pour un premier coup de théâtre majeur dans la course au titre : Fabio Quartararo et Aleix Espargaró sont en effet tombés de façon simultanée dans le virage 8, sans même se toucher ! Le Français a bondi pour remonter en selle et reprendre la course, devant désormais remonter tout le peloton pour espérer sauver quelques précieux points.

Devant, Joan Mir s'était défait de Nakagami entre-temps pour se hisser à la troisième place, et Miguel Oliveira, attendu ce dimanche, avait lui aussi pris l'avantage sur le Japonais. Passé tout près de la pole samedi, Rins n'a pas tardé à attaquer Espargaró, s'emparant des commandes de la course dans le deuxième tour. Puis, dans la boucle suivante, le pilote KTM perdait une place de plus à la faveur de Mir.

Derrière, ça restait animé ! Lorenzo Savadori est parti à la faute au bout de deux tours, pour ce qui était son premier Grand Prix MotoGP, alors qu'il remplace Bradley Smith sur cette fin de saison. Il a lui aussi pu reprendre la piste, mais bon dernier. Deux tours plus tard, c'est Valentino Rossi qui s'arrêtait en piste, en proie à un problème technique qui allait le contraindre à un abandon prématuré alors qu'il faisait son retour après deux forfaits pour cause de COVID-19. Dans la foulée, deux autres chutes rayaient Pecco Bagnaia et Cal Crutchlow du classement.

 

Maverick Viñales, qui avait pris place au bout de la pitlane alors que ses adversaires s'installaient sur la grille à la fin du tour de chauffe − pénalisé pour avoir utilisé ce week-end un sixième moteur alors que cinq seulement sont autorisés pour la saison − s'est retrouvé dans les points dès le sixième tour à la faveur de tous ces événements, et devançait donc Quartararo pour lui aussi tenter de sauver ce qu'il pouvait d'un week-end cauchemardesque.

Lire aussi :

Pour retrouver les autres prétendants au titre les plus solides, il fallait observer ce qui commençait à devenir un second groupe, derrière le binôme Nakagami-Zarco, légèrement détaché de leurs poursuivants. On retrouvait donc Franco Morbidelli septième après ces premiers tours, devançant initialement Andrea Dovizioso. Le pilote Ducati a toutefois brusquement perdu plusieurs places à partir du sixième tour, puis ce fut au tour du #21 de rétrograder, tous deux laissant momentanément l'avantage à Jack Miller et Álex Márquez.

L'attaque décisive de Mir

Sur la courte piste de Valence, les écarts sont longtemps restés minimes, mais à l'approche de la mi-course Oliveira n'était désormais plus au contact des trois hommes de tête, menacé par Nakagami. Seul Pol Espargaró parvenait encore à tenir le rythme des deux pilotes Suzuki à l'avant de la course, tentant de garder l'espoir de contrer le doublé qui s'annonçait.

Rins s'est maintenu en tête jusqu'au 17e tour lorsque son coéquipier, après avoir intensifié sa pression, a fini par trouver l'ouverture pour le passer en profitant de son erreur dans le virage 11. Pour la première fois depuis le Grand Prix de Styrie, qui lui semblait acquis avant son interruption, Mir a ainsi repris les rênes d'une course et il est reparti en quête de cette fameuse première victoire tant espérée.

 

Auteur de son meilleur tour de la course dans les instants qui ont suivi sa prise de pouvoir, le Majorquin, a rapidement montré que, cette fois, la victoire serait bel et bien pour lui, n'en déplaise à son coéquipier, désormais impuissant, et à Pol Espargaró, lui aussi vaincu. Impérial sur cette fin de course, Joan Mir est enfin entré dans le clan des vainqueurs en devançant de six dixièmes son coéquipier sur la ligne d'arrivée, pour offrir à Suzuki un nouveau doublé en course et une première balle de match pour le titre en vue du prochain Grand Prix !

Derrière Rins et Espargaró, qui ont conservé leur position jusqu'au drapeau à damier, la lutte pour la quatrième place a tourné à l'avantage de Nakagami sur Oliveira, le Japonais réussissant une solide fin de course pour ne plus être inquiété par le pilote Tech3. Derrière eux, le duel entre Johann Zarco et Jack Miller s'est en revanche prolongé, jusqu'à ce que le Français ne perde pied et dégringole à la neuvième place, visiblement en grande difficulté dans les derniers tours.

Dovizioso a quant à lui tout tenté pour prendre l'avantage sur Álex Márquez, et il venait d'y parvenir dans la ligne droite, à quatre tours de l'arrivée, quand l'Espagnol est parti à la faute au virage 1, manquant de justesse d'emmener le pilote Ducati dans sa glissade. Il restait toutefois une menace de taille pour Dovizioso, celle de Brad Binder qui après avoir observé la pénalité long-lap découlant du Grand Prix précédent, a pu remonter dans le top 10. Survolté dans les derniers tours, où il a signé le meilleur temps de la course, le Sud-Africain est parvenu à ses fins dans les derniers instants pour s'emparer de la septième place.

Le top 10 est complété par Zarco, donc, puis Petrucci, devant Morbidelli et Bradl. Quant à Viñales et Quartararo, ils ont fini par marquer respectivement trois points et deux points en ralliant l'arrivée de la course derniers.

À noter enfin que Tito Rabat a dû abandonner à la mi-course, en proie visiblement à un souci technique.

Spain GP d'Europe MotoGP

P. # Pilote Moto Écart Intervalle
1 36 Spain Joan Mir Suzuki    
2 42 Spain Álex Rins Suzuki 0.651 0.651
3 44 Spain Pol Espargaró KTM 1.203 0.552
4 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 2.194 0.991
5 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 8.046 5.852
6 43 Australia Jack Miller Ducati 8.755 0.709
7 33 South Africa Brad Binder KTM 10.137 1.382
8 4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 10.801 0.664
9 5 France Johann Zarco Ducati 11.550 0.749
10 9 Italy Danilo Petrucci Ducati 16.803 5.253
11 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 17.617 0.814
12 6 Germany Stefan Bradl Honda 24.350 6.733
13 12 Spain Maverick Viñales Yamaha 25.403 1.053
14 20 France Fabio Quartararo Yamaha 39.639 14.236
  32 Italy Lorenzo Savadori Aprilia 2 Laps 2 Laps
  73 Spain Álex Márquez Honda 4 Laps 2 Laps
  53 Spain Tito Rabat Ducati 14 Laps 10 Laps
  63 Italy Pecco Bagnaia Ducati 22 Laps 8 Laps
  35 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 22 Laps 2.143
  46 Italy Valentino Rossi Yamaha 23 Laps 1 Lap
  41 Spain Aleix Espargaró Aprilia    

partages
commentaires
Rossi en MotoGP avec Marini : "Ça fait 2 ans qu'il me dit de l'attendre"
Article précédent

Rossi en MotoGP avec Marini : "Ça fait 2 ans qu'il me dit de l'attendre"

Article suivant

Championnat - Une voie royale pour Joan Mir et Suzuki

Championnat - Une voie royale pour Joan Mir et Suzuki
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021