Course - K.O. mathématique de Márquez ; Zarco à terre !

Marc Márquez a signé un troisième succès consécutif 2018 en remportant le Grand Prix de France, profitant des chutes de deux de ses grands rivaux au championnat, Johann Zarco et Andrea Dovizioso.

Course - K.O. mathématique de Márquez ; Zarco à terre !
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Le public
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Les grid girls
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le troisième, qualfying Danilo Petrucci, Pramac Racing
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team, le deuxième, Danilo Petrucci, Pramac Racing, le troisième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Marc Marquez, Repsol Honda Team, le vainqueur de la course

C’est devant plus de 100'000 spectateurs et sous un beau soleil inondant le circuit Bugatti de 23°C dans l’air et 43°C en piste que s’est lancé le plateau de 24 pilotes à l’abord du délicat premier freinage du Grand Prix de France.

Visant le premier succès d’un pilote français sur son sol en catégorie reine depuis Pierre Monneret (Reims, 1954) au terme des 27 tours, le poleman Johann Zarco (medium/tendre) devait céder les commandes de la course à un Lorenzo (tendre/tendre) auteur d’un distant holeshot depuis la sixième place de la grille de départ.

Débordé de toutes parts et chutant cinquième au premier virage, Zarco remontait en seconde place après un freinage très agressif à l'approche de la première chicane, tandis que Iannone finissait immédiatement au tapis à La Chapelle.

Menant Zarco, Dovizioso (medium/tendre), Petrucci (tendre/tendre), Márquez (medium/dur), Rossi (medium/tendre) et Miller (tendre/tendre) au terme du premier tour – devant Rins (medium/tendre), parti 15e –, Lorenzo devait fermer la porte à un Zarco agressif, déterminé qu’était le Français à reprendre les commandes de la course dès le second tour.

Un trio se formait en tête, Ducati voyant vite ses deux motos d’usine mener la danse alors que Dovizioso faisait l’intérieur à Zarco, parti large à la Chapelle. Derrière, Viñales vivait un cauchemar, ayant chuté en 13e position.

 

Dovizioso mène quelques instants et chute ; Zarco out !

Plus rapide en piste avec son pneu arrière dur, Márquez n’avait aucunement l’intention de laisser filer les Ducati et Zarco. L’Espagnol s’affairait à réduire l’écart pour former un groupe de quatre pilotes en tête. 

C’est au quatrième tour que Dovizioso portait une attaque sur son équipier et prenait les commandes de la course ; mais seulement quelques secondes plus tard, l’Italien partait à la faute dans le virage 6 et finissait au sol, laissant la lutte pour la victoire se disputer entre Lorenzo, Zarco et Márquez, tenus par moins d’une seconde.

Márquez choisissait le septième passage pour prendre la seconde place à Zarco après avoir observé la roue arrière du Français pendant quelques boucles. Agressif, le #5 répliquait quelques virages plus tard et reprenait son bien. Mais l’action ne s’arrêtait pas là pour celui qui poussait décidément fort, trop fort, dans le tour suivant : limite dans le virage 8, le héros local finissait à terre et voyait tous ses espoirs réduits à néant. La chute du Français, sur son propre sol, marquait sa première sanction définitive en course depuis celle du GP du Qatar 2017, lorsqu’il avait perdu sa moto depuis les commandes du premier GP de sa carrière MotoGP.

 

Márquez aux commandes avec le pneu dur

La bagarre intense devant permettait à Petrucci, désormais troisième, de revenir au contact de Márquez, immédiatement dans la roue du leader Lorenzo. Une seconde plus loin, Rossi emmenait Miller et Pedrosa, six secondes devant Aleix Espargaró.

C’est au neuvième passage que Márquez s’emparait des commandes de la course des mains de Lorenzo, en mal de rythme, qui perdait une autre position quelques instants plus tard au profit de Petrucci. Au 13e passage, le Majorquin disparaissait des positions du podium, passé par Rossi, avant que Miller ne saisisse à son tour sa chance une boucle plus tard.

Contrôlant devant le rythme de course, Márquez abordait la mi-course avec une avance d’une demi-seconde sur un Petrucci disposant de 1"3 de marge sur Rossi. Le pilote Repsol Honda, auteur du meilleur tour en course au 17e tour, commençait alors à aligner des temps lui donnant de l’air, déposant son poursuivant à une seconde pleine.

Capable de se maintenir en cinquième place et stopper sa dégringolade progressive, Lorenzo devait tout de même défendre face à Pedrosa avec dix tours à parcourir, tandis que Viñales, neuvième, avait la position de Rins en vue grâce un rythme nettement plus élevé que celui du pilote Suzuki.

 

Fin de course : Márquez contrôle et signe le triplé

Avec un pneu n’ayant pas autant besoin que celui de ses rivaux d’être ménagé et les commandes de la course, Márquez pouvait simplement se concentrer sur le fait de gérer jusqu’à la ligne d’arrivée, s’offrant tout de même le luxe d’étendre son avance sur Petrucci et un Rossi incapable de menacer la Ducati privée du team Pramac, mais soulagé de remonter sur le podium. Plus loin, Pedrosa et Viñales gagnaient leurs duels respectifs, se plaçant d’une manière qui ne changerait plus jusqu’à l’arrivée.

Diminué comme Pedrosa par sa brutale chute des qualifications qui lui avait fait passer la nuit en observation à l’hôpital du Mans, Cal Crutchlow (medium/tendre) a signé une méritante huitième position, après une lutte gagnée face à Aleix Espargaró dans les dernières boucles de la course.

Au championnat, Márquez réalise une fantastique opération, trois de ses plus proches poursuivants avant le GP ayant fini au tapis (Zarco, Dovizioso, Iannone), et Viñales n’ayant pu sauver que les neuf points de la septième position. Au terme du Grand Prix de France, l’avance au classement de Márquez se porte désormais à 36 points sur son plus proche poursuivant, qui est désormais Viñales.

 Grand Prix de France - Course

PosPiloteMotoTrsTemps/écarts
1 spain Marc Márquez   Honda RC213V 27 41'49.773 
2 italy Danilo Petrucci   Ducati GP18 27 2.310
3 italy Valentino Rossi   Yamaha YZR-M1 27 5.350
4 australia Jack Miller   Ducati GP17 27 6.314
5 spain Dani Pedrosa   Honda RC213V 27 7.419
6 spain Jorge Lorenzo   Ducati GP18 27 10.355
7 spain Maverick Viñales   Yamaha YZR-M1 27 23.758
8 united_kingdom Cal Crutchlow   Honda RC213V 27 25.795
9 spain Aleix Espargaró   Aprilia RS-GP 27 26.206
10 spain Álex Rins   Suzuki GSX-RR 27 27.937
11 spain Pol Espargaró   KTM RC16 27 32.304
12 malaysia Hafizh Syahrin   Yamaha YZR-M1 27 34.962
13 italy Franco Morbidelli   Honda RC213V 27 37.881
14 united_kingdom Bradley Smith   KTM RC16 27 38.299
15 japan Takaaki Nakagami   Honda RC213V 27 41.986
16 switzerland Thomas Lüthi   Honda RC213V 27 45.260
17 czech_republic Karel Abraham   Ducati GP16 27 56.872
18 belgium Xavier Siméon   Ducati GP16 27 1'12.117
Ab. united_kingdom Scott Redding   Aprilia RS-GP 10 17 tours
Ab.   spain Tito Rabat   Ducati GP17 10 17 tours
Ab.  france Johann Zarco   Yamaha YZR-M1 8 19 tours
Ab.  italy Andrea Dovizioso   Ducati GP18 4 23 tours
Ab.  spain Álvaro Bautista   Ducati GP17 1 26 tours
Ab.  italy Andrea Iannone   Suzuki GSX-RR 0  
partages
commentaires
Viñales : "Nous nous battons avec tout ce que nous avons"

Article précédent

Viñales : "Nous nous battons avec tout ce que nous avons"

Article suivant

Championnat - Márquez s'envole !

Championnat - Márquez s'envole !
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021