MotoGP GP de Catalogne

Une course et un test qui marquent un tournant pour Gardner

Remy Gardner a quitté Barcelone avec le sourire, avec le meilleur résultat de sa carrière en course et des progrès inattendus au cours du test organisé le lendemain.

Remy Gardner, KTM Tech3

Remy Gardner a décroché le meilleur résultat de sa jeune carrière en MotoGP au Grand Prix de Catalogne, en prenant la 11e place. Il n'a occupé cette position que sous le drapeau à damier, après avoir doublé Franco Morbidelli et Darryn Binder dans le dernier tour. Dans les points pour seulement la troisième fois de la saison, il s'est naturellement réjoui de ce résultat après l'arrivée.

"C'est bien d'avoir un peu d'air frais", a commenté le pilote Tech3. "J'ai fait une bonne course. Depuis samedi, on a franchi un cap et tout était un peu mieux, ce qui est positif. On a amélioré ce qu'on pouvait, de petites choses ici et là et je savais qu'on pourrait avoir une course à moitié décente parce qu'en EL4, en fait on avait un assez bon rythme."

"J'ai aussi réussi à faire fonctionner le pneu dur à l'avant donc je savais qu'une bonne course était possible. On a eu besoin d'un peu de chance mais c'était bien, je suis resté sur la moto. On s'est battus jusqu'à la fin, j'ai doublé Franco et Darryn dans le dernier tour donc c'était cool."

"C'était sympa de retrouver ce sentiment de bagarre, de me battre pour de bonnes sensation", s'est réjouit Gardner. "C'était un peu comme l'an dernier, c'était sympa de se battre jusqu'à la fin. C'était une belle bagarre, agressive mais fun et c'était bien de remonter pour une fois, et pas de dégringoler ! [rires]"

Gardner estime avoir fait "à 100%" sa meilleure course en MotoGP même s'il sait que les circonstances ont joué en sa faveur : "Beaucoup de pilotes sont tombés devant, c'est sûr, mais même sans ça je pense qu'on n'avait jamais été si proches des pilotes d'usine. Je pense qu'on a fini à cinq secondes de Miguel [Oliveira], ce qui est extrêmement positif. C'est sympa de se battre avec ceux de devant, il y avait Jack, Franco, et ça a duré jusqu'au dernier tour, ce qui était sympa."

Gardner "espère" maintenant confirmer cette dynamique, d'autant plus qu'il sentait des progrès depuis plusieurs courses : "Il y a des pistes sur lesquelles on va plus souffrir. On a eu beaucoup de mal au Mugello, on n'a pas réussi à contrôler la situation, mais c'est pas mal depuis Jerez, sincèrement. C'est dommage d'avoir eu une chute au Mans parce que je pense qu'on aurait aussi pu y faire une très bonne course, similaire [à celle de Barcelone]."

Une bonne direction trouvée au cours du test

Remy Gardner, KTM Tech3

Remy Gardner

Malgré cette course satisfaisante, Remy Gardner pointait encore certaines faiblesses sur sa moto et avait "désespérément" besoin de progrès dans le turning au cours d'un "test important" lundi. L'Australien a obtenu gain de cause, mais pas avec la configuration que KTM avait prévue, qui apportait de petits progrès au freinage mais dégradaient encore plus le comportement de la RC16 en courbe.

"C'était une bonne journée. Malheureusement les nouvelles pièces n'ont pas semblé donné les sensations dont on avait besoin mais il y a eu quelques surprises après avoir fait des changements dans notre package, ce qui a semblé nous donner une meilleure direction et montrer à l'usine quoi faire à l'avenir, ce qui est bien. On a trouvé un peu plus de sensations sur l'avant, une chose très inattendue. C'était une bonne journée, j'étais assez rapide, j'avais un bon rythme. J'ai eu une petite chute au virage 2 en milieu de journée, je ne sais pas encore pourquoi mais ça peut arriver."

"Ce qu'ils ont fait [sur l'avant de la moto] est le plus gros changement pour moi jusqu'à présent", a-t-il ajouté. "On suit plus facilement la trajectoire, c'est moins imprécis. J'avais l'impression de gérer un peu mieux le pneu, surtout le medium."

Et c'est finalement en adoptant des réglages opposés à ceux imaginés par KTM que ces progrès ont été rendus possibles : "On est partis dans une direction [en début de journée] et ça générait des vibrations sur l'avant, la moto pompait et on est revenus en arrière. À la fin, on s'est dit 'que se passerait-il si on allait dans la direction inverse ?' Ils ont dit qu'ils avaient d'abord besoin de l'accord de l'usine, on l'a eu et ils m'ont proposé de le tester. À la fin j'ai dit 'ok, je vais le faire...' et j'ai fait des 1'41"7 les mains dans les poches. Si j'avais attaqué, j'aurais roulé en 1'41"4 ou 1'41"5 sur un pneu qui avait 16 ou 17 tours, donc c'était vraiment positif."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Viñales au plus haut avec Aprilia malgré un départ "de folie"
Article suivant Pourquoi la bévue d'Espargaró est moins saugrenue qu'il n'y paraît

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France