Le MotoGP organise sa reprise : en Europe et à huis clos

Amputé de ses 11 premières manches, le calendrier MotoGP prend peu à peu forme, de même que les conditions dans lesquelles les Grands Prix pourront être organisés. Huis clos, paddock réduit, tests systématiques, plusieurs courses sur le même circuit… Carmelo Ezpeleta fait le point sur les plans à l'étude.

Le MotoGP organise sa reprise : en Europe et à huis clos

Quelques heures après l'annonce de l'annulation de trois nouveaux Grands Prix, initialement prévus en juin et en juillet, Carmelo Ezpeleta est revenu sur cette décision, la première aussi radicale depuis le Qatar, en expliquant que reprogrammer ces manches du Sachsenring, d'Assen et du KymiRing n'était pas possible après l'été.

"Nous étudions la possibilité de commencer en juillet, mais le problème est que ce sera difficile à faire avec des spectateurs, or ces Grands Prix sont très difficiles à tenir sans spectateurs. C'est pour cette raison qu'avec les trois promoteurs locaux, nous avons décidé de les annuler et de nous tourner vers l'année prochaine pour ces trois-là", indique le PDG de Dorna Sports, précisant notamment au sujet d'Assen, dont l'absence sera une première historique : "Les autorités des Pays-Bas ont interdit les manifestations jusqu'à fin août et c'est donc totalement impossible. Et, compte tenu de la météo à Assen, il sera difficile d'organiser un Grand Prix plus tard, et encore plus difficile sans spectateurs."

Lire aussi :

Si cette décision peut paraître radicale, elle est en réalité le signe que le calendrier MotoGP s'organise, et certains axes de travail sont désormais de plus en plus clairs. "Notre idée, pour l'instant, est de commencer fin juillet. Quant à savoir où et quand, cela reste à décider. Nous sommes certains que notre programme initial est de commencer en Europe et de courir de fin juillet à novembre, puis nous verrons ce qui se passe et si les courses hors d'Europe seront possibles ou pas après novembre. Dans le pire des cas, s'il n'est pas possible de voyager hors d'Europe, nous organiserons au moins un championnat de dix à 12 courses entre fin juillet et fin novembre."

Nous organiserons au moins un championnat de dix à 12 courses entre fin juillet et fin novembre.

Carmelo Ezpeleta

Il est désormais exclu de disputer plusieurs courses d'une même catégorie pendant un week-end, en revanche l'hypothèse d'organiser deux Grands Prix à une semaine d'intervalle sur un même circuit prend de plus en plus corps. "Nous l'envisageons", confirme Carmelo Ezpeleta. "Pas pendant le même week-end de course, mais faire peut-être deux week-ends de course consécutifs sur le même circuit. C'est l'une des possibilités que nous envisageons en ce moment."

Et cela pourrait même s'étendre à l'autre championnat du monde géré par la Dorna, le WorldSBK, lui aussi dans l'attente d'un calendrier pour sa reprise, après n'avoir pu disputer que sa première manche, en Australie, en février. "L'idée est que, comme de nombreux circuits sur lesquels nous prévoyons d'aller en MotoGP font aussi des courses de Superbike, nous pourrons peut-être faire une course de Superbike le week-end qui suivra une course de MotoGP. C'est quelque chose que nous étudions afin d'établir le meilleur calendrier, mais c'est aussi une priorité pour nous d'avoir des courses de Superbike."

Paddock réduit, mais tests obligatoires

Outre l'agenda, les modalités avec lesquelles le championnat reprendra sont elles aussi peu à peu définies. Et Carmelo Ezpeleta confirme que le paddock sera fortement réduit, recentré sur le strict minimum de personnes, en excluant même possiblement les médias. Autant dire que l'image qui illustre cet article va, pendant quelque temps au moins, appartenir aux archives.

"Nous avons discuté avec les équipes et nous sommes parvenus à un consensus : le nombre maximum de personnes pour une équipe officielle MotoGP sera de 40, pour les équipes satellites ou indépendantes il sera de 25, 20 pour le Moto2 et 15 pour le Moto3", détaille le patron espagnol. "Ensuite, il y aura bien sûr toutes les personnes qui produisent le signal TV, puis le nombre minimum de personnes de la Dorna en charge de l'organisation de la course. Cela nous mènera à environ 1600 personnes, simplement pour avoir la possibilité de contrôler la famille MotoGP. Malheureusement, pour l'instant, il n'y aura pas de médias ni de télévision. Il y aura peut-être, mais ce n'est pas sûr, quelques photographes pour fournir des images à tout le monde."

Bien que réduit, ce microcosme ne pourra reprendre vie qu'en se pliant à des mesures de protection strictes, et c'est en ce sens que 10'000 tests PCR ont été acheté par Bridgepoint, propriétaire de la Dorna. "Nous essayons d'établir un protocole. C'est ainsi que nous travaillons actuellement au sein de la Dorna pour voir comment les Grands Prix pourraient se dérouler sans spectateurs et avec un nombre limité de personnes dans le paddock. Cela mènera à différentes situations concernant les transports, le logement, les hospitalities, mais tout le monde sera testé : par soi-même avant de partir de chez lui, puis à son arrivée sur le circuit et enfin à son retour chez lui. C'est l'idée."

Au programme ce week-end :

"Nous envisageons la possibilité de nous déplacer en voiture si nécessaire, mais je pense que d'ici juillet, grâce à de nombreuses mesures de sécurité, il sera possible de prendre l'avion en Europe", poursuit Carmelo Ezpeleta. Le huis clos, lui, devrait être la norme à moyen terme. "Malheureusement, il ne semble pas que cela va changer pendant la saison. Il sera difficile d'avoir des spectateurs sur les courses, mais nous aurons une fantastique couverture télévisuelle et elle permettra à la majorité des gens de regarder les courses."

"Mon message est que nous reviendrons et cette situation va nous renforcer. Nous ne travaillons pas seulement sur 2020, mais aussi sur 2021 et au-delà, et nous essayons de maintenir la qualité des courses. C'est le plus important", conclut Carmelo Ezpeleta.

partages
commentaires
L'hiver a aidé Joan Mir à travailler sur son agressivité

Article précédent

L'hiver a aidé Joan Mir à travailler sur son agressivité

Article suivant

Marc Márquez en faveur du gel des transferts pour 2021

Marc Márquez en faveur du gel des transferts pour 2021
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021