Le COVID-19, déclic pour alléger le calendrier MotoGP à l'avenir ?

Le monde sportif ressentira les conséquences économiques de la pandémie due au coronavirus à court et à moyen terme, mais à long terme aussi l'effet pourrait être réel. Pit Beirer est certain que cette période "va changer le sport" et pense que moins d'argent circulera à l'avenir.

Le COVID-19, déclic pour alléger le calendrier MotoGP à l'avenir ?

Les mesures visant à lutter contre la propagation de la pandémie de COVID-19 ont un impact majeur sur l'économie mondiale. De nombreuses entreprises ont dû temporairement fermer leurs bureaux, réduire leur personnel ou mettre en place un système de chômage partiel. Dans tous les pays, les chiffres du chômage sont en hausse et de nombreuses entreprises craignent pour leur survie. Alors que toutes les compétitions sont à l'arrêt, le sport ne fait pas exception.

"Le monde du sport va certainement changer", déclare Pit Beirer, directeur de KTM Motorsport, dans une interview accordée à Motorsport.com. "Il faut donc se préparer maintenant et penser à l'avenir, à la façon dont on pourra continuer après cette misère. Sur le plan économique, des questions passionnantes et difficiles se poseront."

"Pour organiser une course, il faut des sponsors, des partenaires, des entreprises, des mécènes, des amis. S'ils ont aujourd'hui toutes les difficultés à faire survivre leurs entreprises et à payer leurs employés, ils ne seront plus aussi motivés à l'idée de dépenser de l'argent pour des équipes de course."

Lire aussi :

Et cela ne s'applique pas seulement aux sports mécaniques, mais au monde sportif dans sa globalité. Si le nombre de courses a augmenté ces dernières années, il y a aussi eu de plus en plus de matches de football ou encore de tournois de tennis, et des sommes d'argent toujours plus importantes ont été investies, ne serait-ce par exemple que pour les transferts de grands sportifs dans les disciplines majeures.

Cette époque pourrait être révolue, selon le patron du programme de course de KTM : "Ce virus va changer le sport, au moins à court et moyen terme. On ne sait pas ce qu'il en sera sur le long terme, mais à court terme il va se passer beaucoup de choses et certaines industries devront se serrer la ceinture."

Pol Espargaro, Pit Beirer

KTM préconise de limiter le nombre de courses

Si nombreuses sont les pistes de réflexion envisagées par les uns et les autres pour réduire les coûts d'une discipline qui, à l'heure actuelle, ne génère pas de rentrées, Pit Beirer est d'avis, pour sa part, que le nombre de Grands Prix devrait être revu à la baisse. Faut-il revenir à la situation que l'on connaissait à la fin des années 1990, lorsqu'une saison se composait généralement de 15 ou 16 Grands Prix ? Il s'agirait d'un changement de cap important pour le MotoGP, qui se projetait encore récemment vers des championnats pouvant compter jusqu'à 22 courses et devait en organiser déjà 20 cette année. Or, si la saison 2020 devait être raccourcie sous l'effet de la pandémie, cela pourrait finalement conduire à une nouvelle réflexion sur le sujet.

Lire aussi :

"Aujourd'hui, nous serions très heureux si nous pouvions faire 15 courses ! Nous voyons bien à quel point il serait formidable d'avoir un championnat nous permettant de couronner un Champion du monde à la fin de l'année", rappelle Pit Beirer. "Peu importe que nous ayons cinq courses de moins ou de plus. Je pense que c'est assurément une base pour de futures discussions."

"Indépendamment du coronavirus, nous avons beaucoup discuté ces derniers temps, et les conclusions étaient claires. Le personnel, les ingénieurs, les techniciens, les chefs d'équipe et les pilotes aussi, tous atteignent peu à peu leurs limites quand on dispute autant de courses. Ce n'est pas le cas dans un seul championnat : c'est la même chose partout, il faut qu'il y ait de plus en plus d'épreuves."

"Cela engendre des difficultés parce qu'à un moment donné, les gens ne veulent plus voyager autant, ils veulent rester chez eux de temps en temps, en famille. Je pense que cela conduira à un changement de mentalité", estime Pit Beirer, et ce d'autant que le travail ne s'arrête pas entre les courses. "Même avec un peu moins d'épreuves, nous pouvons avoir de beaux championnats. Il est possible qu'à l'avenir de nouvelles dates et de nouveaux voyages ne s'ajoutent pas aux rendez-vous déjà existants. […] Nous avons déjà envoyé ce signal. J'ai également obtenu le soutien total de notre conseil d'administration pour limiter le nombre de courses."

partages
commentaires
Le circuit de Portimão homologué pour la F1

Article précédent

Le circuit de Portimão homologué pour la F1

Article suivant

Quartararo chez Petronas en 2021 ? Refus catégorique de Yamaha

Quartararo chez Petronas en 2021 ? Refus catégorique de Yamaha
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021