Crutchlow : "L'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin !"

Le pilote anglais a mis son corps à l'épreuve en participant au test de Sepang et le verdict de la piste est rassurant : sa cheville a bien tenu le choc. Ses sensations sont toutefois encore loin d'être parfaites.

Crutchlow : "L'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin !"
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol, après sa chute
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Le bras de Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Cal Crutchlow, LCR Honda Castrol
Cal Crutchlow, Team LCR Honda

Lorsqu'il a rangé son casque vendredi, à 18h, Cal Crutchlow n'était pas mécontent d'en avoir fini avec les essais. Trois jours d'efforts qui ont remis l'Anglais dans le bain après trois mois et demi d'inactivité faisant suite à la lourde blessure de la cheville qui a stoppé prématurément sa saison 2018.

Après 165 tours de piste dans la fournaise malaisienne, le pilote LCR était agréablement surpris par son état de forme, un tournant décisif pour lui compte tenu de l'importance de sa fracture et d'une cheville qui restait enflée et douloureuse à l'heure de la reprise.

"Au terme de ces trois jours, je suis content. Content d'en avoir fini aussi, pour être honnête ! Ma cheville me faisait mal, elle chauffait et enflait, mais je me sens en bonne forme. Je sens que ma cheville est en bon état, ça ne me préoccupe pas sur la moto, mais plutôt quand je m'arrête", explique-t-il auprès du site officiel du MotoGP.

Lire aussi :

"Ça s'est pas mal enflammé [vendredi], mais ça ne m'a pas posé trop de problèmes, je ne le sens pas sur la moto", assure-t-il. "Je suis toujours lent, je suis lent pour bouger mon pied autour du frein arrière ainsi que sur le repose-pied. Mais je me sens bien, surtout si on garde en tête que ça fait trois mois que je n'étais pas monté sur une moto. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : j'ai l'impression d'avoir été fauché par un bus chaque matin quand je me lève !"

Une chute juste après son meilleur tour

Gêné par sa botte, fatigué par la chaleur et par le décalage horaire qui est venu s'ajouter à la douleur pour réduire son sommeil, Crutchlow a aussi dû composer avec la douleur d'un nerf qu'il s'est coincé dans le cou le deuxième jour… Et pour ne rien arranger, il a connu plusieurs chutes durant ce test, dont une première jeudi en perdant l'avant sans avertissement dans le virage 5.

"J'ai chuté très vite sur le côté gauche, mais j'ai tenu ma jambe en l'air tout du long avant les graviers, et quand je les ai atteints j'étais très lent", explique-t-il. "Une part de moi aurait souhaité que ce soit plus rude, rien que pour voir comment ça se passerait, mais d'un autre côté je me suis estimé heureux. Je me suis tout de suite mis sur le côté gauche et j'ai levé mon pied droit en l'air. J'ai un trou [sur la combinaison] au niveau de l'épaule, tellement je suis resté longtemps sur le côté gauche."

Lire aussi :

Sa chute de vendredi matin s'est elle aussi terminée sans dommages et il a pu reprendre la piste au bout d'une heure pour boucler son programme. Quatorzième au terme du premier jour, Crutchlow s'est hissé à la cinquième place jeudi avant de conclure le test au sixième rang. Faisant partie des pilotes qui ont roulé sous le précédent record de la piste, il a concédé une demi-seconde au leader et se montrait d'autant plus satisfait qu'il est tombé dès son deuxième tour lancé, interrompant ainsi son attaque prématurément.

"J'aurais dû signer globalement des chronos encore plus rapides, mais je suis tombé. C'était complètement de ma faute, je suis entré dans le virage 2 surexcité. J'avais perdu trois dixièmes dans le premier secteur lors de mon tour rapide, donc dans le tour suivant j'ai attaqué comme un damné en me disant que j'avais besoin d'aller une demi-seconde plus vite. J'ai eu un peu de chattering et je suis tombé. C'était avec le pneu le plus tendre, et je pense qu'en moyenne on peut gagner entre six et huit dixièmes, donc j'aurais pu aller facilement plus vite. Mais je n'y suis jamais arrivé et je n'ai plus réutilisé ce pneu le restant de la journée."

"Je suis resté sur des runs de longueur assez minimale, je n'avais pas besoin d'en faire de très longs. J'ai plus testé des pièces que mon rythme de course, mais j'ai été très content de mon rythme [vendredi] après-midi et toute la journée. En pneus usés, j'ai été très régulier et rapide, ce qui est bien. Après trois mois de pause, je peux vous dire que ça fait du bien de pouvoir piloter à nouveau et être compétitif", se félicite-t-il.

Avec Willy Zinck

partages
commentaires
Bagnaia impressionne mais ne se voit pilote MotoGP qu'à 65%
Article précédent

Bagnaia impressionne mais ne se voit pilote MotoGP qu'à 65%

Article suivant

Espargaró : "Cette Aprilia est celle que j’attendais la saison passée"

Espargaró : "Cette Aprilia est celle que j’attendais la saison passée"
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021