Nouvelle déception pour Crutchlow au Mans

Le pilote LCR a une nouvelle fois terminé la course à une place bien éloignée des ambitions qu'il nourrit. Entre une chute au mauvais moment vendredi, une stratégie manquée en qualifications et des sensations insatisfaisantes, il n'a pu faire mieux.

Nouvelle déception pour Crutchlow au Mans

Cal Crutchlow n'affichait pas l'humeur des grands jours à l'issue de la course du Mans, et pour cause : l'Anglais, qui figurait sur le podium de la première manche de la saison, a essuyé dans la Sarthe une quatrième déception consécutive, en obtenant une neuvième place qu'il juge sans saveur. "Une journée décevante en ce qui concerne le résultat. Je n'étais pas venu là pour finir neuvième ce week-end", commentait-il sans détour, dans un résumé qui ressemblait à s'y méprendre à celui de la course précédente.

Lire aussi :

Cette neuvième place n'était que la conclusion d'un week-end compliqué de bout en bout pour Crutchlow, qui a obtenu samedi sa plus faible qualification depuis 2017. Dans les conditions mixtes et variables que l'on sait, l'Anglais n'a pas réussi à tirer son épingle du jeu en Q1, jonglant comme il a pu avec les pneus pluie soft ou medium alors que Valentino Rossi assommait le classement en slicks au même instant, et tentant un run en slicks mais au mauvais moment.

"Au final, j'étais plutôt content de mon temps, mais c'était juste trop mouillé", regrettait-il samedi après-midi, seulement crédité de la 15e place sur la grille de départ. "C'est facile de dire au début de la séance qu'on va sortir en slicks, mais je pensais que je pourrais être plus rapide avec le pneu pluie medium qu'avec les slicks. Je suis sorti avec le soft à l'arrière, en me disant que si je rentrais ensuite je pourrais passer à un medium et être plus rapide, mais quand je suis rentré, Valentino était en slicks et il affichait des casques rouges [signes de meilleurs partiels, nldr] partout. J'ai alors pris les slicks quand j'aurais dû prendre le medium, qui m'aurait permis d'être plus rapide. Quand je suis revenu en piste, j'étais trop tard pour les slicks et il était impossible de générer la moindre chaleur."

"L'erreur date d'hier", analysait cependant Crutchlow après les qualifications, frustré de ne pas s'être classé dans le top 10 avant l'arrivée de la pluie, samedi, alors qu'une chute en EL2 a mis fin prématurément à son time attack et l'a relégué à 32 petits millièmes de la dixième place salvatrice. Une mésaventure dont il a finalement porté le poids jusqu'à la toute fin du week-end, même si un bon envol à l'extinction des feux l'a immédiatement vu grimper à la 11e place. Il s'est ensuite rapidement défait de Takaaki Nakagami et Aleix Espargaró, avant de dépasser également Jorge Lorenzo. Longuement installé à la huitième place, il en a finalement été dépossédé par un Fabio Quartararo lancé dans un time attack plus réel que nature sur la fin de course.

"Je suis déçu de là où j'ai terminé, mais le positif qu'il faut que l'on retienne c'est que l'on a récolté des données utiles sur la moto", souligne le pilote LCR, en délicatesse en ce début de championnat avec une Honda qu'il ne parvient pas à mener aussi aisément que ne le fait Marc Márquez. "Globalement, je n'ai pas été à l'aise avec les réglages et avec les sensations que j'ai eues avec la moto ainsi qu'avec les pneus [dimanche] après-midi. Il faut donc que l'on progresse et que l'on travaille là-dessus."

Lire aussi :

"On s'est qualifiés 15e et cela ne fait que rendre les choses encore plus difficiles, mais j'ai pris un bon départ, j'étais neuvième après le premier tour, puis j'ai terminé la course neuvième. Je voulais un petit peu réduire mon retard sur les leaders, mais ça n'a pas été possible. Il faudra donc qu'on réessaye au Mugello", conclut le pilote anglais.

Cal Crutchlow a tout de même gagné deux places au championnat au terme du Grand Prix de France, profitant des faibles écarts dans son groupe pour se hisser au septième rang en prenant l'avantage sur son coéquipier Takaaki Nakagami, contraint à l'abandon pour la première fois de la saison, et sur Maverick Viñales, involontairement percuté par un autre pilote et lui aussi forcé de renoncer.

partages
commentaires
Honda : une 300e victoire 53 ans après la première
Article précédent

Honda : une 300e victoire 53 ans après la première

Article suivant

Pramac veut garder ses pilotes, "mais Miller n'est pas d'accord"

Pramac veut garder ses pilotes, "mais Miller n'est pas d'accord"
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021