Crutchlow et Dovizioso auraient eux aussi pu intéresser KTM

Hervé Poncharal dévoile les coulisses des réflexions qui ont mené au recrutement de Danilo Petrucci chez KTM, le pilote italien ayant réussi à réagir rapidement et à se montrer convaincant.

Crutchlow et Dovizioso auraient eux aussi pu intéresser KTM

La direction de KTM ne s'en cache pas, l'annonce du départ de Pol Espargaró a été une mauvaise nouvelle, un imprévu venant chambouler un plan stable, faisant la part belle à l'évolution graduelle des pilotes dans le groupe au fil des années et de catégorie en catégorie. Pilote le plus expérimenté de la marque, fidèle au programme MotoGP depuis son lancement, l'Espagnol était le leader incontesté, celui qui devait porter les ambitions de Mattighofen avec une RC16 qu'il a contribué à développer.

Ce départ, décrit comme "un choc" par Hervé Poncharal, a déséquilibré la stratégie en ne laissant que trois pilotes encore peu expérimentés dans le groupe MotoGP : Miguel Oliveira, qui a fait ses débuts la saison passée, et les deux rookies Brad Binder et Iker Lecuona. C'est en souhaitant insuffler une dose d'expérience dans son quatuor de pilotes que KTM a étudié la candidature de Danilo Petrucci. Cependant, l'Italien n'a pas été le seul à obtenir l'attention de Mattighofen.

"Nous avions donc les trois jeunes − Brad, Miguel et Iker − et la question était de savoir ce que nous allions faire pour le quatrième. Prenons-nous un autre jeune pilote talentueux venu du Moto2 ou essayons-nous d'avoir un pilote expérimenté ? Il est clair qu'ils étaient plus à l'aise avec le fait d'essayer d'avoir un pilote expérimenté à côté des trois 'rookies' − même si techniquement Miguel n'est plus un rookie", explique Hervé Poncharal à Crash.net.

Lire aussi :

"Une fois qu'il a été décidé que nous avions besoin d'un pilote expérimenté, il n'y avait plus que quelques noms intéressants. Il fallait que ce soit quelqu'un qui soit libre, qui ait de l'expérience en MotoGP sur une moto d'une autre marque... Pit a toujours dit 'Plus de pilotes de quatre cylindres en ligne !' Parce que ça n'a pas été un très grand succès", sourit le patron de Tech3 en évoquant les difficultés rencontrées notamment par Johann Zarco la saison dernière.

"Il y avait donc Cal, Danilo et Andrea. C'étaient les trois noms principaux", révèle Hervé Poncharal. Pilotes les plus expérimentés parmi ceux qui n'avaient pas encore signé pour 2021 ou n'étaient pas en passe de l'être, Crutchlow, Petrucci et Dovizioso ont donc été mis en concurrence pour le guidon à pourvoir au sein du groupe allemand. On sait l'Anglais désireux de poursuivre sa carrière, mais aujourd'hui dans une situation délicate avec le passage attendu d'Álex Márquez de Repsol à LCR en conséquence, justement, du recrutement de Pol Espargaró, et ce alors que le budget de sponsoring engendré par la présence de Takaaki Nakagami est précieux pour l'équipe de Lucio Cecchinello. Et l'on sait aussi qu'une seule place reste à pourvoir dans l'équipe officielle Ducati, avec dans le cas de Dovizioso des négociations qui ne semblent guère avancer. Son manager révélait récemment qu'une rencontre avait eu lieu avec KTM, sans que cela aille plus loin.

Petrucci, lui, a visiblement été plus rapide et plus convaincant que quiconque. "Pit menait la négociation. Il me consultait, mais c'est lui qui décidait et informait son patron, Stefan Pierer", explique Hervé Poncharal. "Danilo a pris la décision d'aller physiquement visiter l'usine KTM et de rencontrer Pit Beirer et Mike Leitner. Je pense que cela a été très apprécié. Vous savez comment je suis et comment ils sont : à un moment donné, la différence entre les pilotes vient d'une question de feeling, car comme je le dis assez souvent, un pilote heureux est un pilote rapide."

"Ce qu'ils voulaient vraiment, c'est de quelqu'un dont ils sentaient qu'il croyait au projet, qu'il aimait le projet et qui ne venait pas seulement pour avoir un job. Pas 'j'ai perdu mon boulot, mais je veux encore courir quelques années et avoir un bon salaire'. Danilo, je pense que la façon dont il a parlé, dont il s'est expliqué, dont il s'est comporté quand il s'est assis sur la moto, c'était ce que Pit Beirer et Mike Leitner voulaient voir."

Outre son caractère avenant et sa capacité à convaincre qu'il souhaitait s'engager dans le projet KTM, Petrucci avait pour lui sa victoire au Mugello, face à Dovizioso et Márquez, et qui a constitué un argument de poids en faveur de son potentiel aux yeux des responsables de Mattighofen. "Pour battre Marc et Andrea dans le dernier tour, il faut être un pilote spécial. Même si vous ne l'avez fait qu'une fois, vous devez être un pilote spécial avec du talent, du courage et l'œil vif. Il a terminé sixième du championnat et il arrive d'une moto très intéressante, qui est elle aussi un V4 et une machine extrêmement compétitive. Il sera donc très intéressant d'écouter ses commentaires."

Lire aussi:

"C'est comme ça que Danilo a obtenu le poste chez KTM", souligne Hervé Poncharal. Quant au fait qu'il ait été décidé de le placer chez Tech3 et non au sein de l'équipe d'usine de la marque, c'est la perspective de réunir Binder et Oliveira, deux pilotes qui se connaissent bien pour avoir déjà été coéquipiers, qui s'apprécient et peuvent coopérer sans accroc, qui semble avoir convaincu Pit Beirer.

"Je sais que Miguel Oliveira et Brad Binder représentaient un duo de rêve quand ils étaient coéquipiers en Moto3 et en Moto2 avec KTM. Ils ont gagné pas mal de courses, ils ont partagé des podiums. Ces deux garçons se respectent aussi beaucoup et ils aiment se pousser l'un l'autre dans une atmosphère saine. C'est pourquoi Pit a commencé à penser 'pourquoi ne pas reformer le line-up Oliveira-Binder ?' C'est une véritable équipe Red Bull KTM, car ils ont pratiquement toujours couru avec Red Bull et KTM en Grand Prix."

Une fois Danilo Petrucci rassuré quant au fait que les quatre pilotes du groupe seraient traités à armes égales, le plan a été validé. Une nouvelle stratégie pour le constructeur allemand, donc, mais une solution dont Mattighofen espère qu'elle permettra de rapidement oublier la mauvaise surprise qu'aura été le départ de Pol Espargaró.

partages
commentaires
Viñales leader chez Yamaha ? "Seuls les résultats en piste comptent"

Article précédent

Viñales leader chez Yamaha ? "Seuls les résultats en piste comptent"

Article suivant

Dovizioso n'exclut pas une année sabbatique en 2021

Dovizioso n'exclut pas une année sabbatique en 2021
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021