Les pilotes MotoGP comprennent la pénalité infligée à Crutchlow

partages
commentaires
Les pilotes MotoGP comprennent la pénalité infligée à Crutchlow
Par :
11 avr. 2019 à 22:06

Estimant que le règlement a tout simplement été appliqué, Andrea Dovizioso, Marc Márquez et Valentino Rossi jugent qu'il est normal que Cal Crutchlow ait été pénalisé pour départ volé en Argentine. Le sujet mérite toutefois, selon eux, d'être mis à plat.

Les bureaux des officiels, à Termas de Río Hondo, raisonnent encore de la colère de Cal Crutchlow et les oreilles de Freddie Spencer n'ont sûrement pas fini de siffler, l'Anglais n'ayant pas du tout apprécié la pénalité pour départ volé qui lui a été infligée lors du Grand Prix d'Argentine. Le défoulement verbal du pilote LCR avait même poussé les responsables du championnat à diffuser sur les réseaux sociaux la vidéo de sa moto, prise en flagrant délit de léger mouvement sur la grille de départ, juste avant l'extinction des feux.

Lire aussi :

Interrogés ce jeudi pour savoir si le sujet méritait d'être abordé lors de la Commission de sécurité vendredi soir, les pilotes de pointe du championnat ont affiché une position commune sur la question, estimant en premier lieu que la pénalité subie par leur adversaire était logique dans le sens où le règlement avait été tout bonnement appliqué.

"C'est clair que la Commission de sécurité sera drôle demain !" a d'abord souri Andrea Dovizioso. "Je pense que si j'avais été Cal, j'aurais trouvé ça très dur à accepter, je peux comprendre à quel point il est en colère. […] C'est vraiment dur de perdre une course comme cela, surtout quand vous avez un bon rythme."

Bien que compréhensif, le pilote Ducati a toutefois rappelé que c'est précisément le règlement qui a été appliqué. D'où, selon lui, la nécessité de mettre le problème à plat. "Il sera important d'en parler. Les règles sont claires. Je pense que Cal n'a rien gagné avec ce qu'il a fait, mais il a un petit peu bougé au départ de la course. Je pense donc qu'il faut qu'on y réfléchisse et qu'on en parle, pour essayer de comprendre s'il existe une autre façon de gérer ces situations. Il est clair que Cal n'a rien gagné en faisant cela et qu'il ne l'a pas fait exprès, mais le règlement dit que si l'on bouge on a commis une erreur", rappelle-t-il. "S'il faut interpréter tous les départs, alors c'est difficile. Je pense que c'est la raison pour laquelle ils ont décidé d'avoir cette règle."

 

Sur la même ligne que leur collègue, Marc Márquez et Valentino Rossi ont eux aussi rappelé à quel point il était important de disposer d'une règle claire sur le sujet, s'appuyant sur des faits incontestables, afin d'éviter des sanctions dépendant de l'interprétation des commissaires.

"Bien sûr, Cal n'a rien gagné en faisant cela, mais la règle dit que si vous bougez la moto, même en sens inverse, vous devez être pénalisé. C'est la meilleure façon d'avoir une règle solide, car si ce n'est pas le cas, il y aura toujours des gens pour dire 'Oui, mais je n'ai rien gagné…'. C'est dur d'avoir un ride-through de cette façon et de perdre la course, mais c'est la meilleure façon d'avoir une règle et de s'épargner des polémiques par la suite", a prévenu Márquez.

Lire aussi :

"Je suis d'accord", a renchéri Rossi. "Pour moi, la seule façon d'avoir une règle claire c'est que vous ne puissiez pas bouger dans l'instant qui précède le départ, parce que si l'on commence à parler du fait d'avoir gagné quelque chose ou de combien on peut bouger, alors ça devient très difficile. J'ai vu une caméra sur la roue de Cal – je n'avais jamais vu ça auparavant – et il est clair qu'ils ont été très stricts. Cal n'a rien gagné, mais si l'on voit la caméra, on voit qu'il a un peu bougé."

Le pilote Yamaha reconnaît néanmoins qu'il pourrait être approprié de réfléchir à une sanction moins contraignante pour ce type de fautes. "Je pense qu'on pourrait parler demain de la pénalité, car après la course Cal a dit qu'avec un ride-through, on perd 35 secondes et donc c'est fichu. Peut-être qu'on pourrait penser au long-lap, je ne sais pas", a-t-il suggéré. "Quoi qu'il en soit, le règlement dit que l'on ne peut pas bouger, alors c'est comme ça."

Avec Willy Zinck

Article suivant
Dovizioso : Márquez imbattable ? "Rien n'est impossible"

Article précédent

Dovizioso : Márquez imbattable ? "Rien n'est impossible"

Article suivant

Austin, l'occasion de rebondir pour Viñales

Austin, l'occasion de rebondir pour Viñales
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu