Crutchlow n'a pas voulu être pilote de remplacement pour Honda

Un temps attiré par Aprilia, puis finalement convaincu par le projet que lui proposait Yamaha, Cal Crutchlow n'était en revanche pas intéressé à l'idée de rester lié à Honda mais en tant que pilote de remplacement en MotoGP et en WorldSBK.

Crutchlow n'a pas voulu être pilote de remplacement pour Honda
Charger le lecteur audio

Cal Crutchlow a mis un terme à sa carrière de pilote de course MotoGP à l'issue de la saison 2020, pour embrasser un nouveau rôle, celui d'essayeur auprès de Yamaha. Poussé dehors par le HRC lorsque le recrutement de Pol Espargaró chez Repsol Honda a enclenché le transfert d'Álex Márquez vers LCR, le pilote anglais a hésité à poursuivre sa carrière, avant de finalement faire un choix qu'il a vite compris être le bon pour son avenir.

S'il n'avait pas pris la décision de s'orienter vers cette option, Crutchlow a révélé que Honda avait un autre rôle à lui proposer, à savoir le conserver dans le groupe mais uniquement pour remplacer les pilotes MotoGP ou WorldSBK en cas d'absence. Un statut incertain mais engendrant potentiellement de trop lourdes tâches, et qui n'a pas intéressé le triple vainqueur en Grand Prix.

Lire aussi :

"Je n'ai jamais rien eu sur papier de leur part, mais le plan était plutôt que je sois pilote de remplacement", a déclaré Crutchlow lorsqu'il lui a été demandé si Honda lui avait offert un rôle de pilote d'essais pour 2021. "J'aime bien Alberto [Puig], j'ai toujours dit qu'il avait eu une grande influence sur mes contrats avec Honda ces dernières années, et il m'a toujours soutenu. Il est comme moi, il parle franchement. Il est très bon et il a été déçu quand j'ai été sorti par Honda au début de l'année. C'était en grande partie hors de son contrôle, mais il contrôlait aussi beaucoup de choses et je comprends la situation."

"Évidemment, il voulait donc me garder d'une manière ou d'une autre, et ils ont envisagé de m'avoir comme pilote de remplacement. Mais je pense que ça aurait été difficile, parce que cela aurait été pour le MotoGP et le World Superbike. Je n'étais pas intéressé par ce projet, en particulier parce qu'il s'agissait de six pilotes [à remplacer] et que j'allais peut-être me retrouver à courir toute l'année. Mais je suis très reconnaissant de toujours parler avec honnêteté et franchise avec Alberto. Et quand je lui ai dit que j'allais sceller un accord avec Yamaha, il était très content pour moi."

Convaincu par le projet de Yamaha

Avant de s'engager auprès de Yamaha, Cal Crutchlow a eu des contacts avancés avec Aprilia, dernière équipe à avoir disposé d'un guidon à pourvoir pour la saison prochaine. Finalement, avant même que le TAS n'ait rendu son verdict dans l'affaire Andrea Iannone − ce qu'attendait le constructeur afin d'enclencher ou non le recrutement d'un nouveau pilote − l'Anglais s'est lui-même désengagé.

"Je pense qu'il y aura un moment et un endroit pour parler de mes raisons et des principes qui ont fait que je n'y suis pas allé. Mais globalement ils voulaient que je vienne, j'ai parlé avec eux depuis mars. Depuis mars ils pouvaient signer l'accord, mais ils voulaient attendre Andrea. Seulement, moi, je n'attendais pas Andrea. Avant qu'il soit annoncé qu'Andrea était suspendu, je leur ai donc dit que je ne voulais pas le faire. J'ai mes raisons pour cela", a expliqué Crutchlow à Motorsport.com.

"C'est un super projet que mène Massimo Rivola et j'espère qu'ils continueront à obtenir de très bons résultats et à progresser. Je leur souhaite bonne chance dans la discipline. Mais je ne voulais pas le faire, c'est aussi simple que ça. Je voulais m'engager dans le projet qui a été mis sur la table par Yamaha."

"Je suis ravi de retourner vers le constructeur pour lequel j'ai gagné un titre mondial, pour lequel j'ai couru en Supersport et en Superbike, et qui m'a fait venir en MotoGP", a souligné le celui qui a remporté le championnat de la catégorie WorldSSP en 2009. Arrivé en MotoGP au sein du team Tech3 deux ans plus tard, il est resté dans le groupe d'Iwata jusqu'à son transfert vers Ducati en 2014. Après n'avoir passé qu'un an à Borgo Panigale, il a ensuite pendant six ans assumé un rôle de plus en plus central chez Honda, contribuant à la récolte de victoires mais aussi au développement de la RC213V. Aujourd'hui, le natif de Coventry espère mettre ce bagage à disposition de son nouvel employeur, avec le sentiment de boucler la boucle dans sa carrière mondiale.

Lire aussi :

"Je suis très heureux de l'accord qui m'a été proposé. Je vais y passer beaucoup moins de temps que ce à quoi je suis habitué, mais je vais quand même piloter une moto de Grand prix, ce qui est la meilleure moto au monde, et je vais pouvoir piloter ce qui est clairement, je crois, l'une des meilleures motos de la grille, au sein d'une équipe et d'un constructeur formidables."

"Je vais apporter toute mon expérience du MotoGP, acquise en voyant ces motos et leur électronique se développer, les pneus changer tout le temps. Depuis la dernière fois que j'ai piloté une Yamaha, j'ai couru pour deux constructeurs et passé de nombreuses années chez Honda. Mais je pense qu'il est très important de conserver la philosophie de leur moto et leur base, et ne pas trop penser à ce que j'ai piloté précédemment."

"J'espère évidemment que je vais pouvoir leur apporter mon expérience, mais on ne va pas faire de comparaisons avec Marc. Je ne vais pas chez Yamaha pour leur donner des informations au sujet de Marc Márquez. Je vais chez Yamaha pour leur donner des informations pour essayer d'améliorer leur moto afin de battre Marc Márquez et chacun des autres pilotes de la grille. Il est très important d'être en contact avec les pilotes quant à ce qu'on a testé, ce qu'on a fait, ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas, et ce genre de choses, et je pense que je suis au bon moment dans ma carrière pour pouvoir faire cela, je suis encore rapide."

Remplaçant de Jorge Lorenzo à ce poste, Cal Crutchlow devrait bénéficier de la volonté de Yamaha de ne pas reproduire les erreurs de 2020 pour être bien occupé par les tests qui seront mis en place au cours de l'année. Le règlement permettra aussi de l'inscrire en tant que wild-cards sur un maximum de trois Grands Prix si le constructeur d'Iwata le souhaite, le MotoGP ayant décidé d'ouvrir à nouveau cette possibilité après l'avoir exceptionnellement écartée en 2020 en raison de la crise sanitaire. De quoi potentiellement garder un contact avec la compétition tout en levant le pied comme il le souhaitait désormais.

Avec Mark Bremer

partages
commentaires

Voir aussi :

Joan Mir veut progresser pour affronter Marc Márquez en 2021
Article précédent

Joan Mir veut progresser pour affronter Marc Márquez en 2021

Article suivant

La Ducati aux couleurs de VR46 officiellement dévoilée

La Ducati aux couleurs de VR46 officiellement dévoilée
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021