Pour Crutchlow, Quartararo est "le meilleur pilote de la grille"

Cal Crutchlow estime que les performances de Fabio Quartararo avec une moto affaiblie le distinguent du plateau en MotoGP. Le pilote d'essais de Yamaha est impressionné par la capacité du Français à exploiter son avantage en courbe dans toutes les circonstances, ce qui lui rappelle Marc Márquez.

Pour Crutchlow, Quartararo est "le meilleur pilote de la grille"
Charger le lecteur audio

Leader du championnat après 13 des 20 Grands Prix au programme cette année, Fabio Quartararo a finalement laissé la tête à Pecco Bagnaia à deux courses du but, pour conclure la saison à 17 points du représentant de Ducati. La déception aurait pu gagner le clan Yamaha mais aux yeux de Cal Crutchlow, la place de dauphin conquise par Quartararo cette année est déjà un exploit en soi.

Le constructeur japonais craignait que son pilote phare ne soit pas en mesure de défendre ses chances cette année car malgré deux ans de développement sur le moteur – aucune évolution n'ayant été permise entre 2020 et 2021 pour limiter les dépenses – le modèle 2022 du quatre cylindres en ligne a été abandonné en raison d'inquiétudes quant à sa fiabilité.

Quartararo a donc disputé toute la saison avec une moto plus que limitée en performance mais a quand même longtemps été leader, ce qui a surpris Lin Jarvis, grand responsable de la compétition chez Yamaha, et donc Crutchlow, pour qui El Diablo a réalisé une performance unique. "Je pense que si tous les autres pilotaient la Yamaha, ils ne seraient pas à la même place", a résumé celui qui est en charge des essais de la marque et a disputé six courses pour RNF en fin de saison. "Fabio est très talentueux et il tire le meilleur de la moto dans toutes les situations parce qu'elle est difficile à piloter, ce que l'on voit avec les autres pilotes."

"Je ne dis pas ça parce que je roule pour lui mais je sais ce dont il dispose, et il est le meilleur pilote de la grille en ce moment, c'est certain parce que je crois que personne ne pourrait faire ce qu'il fait avec cette moto", a-t-il ajouté. "Ce sont de simples faits. Je n'enlève rien à Pecco parce qu'il a réalisé un championnat fantastique, il a fait un travail fantastique et Ducati aussi cette année. C'est un grand pilote [et] je ne dis pas que Fabio est meilleur que lui. Fabio fait quelque chose de très bon et c'est sincèrement difficile. C'est déjà difficile de marquer des points avec cette moto donc ce qu'il fait est incroyable et il faudra corriger ça pour l'an prochain." 

Réputée pour sa douceur, la M1 a en effet perdu cette qualité au fil des saisons selon Crutchlow, épaté par les prouesses de Quartararo avec cette machine : "Comme je l'ai toujours dit, la Yamaha était la moto sur laquelle on pouvait monter puis jouer le podium dans une équipe satellite et maintenant c'est totalement l'inverse, personne ne peut monter sur le podium. C'est comme la Honda [avant], souvenez-vous que personne ne pouvait piloter la Honda, ou la Ducati. Mais ça s'est inversé, je ne sais pas quand. Je vois juste que Fabio pilote bien et mieux que les autres."

Cal Crutchlow, RNF MotoGP Racing

Cal Crutchlow

Cal Crutchlow n'est pas le seul à estimer que Fabio Quartararo a brillamment défendu ses chances avec une machine limitée. Les pilotes ont été nombreux à mettre en avant les faiblesses de la Yamaha et parmi eux, Aleix Espargaró a estimé que le Français n'avait "pas les armes de Pecco", tandis que Miguel Oliveira a opté pour l'euphémisme en précisant que Quartararo a "fait de son mieux avec une moto qui ne semblait pas la plus performante" du plateau.

Selon Crutchlow, la Ducati a même ravi à la Yamaha le statut de machine la plus polyvalente, ce qui n'enlève rien au mérite de Bagnaia. "Ducati a conçu une moto que tout le monde peut piloter", a précisé l'Anglais au site officiel du MotoGP. "Tous ceux qui sont dessus peuvent bien la piloter et être rapides. Et Pecco est un excellent pilote, ça ne fait aucun doute. On ne gagne pas [sept] courses en MotoGP [en un an] sans être un bon pilote. C'est un très bon pilote, quelqu'un de sympa aussi et c'est bien de voir qu'il obtient la reconnaissance qu'il mérite en remportant le titre parce qu'il a bien piloté. Concernant sa remontée [au championnat], je ne pense pas qu'elle aurait été possible sans cette situation malheureuse pour Fabio, mais ça n'a pas d'importance. Il a remporté le titre donc bravo à lui et à Ducati."

Un pilotage unique parfaitement adapté à la Yamaha

Si Cal Crutchlow est à ce point admirateur du pilotage de Fabio Quartararo, c'est parce que le Champion du monde 2021 est en symbiose parfaite avec sa moto, au point d'être le seul capable d'en tirer toute la quintessence et d'exploiter ses forces. Cette caractéristique lui rappelle Marc Márquez, très régulièrement unique pilote Honda représenté aux avant-postes.

"J'ai eu la chance de piloter avec Valentino [Rossi], Lorenzo, Dovizioso, Dani [Pedrosa]... Disons que j'ai roulé pour des constructeurs avec les meilleurs pilotes du moment", a rappelé Crutchlow dans une interview accordée à Motorsport.com. "Marc et Fabio ont un pilotage totalement opposé, vous ne pouvez pas imaginer. C'est pour ça que je dis qu'ils ont le même effet sur leur constructeur, et aussi sur les autres pilotes de la marque."

"C'est une affirmation bizarre mais une capacité à 'hacker' leurs coéquipiers ou ceux qui roulent pour la même marque, parce que personne ne peut faire ce qu'ils font. Ils amènent le positif, ou le point fort de la moto, à un niveau que personne ne peut atteindre, ou bien leur point fort est aussi celui de la moto et ça fonctionne, tout simplement. Ils ont donc cet effet qui les rend supérieurs.

Marc et Fabio ont un pilotage totalement opposé. C'est pour ça que je dis qu'ils ont le même effet sur leur constructeur, et aussi sur les autres pilotes de la marque. Une capacité à 'hacker' leurs coéquipiers ou ceux qui roulent pour la même marque, parce que personne ne peut faire ce qu'ils font.

Cal Crutchlow

"Je perçois ça parce que je ne pense pas que la Honda était la meilleure moto et je ne pense pas que la Yamaha était la meilleure moto, [Márquez et Quartararo] ont réussi à remporter des titres mondiaux avec [une machine] qui n'en était pas [capable]. Ce sont des personnes totalement différentes, ils sont chez des constructeurs totalement différents et ils pilotent totalement différemment, mais ils ont cet effet particulier."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo

Fabio Quartararo est réputé pour sa capacité à garder de la vitesse en courbe, ce qui lui permet de compenser le temps perdu de l'accélération jusqu'au bout des lignes droites... en tout cas sur un tour puisqu'en conditions de course, il peut se trouver "bloqué" par ses rivaux dans les virages, sans voir la moindre opportunité de dépassement se présenter.

"Fabio a l'avantage en relâchant les freins et en gardant de la vitesse en courbe", a précisé Crutchlow. "Le seul point faible que je vois dans cette situation – pas chez lui – c'est que c'est dur de se battre, [mais] je pense que c'est plus un souci de Yamaha que de sa part. [...] Tout le monde se dit 'Ouais, tu freines plus tard, tu accélères plus tôt et tu es plus rapide'. En fait c'est plutôt l'inverse [avec Quartararo]. Si on freine bien mais qu'on peut relâcher les freins, ça veut dire qu'on a plus de vitesse en courbe et que l'on peut remettre les gaz plus tard que les autres. Quand on accélère plus tard, on préserve le pneu arrière parce qu'on est plus rapide en courbe sans glisser. C'est là qu'il a un avantage."

Et malgré le verdict du championnat 2022, Cal Crutchlow estime qu'il est possible de cultiver cet avantage sans faire d'immenses progrès en ligne droite, la vitesse de pointe étant une faiblesse historique de la M1 que les pilotes ont été habitués à compenser : "La Yamaha n'a jamais été la moto la plus rapide et elle a remporté beaucoup de titres. Mon travail est de l'améliorer et j'adore ce que je fais. Yamaha travaille bien et on continue à donner des informations pour les aider à être plus rapides."

Propos recueillis par Lewis Duncan

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Les regrets de Livio Suppo : "J'avais un tas d'idées" avec Suzuki

Les adieux douloureux de la Clinica Mobile après 45 ans en Grand Prix