Crutchlow : "C'est dangereux sur le sec, alors imaginez sous la pluie"

Alors que le MotoGP s'installe au Red Bull Ring pour deux Grands Prix, Cal Crutchlow livre son point de vue, sans concession, sur une piste qu'il juge risquée.

Crutchlow : "C'est dangereux sur le sec, alors imaginez sous la pluie"

Les performances des KTM et leur supposé favoritisme grâce aux concessions réglementaires, l'allocation de pneus, la dangerosité du Red Bull Ring : avec son franc-parler habituel, Cal Crutchlow a abordé jeudi devant la presse les sujets qui occupaient tous les esprits à l'arrivée du paddock en Autriche, pour deux Grands Prix consécutifs.

Avec un seul résultat probant à son actif (une quatrième place en 2018), le pilote LCR n'aborde pas l'épreuve qui lui réussit le mieux, et pour ne rien arranger le Red Bull Ring est surtout une piste dont il juge la sécurité discutable. Les orages annoncés pour le week-end, porteurs de pluies intenses, menacent de complexifier encore un peu plus la donne, et pourtant il ne compte pas reculer devant la difficulté.

Comment va ton poignet ?

Il me fait mal cette semaine, mais je suppose que c'est ce qui arrive quand on se casse le scaphoïde et qu'on essaye de courir chaque semaine. J'ai un peu mal, mais c'est ma main en général qui me fait mal, pour une raison quelconque. Ceci dit, je ne m'attends pas à avoir des problèmes sur la moto. Je n'en ai pas eu la semaine dernière. J'ai eu mal, mais je pense pouvoir gérer cela.

Que penses-tu de l'allocation de pneus pour ce Grands Prix ?

Je ne pense pas que l'allocation de pneus soit très bonne, pour être honnête. On a quelques inquiétudes quant au pneu avant le plus dur qu'ils ont apporté, étant donné qu'il s'agit du bon pneu. Je ne sais pas s'ils l'ont changé comme nous l'avons demandé la semaine dernière, car ce pneu est celui que personne n'a absolument pas du tout utilisé à Jerez, mis à part moi et je suis tombé et me suis cassé le scaphoïde. Je l'avais utilisé au warm-up [du GP d'Espagne] et une fois le vendredi, juste parce qu'on le devait compte tenu de l'allocation. Je crois que le soft sera trop tendre.

Lire aussi :

Après, c'est ce que je pense maintenant mais ça pourrait s'avérer OK au final. Le problème est qu'avec ce pneu on a beaucoup de blocages en ligne droite, or sur ce circuit beaucoup des freinages se font en arrivant à grande vitesse pour entrer dans des virages assez étroits. Le blocage en ligne droite a été un gros problème ici au fil des années, à cause de la gomme déposée en piste par la F1 ou les autos en général dans les zones de gros freinages. Comme je l'ai dit, je ne sais pas s'ils ont changé l'allocation de pneus comme on l'a demandé la semaine dernière − tous les pilotes l'ont demandé à la Commission de sécurité. On verra, mais encore une fois, la situation est la même pour tout le monde.

La carcasse du pneu arrière est différente par rapport aux pneus de Jerez et de Brno. Penses-tu que cela va aider ceux qui ont été en difficulté là-bas ?

Les seuls qui savent comment rouler ici en ce moment, ce sont les KTM, car ils y ont fait des tests. Ils ont déjà une super moto, un super pilote et un gros avantage pour ce week-end, alors je m'attends à ce qu'ils soient devant à chaque séance. Et puis, franchement, ils avaient été les seuls à pouvoir gérer ce pneu la semaine dernière, et tout le week-end d'ailleurs si on regarde le rythme affiché par Brad [Binder] et par Pol [Espargaró]. Ils ont trouvé la façon de gérer ce pneu cette année et ça s'est vu à la dernière course. Il faut donc s'inquiéter d'eux pour ce week-end. C'est maintenant aux constructeurs et aux équipes de faire en sorte que leur moto s'adapte aux pneus. J'espère donc qu'on pourra commencer à comprendre un peu plus de choses ce week-end, en ayant un peu plus de données de la semaine dernière.

Pluie dans le paddock du Red Bull Ring

Les prévisions météo annoncent de la pluie pour le week-end : est-ce une inquiétude ?

Je n'aime pas rouler ici quand c'est mouillé, franchement. Ces deux dernières années, je crois que je n'ai aimé rouler nulle part quand il pleuvait ! Mais ici, c'est comme rouler sur de la glace et on ne peut pas dire qu'il y ait de grands dégagements. Ça nous inquiète, bien sûr, et surtout que quand on est arrivés ici mardi après-midi, il avait plu depuis environ deux heures et l'eau sur la piste nous arrivait à la cheville. Et étant donné que c'est très ondulé ici, il y avait beaucoup d'eau stagnante entre le virage 1 et le virage 2, tout en bas, là où on commence à mettre les gaz. J'ai vu un van passer et les projections qu'il levait, c'était incroyable ! Je crois qu'il faut qu'on soit intelligents, qu'on voie quelle est la situation et ensuite on avisera. Ça semble être des pluies orageuses, alors c'est difficile de dire s'il va pleuvoir ou pas [au moment des séances].

Que se passera-t-il s'il pleut ? L'année dernière déjà, les pilotes en parlaient, alors allez-vous signifier à la direction de course que le Red Bull Ring n'est pas très sûr ?

Le problème c'est que certains quitteraient la pitlane, et cela signifierait que tout le monde serait obligé de quitter la pitlane. C'est de la course. C'est comme quand on fait des tests : si quelqu'un prend la piste, cela force les autres à y aller aussi. On ne veut pas être désavantagé par rapport à la concurrence, on prend la piste même quand on ne se sent pas super ou qu'on n'est pas trop content. C'est comme quand un pilote revient en étant blessé : les autres aussi reviennent en étant blessé. C'est un cercle vicieux permanent : il y aura toujours un ou deux gars qui voudront prendre le risque d'y aller, alors les autres doivent y aller, car ils ne veulent pas perdre ces informations, et les équipes sont forcées d'y aller…

Je ne crois pas que ce circuit soit particulièrement sûr sous la pluie, mais je fais partie de ceux qui ont obtenu de très bons résultats sous la pluie. J'ai fait une pole position à Silverstone sous des trombes d'eau avec [une] seconde d'avance [en 2016, ndlr]. Je ne veux pas prendre de risques, mais franchement je pense que cet endroit est risqué. Cependant la concurrence vous poussera toujours.

Lire aussi :

De quoi a besoin ce circuit pour être plus sûr ?

Il a besoin que chaque mur sur l'ensemble du circuit soit repoussé, très, très loin ! Ça n'est pas comme s'ils avaient des soucis d'argent pour le faire. Je crois qu'ils ont l'argent pour repousser les murs. Ils devraient empiéter sur la route de service, puis encore plus loin. Je ne connais pas la situation, mais je suis certain qu'ils possèdent les lieux. Je crois qu'ils ont repoussé certaines choses il y a quelques années, mais ça n'est clairement pas suffisant. Il n'y a pas grand-chose qu'on puisse faire.

Y a-t-il des virages en particulier qui posent problème ?

Oui, les virages 1, 3, 4, 9, le dernier… Je ne suis pas du genre à avoir peur, quand je pilote je ne suis pas en train de me dire 'Oh mon dieu, c'est proche', mais je pense juste que rouler avec nos motos, sur ce circuit, c'est déjà dangereux sur le sec, alors imaginez sous la pluie. Mais c'est ce que tout le monde a dit l'année dernière. Peut-être qu'ils l'ont oublié cette année, mais je pense que beaucoup de pilotes partageront mon sentiment.

Est-ce que ça te semble juste que KTM ait fait des tests à Brno et au Red Bull Ring avant les courses ?

Je pense que c'est complètement juste. Je pense que les règles du championnat sont justes. S'ils écrasent tout le monde cette semaine, on va tous dire que ça n'est pas juste ! Mais c'est la réalité, ils ont fait du bon boulot. Ils avaient aussi fait un test à Brno avec Dani [Pedrosa], et quand ils sont arrivés pour la course, dès la première séance ils avaient beaucoup de données pour comprendre les choses, et je parie qu'ils avaient déjà compris que la dégradation des pneus allait être aussi forte cette année. Ils ont fait du super boulot, les pilotes et l'équipe, et je pense que ça va nous compliquer la vie ce week-end en Autriche.

partages
commentaires
Les pilotes Ducati entre espoir et prudence avant l'Autriche

Article précédent

Les pilotes Ducati entre espoir et prudence avant l'Autriche

Article suivant

Dovizioso : Résoudre les problèmes "indépendamment de mon avenir"

Dovizioso : Résoudre les problèmes "indépendamment de mon avenir"
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021