Rassuré par sa vitesse, Crutchlow veut d'autres progrès de Honda

Confiant face au potentiel global du duo qu'il forme avec sa Honda RC213V, Cal Crutchlow est toutefois inquiet de ne pas réussir à régler les problèmes qui persistent sur sa machine.

Rassuré par sa vitesse, Crutchlow veut d'autres progrès de Honda

Lors de la dernière journée des tests de Sepang, Cal Crutchlow s'est distingué avec le deuxième temps à seulement 82 millièmes de seconde de Fabio Quartararo, qui a dominé les trois jours d'essais. Le Britannique était donc rassuré d'avoir pu montrer les performances dont il est capable et avoue que ces essais ont été particulièrement intenses.

"On a fait beaucoup de tests, c'était bien de pouvoir attaquer un peu [dimanche] matin et faire un temps", explique le pilote LCR Honda. "On a travaillé sur l'électronique, j'ai essayé une nouvelle géométrie sur une de mes motos, et on a testé de nouvelles pièces aérodynamiques. Ce qui est bien, c'est que l'on peut faire cela en trois tours, mais ça prend dix minutes à chaque fois, donc c'était un programme chargé."

Lire aussi :

Néanmoins, les chronos affichés ne l'ont pas totalement rassuré. Lui qui se plaignait pendant le week-end d'une machine manquant encore grandement d'agilité, il sait que ce n'est pas la performance pure qui lui permettra de signer des résultats probants, mais bien sa capacité à être régulier au guidon d'une Honda qui, l'an dernier, n'a permis qu'à deux pilotes, lui et Marc Márquez, d'atteindre le podium.

"Faire des temps rapides et terminer sur le podium sont deux choses différentes, certains ont fait des tours rapides et ne seront pas proches du podium", poursuit-il, rappelant qu'un tel exemple avait déjà été constaté en 2019. "On a vu l'an dernier que Bagnaia roulait comme une fusée, et je ne crois pas qu'il ait fini dans le top 8 [une septième et une quatrième places comme meilleurs résultats, ndlr]."

"C'était bien de pouvoir attaquer, et je sais que j'ai le potentiel pour un podium, mais avec cette moto c'est assez difficile. On doit progresser pour mieux faire fonctionner les pneus. Il y a deux points à gérer, le châssis et le moteur, et il faut faire progresser les deux. C'était une journée positive en termes de rythme mais ce n'était pas une course, il faudra donc voir au Qatar et quand la saison commencera."

Cal Crutchlow, Team LCR Honda

Désormais, il attend de savoir s'il pourra tester de nouvelles pièces lors des tests de Losail, mais veut surtout avoir une deuxième impression avec celles essayées à Sepang durant ces trois journées : "J'espère, je n'en ai pas discuté encore, je ne sais pas. Je veux tester de nouveau les pièces que j'ai essayées ici. Le Qatar est un bon circuit car il souligne les bons et les mauvais côtés de la moto, car la piste a tout : des virages rapides, des virages serrés, une longue ligne droite et des freinages importants. On devrait en savoir plus là-bas."

Un scooter brake à mieux maîtriser

Depuis les derniers essais de 2019, disputés à Jerez, Crutchlow utilise le système appelé 'scooter brake'. Il s'agit d'un levier qui permet d'actionner le frein arrière avec la main, plutôt que de le faire avec le pied. Il reconnaît la difficulté que représente un changement si fondamental, et détaille les défis qu'apporte ce système. Outre la sensibilité de ce levier, c'est aussi le dosage avec le frein avant qui devient plus compliqué.

Lire aussi :

"Oui je l'utilise toujours depuis les tests de Jerez… c'est difficile ! J'ai l'habitude d'écraser vraiment mon pied droit sur le frein arrière, j'y mets tout mon poids. J'ai un amortisseur très rigide et des plaquettes très dures afin de ne pas mettre trop d'énergie dans le système. C'est la manière dont j'aime l'utiliser. Mais j'ai aussi commencé à freiner au doigt et c'est très sensible. Quand vous freinez sur une moto, vous freinez avec la même force des deux mains. C'est ce que j'ai fait quelques fois !"

"J'ai freiné à fond avec la main droite et j'ai attrapé le levier gauche [et la moto s'est mise en travers]. Je continuerai à l'utiliser car ça peut être positif. Je ne m'en sers pas [en milieu de virage], mais en zone de freinage. On veut décélérer plus tôt dans la zone de freinage, et la position dans laquelle on est sur la moto ne nous permet pas toujours d'utiliser le frein arrière. Vous glissez vers l'avant, et à moins de mettre votre jambe à un angle de 90 degrés comme Marc, c'est difficile à faire."

partages
commentaires
Petrucci a une nouvelle preuve qu'il s'était "un peu perdu" en 2019

Article précédent

Petrucci a une nouvelle preuve qu'il s'était "un peu perdu" en 2019

Article suivant

Márquez pas si sûr que le nouveau pneu favorise Yamaha et Suzuki

Márquez pas si sûr que le nouveau pneu favorise Yamaha et Suzuki
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021