Dall'Igna : Dovizioso est "plus déterminé", il a franchi un cap

L'ingénieur qui mène le programme Ducati laisse à Jorge Lorenzo le temps de prendre ses marques, tout en observant l'éclosion d'un Andrea Dovizioso plus incisif.

Gigi Dall'Igna n'a pas fêté le succès espéré sur le Grand Prix du Qatar, première manche de la saison MotoGP, néanmoins il entend bien voir le verre à moitié plein et retenir les éléments encourageants pour y puiser sa foi en l'avenir.

Le premier d'entre eux s'appelle Andrea Dovizioso. Certes, l'Italien a manqué de peu la victoire qatarie pour la troisième année consécutive, néanmoins son approche a tout particulièrement séduit le directeur général de Ducati Corse.

"Je l'ai félicité, il m'a vraiment plu", assure-t-il dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. "Pendant la seconde partie de 2016 et en ce début 2017, je l'ai vu beaucoup plus convaincu et déterminé. Cela me fait vraiment plaisir parce que c'est précisément ce qui lui manquait pour être un vrai champion. J'ai vraiment l'impression, mais je ne suis pas le seul, qu'il a franchi ce cap qu'il faut franchir pour rivaliser avec les meilleurs."

Quant à la récompense suprême qui a filé entre les doigts du pilote italien dans l'avant-dernier tour, ce n'est pas elle que Dall'Igna souhaite garder en mémoire : "Ce qu'il y a d'important, c'est de pouvoir se battre. Nous ne sommes pas passés loin, mais gagner ou perdre cela fait partie du jeu et terminer aussi proche du premier c'est très positif."

Du positif chez Lorenzo

De l'autre côté du stand des Rouges, le bilan de ce premier Grand Prix du championnat n'était pas aussi réjouissant que celui de Dovizioso. Force est de constater que Jorge Lorenzo n'a pas rencontré le scénario idéal pour ses débuts au guidon de la Desmosedici, mais chacun sait plus globalement que le Majorquin a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'être aussi efficace que son nouveau coéquipier avec la machine de Borgo Panigale.

"Ces conditions n'étaient pas les siennes. Il est bien parti et à un moment donné il tournait dans les temps des premiers. Sans cette erreur dans le premier tour, il aurait pu mieux faire, mais c'est une course qui s'est révélée compliquée", admet Gigi Dall'Igna.

"Cependant, je suis habitué à retenir le positif", poursuit l'ingénieur, "et j'ai vu chez lui des choses positives. Pour tout dire, chez lui j'en ai même vu plus ici que durant tous les tests. Bien entendu, il y aura beaucoup de travail à faire, que ce soit sur la moto ou sur lui, pour apprendre à mieux la piloter."

Afin de préparer l'avenir, justement, Ducati est en essais à Jerez dès aujourd'hui et durant trois jours, d'abord avec le pilote essayeur Michele Pirro puis à partir de demain avec ses titulaires. Ce sera l'occasion de ne pas se reposer sur ces premiers éléments positifs, mais bien de s'appuyer sur eux pour construire une solide suite de championnat.

Car il ne faut pas oublier qu'au-delà de sa performance très encourageante, Andrea Dovizioso a immédiatement témoigné dimanche de son inquiétude pour la suite, à cause des problèmes récurrents de la Desmosedici. "Une chose à la fois", répond Dall'Igna, qui promet : "Je ne sais pas si nous arriverons à éliminer tous les problèmes mais, cette saison, nous allons recoller d'autres morceaux et résoudre plusieurs choses."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Sous-évènement Course
Circuit Losail International Circuit
Pilotes Andrea Dovizioso , Jorge Lorenzo
Équipes Ducati Team
Type d'article Actualités
Tags gigi dalligna