Dall'Igna remercie Zarco d'avoir renoncé au podium pour Bagnaia

Le directeur général de Ducati Corse reconnait que le podium aurait été "facilement" à la portée de Johann Zarco au Grand Prix de Thaïlande. C'est avec beaucoup de gratitude qu'il remercie le Français d'y avoir renoncé pour protéger Pecco Bagnaia.

Dall'Igna remercie Zarco d'avoir renoncé au podium pour Bagnaia
Charger le lecteur audio

Le grand patron de Ducati Corse a publiquement remercié Johann Zarco de ne pas avoir mis en péril la troisième place de Pecco Bagnaia en Thaïlande. Dès l'arrivée de la course, Gigi Dall'Igna s'était rendu dans le stand Pramac, accompagné de Paolo Ciabatti, directeur sportif, et Davide Tardozzi, team manager, pour témoigner à l'équipe satellite de sa gratitude face à l'attitude adoptée par le Français en piste. Personne n'a ensuite omis de saluer ce geste dans le parc fermé, ni Bagnaia lui-même, ni Dall'Igna qui a fait part de son appréciation à Zarco pour ce geste "très gentleman".

Dans son habituel billet d'après-course, Gigi Dall'Igna a mis des mots sur cette fière chandelle que Ducati doit à son pilote satellite, saluant "un Zarco infatigable, protagoniste d'une fin de course digne d'une place sur le podium".

"J'adresse à Johann un grand merci pour ne pas avoir essayé de dépasser Pecco dans les derniers moments de la course", a souligné le responsable italien. "Une tentative qui aurait été particulièrement risquée compte tenu des conditions de piste. Il a ainsi renoncé à une place sur le podium qui aurait facilement pu être à sa portée."

 

Johann Zarco a indiqué avoir pris cette décision de lui-même, alors qu'il s'était rapproché comme un boulet de canon sur la piste séchante des derniers tours. Après s'être défait de Marc Márquez, le Français s'est placé dans la roue de Pecco Bagnaia, mais a renoncé à appliquer la même agressivité au pilote Ducati, en lutte pour le titre. Un choix personnel, a-t-il assuré, le constructeur n'ayant pas à proprement parlé imposé à ses pilotes de favoriser le leader du groupe en piste. En revanche, depuis plusieurs semaines Borgo Panigale insiste sur la nécessité d'adopter une approche sensée et de ne pas faire courir de risques inconsidérés qui pourraient priver de gros points le pilote au numéro 63.

À la veille de la course thaïlandaise, à nouveau, le sujet était sur toutes les lèvres alors que Marco Bezzecchi, un autre pilote satellite de la marque, s'était qualifié en pole position. Une semaine après que le pilote italien avait déjà renoncé à attaquer Bagnaia au Japon, le team VR46 avait d'emblée fait savoir que la prudence serait de mise pour ne pas priver de gros points celui qui joue le titre.

"Nous faisons confiance à l'intelligence des pilotes Ducati", avait alors réagi Davide Tardozzi auprès du site officiel du MotoGP. "Nous savons que les pilotes Ducati savent ce qu'il est bon et sûr de faire. Je pense donc que nous n'avons rien à dire aux pilotes Ducati car ils savent déjà d'eux-mêmes ce qu'ils ont à faire."

Et d'insister sur le fait que le principal intéressé souhaite rester en dehors de ces considérations et éviter que de véritables consignes soient instaurées à ce stade : "Je crois que Pecco n'aime pas être aidé. C'est quelque chose qui pourrait peut-être se produire à la fin du championnat, à la dernière course à Valence, mais Pecco nous a dit plusieurs fois qu'il n'aime pas recevoir d'aide, qu'il aimerait gagner le championnat avec sa force et sa vitesse."

Un podium qui vaut une victoire

Cette troisième place finalement empochée à Buriram vaut de l'or, elle permet à Bagnaia de revenir à deux points seulement de Quartararo, en perdition durant cette course. "C'est comme une victoire pour moi" a réagi le pilote turinois à l'arrivée de la course, lui qui est parfois apparu très à la peine sur piste mouillée. Et son patron partage cet enthousiasme, décrivant "une énorme satisfaction" et ajoutant : "Ce résultat équivaut purement et simplement à une victoire, et il ne s'agit pas de dire les banalités habituelles".

Une troisième place décisive pour Pecco Bagnaia ?

Une troisième place décisive pour Pecco Bagnaia ?

"De manière tout simplement magistrale, Pecco a relevé un défi qui pourrait s'avérer décisif dans l'optique du championnat", a estimé Gigi Dall'Igna, "une épreuve psychologiquement délicate après son erreur au Japon. En vrai champion qu'il est, il a réussi à tout garder sous contrôle et, dans le même temps, à se montrer extrêmement rapide, comme il ne l'avait jamais été auparavant dans des conditions aussi exigeantes, et face à des adversaires qui n'ont cessé de le challenger à chaque tour d'une course interminable. Absolument formidable."

"Cela nous donne énormément de motivation et de force mentale : nous en avions besoin, et nous en avions besoin maintenant", a-t-il poursuivi, saluant également le "grand esprit d'équipe" de ses troupes et la performance de Jack Miller, dont la deuxième place après son succès au Japon "le replace de façon méritée au premier plan pour la finale de cette saison".

"C'était une opportunité à ne pas manquer", a ajouté Gigi Dall'Igna, "et nous l'avons donc saisie : maintenant, l'issue du championnat va dépendre avant tout de nous. Nous devrons continuer à travailler comme nous l'avons fait jusqu'à présent, en essayant de trouver la vitesse nécessaire pour gagner les trois courses restantes."

Lire aussi :

partages
commentaires
La pole de Bezzecchi a tourné à la désillusion
Article précédent

La pole de Bezzecchi a tourné à la désillusion

Article suivant

Stats - Pas de quoi faire trembler Ducati

Stats - Pas de quoi faire trembler Ducati