Dani Pedrosa vainqueur et "chanceux qu'il ait plu"

Dani Pedrosa a accroché une cinquantième victoire à son palmarès et évité que cette saison 2015 soit pour lui la première sans succès depuis 2002.

Dani Pedrosa vainqueur et "chanceux qu'il ait plu"
Le vainqueur de la course Dani Pedrosa, Repsol Honda Team, et le deuxième Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team, et Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le vainqueur Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Départ : Andrea Iannone, Ducati Team, et Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, et Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Le vainqueur Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Charger le lecteur audio

C'est sur le circuit maison de Honda, Motegi, que le pilote espagnol a retrouvé le chemin vers la plus haute marche du podium. Il a dû pour cela venir à bout d'une épreuve dictée par des conditions de piste changeantes, la trajectoire s'asséchant tour après tour et usant considérablement les gommes de certains concurrents.

"Au début de la course, j'étais un peu inquiet," raconte-t-il, "parce que j'ai fait mon tour d'installation en grille avec le pneu arrière dur et je me sentais plutôt bien. Et puis, quand j'attendais sur la grille, j'ai vu que tout le monde avait le soft à l'arrière."

"Je n'ai pas arrêté de me demander avec mes mécaniciens s'il fallait changer ou pas et j'ai fini par me dire que, si je devais me bagarrer en course, il valait mieux être équipé de la même façon. J'ai donc décidé de prendre un soft à l'arrière. Mais le pneu était neuf, si bien que mon feeling n'était pas très bon dans le tour de chauffe et que j'ai envisagé de changer pour un hard."

En douceur avec les pneus

"Au départ j'ai donc fait très attention, je n'attaquais pas vraiment," poursuit le pilote Repsol Honda. "Mes temps n'étaient pas trop mauvais, mais ils [Lorenzo et Rossi] étaient super rapides. J'ai perdu beaucoup de terrain, au point qu'à ce stade je ne croyais pas pouvoir les rattraper. Peu après, j'ai maintenu mes chronos alors que les leurs ont commencé à s'abaisser."

En gérant au mieux ses freinages et ses accélérations, Dani Pedrosa a su se montrer économe avec ses gommes. "Peu à peu j'ai rattrapé Dovizioso. Quand je l'ai passé, je me suis dit que le podium c'était bien, mais que Jorge serait difficile à rattraper : à de nombreux endroits, je ne pouvais même pas le voir ! Et puis, tour après tour ils se sont rapprochés tandis que je maintenais mes chronos. J'ai essayé de rester calme et de faire ma course. J'ai fini par prendre quelques trajectoires différentes pour passer sur les zones mouillées de la piste."

Passé en tête dans le dix-huitième tour, Pedrosa s'est rapidement constitué une large avance tandis que les pilotes Yamaha se confrontaient pour le gain de la deuxième place.

"Les six derniers tours ont été beaux," sourit le vainqueur, qui n'avait plus été à pareille fête depuis le Grand Prix de République Tchèque 2014. "Ca faisait longtemps que je ne gagnais pas. Il était très important pour moi d'offrir quelque chose à fêter à mon team, ma famille et mes amis, mais aussi tous les médecins qui m'ont aidé et les kinés qui sont derrière moi."

"Sur le sec, ça aurait été une tout autre histoire"

Malgré sa joie, Dani Pedrosa a parfaitement conscience de la supériorité qu'auraient affiché les Yamaha officielles si la météo était restée sèche comme elle l'a été en essais. Néanmoins, il a su saisir l'opportunité qui se présentait à lui : "Sur le sec, ça aurait pu être une tout autre histoire, parce que Yamaha avait un très bon rythme par rapport à nous. Aujourd'hui, on a eu de la chance qu'il pleuve et on l'a saisie. Je peux enfin offrir cela à Honda sur son Grand Prix à domicile."

"En faisant quelques erreurs à Silverstone, on a pu apprendre des choses sur la moto pour le mouillé. Ce matin, déjà, j'ai affiché un bon rythme au warm-up (le premier temps, ndlr) et cela m'a encore plus mis en confiance. En course je n'ai pas essayé de décrocher un résultat particulier, j'ai juste fait ma course et le résultat est arrivé grâce à un bon pilotage," conclut le vainqueur, qui gagne deux places au Championnat du Monde.

partages
commentaires
Jorge Lorenzo : "Je veux y croire jusqu'au bout"
Article précédent

Jorge Lorenzo : "Je veux y croire jusqu'au bout"

Article suivant

Pour Pedrosa, le plaisir compte plus que la victoire

Pour Pedrosa, le plaisir compte plus que la victoire