Danilo Petrucci s'est bloqué le dos en course à Austin

En souffrance sur la piste très bosselée d'Austin, Danilo Petrucci s'est même bloqué le dos dans les derniers tours, tellement en tension qu'il s'est senti comme un bloc de marbre accroché à sa KTM.

Danilo Petrucci s'est bloqué le dos en course à Austin

Le week-end d'Austin était déjà bien compliqué pour Danilo Petrucci, en grande difficulté sur les bosses tant décriées du circuit texan, mais il aura bu le calice jusqu'à la lie. Alors qu'il avait souffert du dos dès les essais, les antidouleurs pris avant le départ de la course ne sont plus parvenus à le soulager dans les derniers tours. Il s'est même bloqué le dos, faisant de la fin de l'épreuve un véritable calvaire pour le pilote italien.

"J'ai piloté à mon rythme dans les dix premiers tours, j'étais avec le groupe, puis j'ai passé Morbidelli et j'étais proche d'Iker [Lecuona]. Mais en cherchant à tenir la moto, je me suis bloqué le dos. J'ai eu très mal au dos dans les cinq derniers tours et je ne pouvais plus bouger sur la moto", a décrit Petrucci, classé 18e à 42"2 du vainqueur.

"Je crois que beaucoup d'autres pilotes ont souffert des épaules ou des bras, mais moi je suis habitué à m'accrocher à la moto avec les jambes. Donc je n'ai pas mal aux épaules ou aux bras, mais par contre je me suis bloqué le dos", a-t-il poursuivi. "Je n'arrivais plus à bouger, j'étais devenu très, très rigide. Et puis ça glissait beaucoup par rapport aux essais, alors j'étais encore plus en tension et encore plus accroché à la moto, et j'ai donc eu beaucoup de mal. Je savais que j'allais avoir du mal, alors j'ai fait mon rythme et je suis arrivé plus ou moins proche de la zone des points, mais dans les cinq derniers tours j'ai dû ralentir, je n'y arrivais plus."

J'étais vraiment comme un bloc de marbre sur la moto. Je ne pouvais tout simplement pas bouger.

Danilo Petrucci

"Je ne faisais plus qu'un avec la moto. J'étais vraiment comme un bloc de marbre sur la moto. Je ne pouvais tout simplement pas bouger et avec ces changements de direction, particulièrement dans la première partie de la piste, j'avais beaucoup de mal", a-t-il expliqué, tentant de décrire au mieux ce qu'il a ressenti. "Dans la vie normale, on n'arrive pas à un effort aussi extrême. On ne le découvre que quand on est en MotoGP, ce qu'on vit va toujours de plus en plus loin. Je ne bougeais plus. C'est comme quand on ne peut pas marcher, quand on court et que les jambes lâchent."

Déjà en proie à une hernie cervicale la saison dernière, Petrucci n'y voit pas de lien. "Je me sens bien sur ce point, je n'ai aucun problème d'épaule, pas de problème dans le bras droit, d'arm-pump ou quoi que ce soit de similaire. Mais le fait est que j'ai toujours du mal sur les bosses, parce que ce que j'ai sur la moto est plus rigide par rapport aux autres pilotes, alors mon dos est très rigide et je le ressens beaucoup. Mais je ne m'attendais pas à être autant en difficulté à la fin de la course. J'avais pris des antidouleurs avant la course, mais ça n'a pas suffi."

"Malheureusement, c'est la règle de ce sport : plus on est lent, plus on est en difficulté sur la moto, tandis que quand tout va bien on n'est pas en difficulté. Quand je suis sur l'angle maximal, je sens les deux pneus glisser et je ne peux pas tellement tourner, alors je tenais trop la moto."

C'était la conclusion d'un week-end éprouvant de bout en bout, qui a valu au pilote Tech3 une dernière place sur la grille de départ déjà symptomatique de ses difficultés. Samedi, il décrivait sa journée comme "l'une des journées les plus difficiles de l'année", mais accueillait avec philosophie son manque de performance. "Je crois que je n'étais pas parti dernier depuis 2014 et ma période en CRT. Je me suis dit que la vie est un cycle parce que j'ai commencé le MotoGP en 2012 en étant dernier en essais, dernier en qualifs et dernier en course et maintenant, après dix ans, je reviens dans les mêmes positions. Au moins, j'ai aussi connu de bons moments [entre-temps] !" a-t-il souri.

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Dovizioso satisfait de ses progrès avec la Yamaha depuis Misano
Article précédent

Dovizioso satisfait de ses progrès avec la Yamaha depuis Misano

Article suivant

Quartararo : Le "meilleur podium" de 2021 malgré un contexte difficile

Quartararo : Le "meilleur podium" de 2021 malgré un contexte difficile
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021