Danilo Petrucci salué par ses pairs : "Un bosseur, un vrai compétiteur"

Alors que Danilo Petrucci entame son dernier Grand Prix MotoGP, Jack Miller et Aleix Espargaró ont salué son parcours, celui d'un grand travailleur et d'un pilote courageux.

Danilo Petrucci salué par ses pairs : "Un bosseur, un vrai compétiteur"

Si les projecteurs sont braqués sur Valentino Rossi pour ce Grand Prix de Valence qui marquera la fin de l'immense carrière du #46, cette épreuve sera également celle des adieux de Danilo Petrucci après dix ans dans la discipline. Non reconduit par KTM en MotoGP, l'Italien s'est déjà tourné vers sa prochaine aventure, qui le mènera à disputer le Dakar pour la première fois en janvier prochain.

À la veille des premiers essais de cette épreuve si particulière pour lui, plusieurs pilotes ont tenu à saluer le parcours du pilote originaire de Terni et l'émotion à l'idée de voir partir l'un des personnages les plus attachants du paddock n'est pas feinte. Jack Miller qui fut coéquipier de Petrucci durant deux ans chez Pramac Racing, s'est fait le porte-parole des pilotes pour saluer son parcours, estimant qu'il n'avait probablement pas été estimé à sa juste valeur.

"C'était fantastique de partager le box avec lui. J'ai vécu deux des meilleures saisons de ma vie, il était un super coéquipier − sans rien t'enlever Pecco !" a déclaré l'Australien durant la conférence de presse, aux côtés notamment de son coéquipier actuel, Pecco Bagnaia, et de Danilo Petrucci lui-même. "C'était fantastique. On avait une bonne ambiance dans le stand. Comme vous le savez, on a des caractères assez faciles, assez similaires."

"Je pense qu'on n'a pas assez de considération pour ce que Danilo a fait, [quand on pense] d'où il est venu − cette Ioda − et où il est arrivé. Il a fait un travail fantastique. Il a été une grande inspiration pour la discipline, par la manière dont il a changé de vie pour s'adapter. Il n'a pas la normalité physique de ce championnat, mais il a vraiment tout sacrifié pour cela et ça montre le vrai compétiteur qu'il est. Au nom de tout le monde, je crois qu'on doit te merci pour ce que tu as fait", a ajouté Miller en s'adressant au pilote italien.

Formé en dérivées de la série, Danilo Petrucci est arrivé en Grand Prix en 2012 par le biais du règlement CRT de l'époque, ensuite devenu Open. Passé sur une véritable MotoGP en 2015, il a dès lors connu une situation plus stable, mais aussi réussi à réaliser des performances de premier plan. Durant quatre ans chez Pramac, il a décroché six podiums et s'est même battu pour la victoire, se classant trois fois dans le top 10 du championnat.

Il a fini par être promu dans l'équipe officielle Ducati en 2019 pour ce qui allait être sa meilleure saison, conclue à la sixième place du classement général. C'est cette année-là qu'il a trouvé le chemin de la victoire, s'imposant lors d'une course époustouflante face à Marc Márquez et Andrea Dovizioso au Mugello. La saison suivante, un second succès est venu compléter son palmarès, au Mans cette fois, alors que son passage dans le clan KTM était déjà acté. Ses difficultés d'adaptation à la RC16 et la frénésie d'un marché des transferts toujours plus précoce ont fait le reste, et il n'a pas conservé son guidon au-delà de cette année.

Lire aussi :

Le meilleur signe du respect que lui voue le paddock vient probablement du message que lui a également adressé un des pilotes qui fut son adversaire au fil des années, quelques anicroches notoires ayant marqué leur relation. Aleix Espargaró assure que l'eau a coulé sous les ponts et lui aussi salue le mérite qu'a eu Danilo Petrucci pour construire une carrière aussi atypique.

"Franchement, j'ai une bonne relation avec Danilo. Je sais qu'on a eu des disputes par le passé, mais je dois lui demander pardon parce que de nombreuses fois, cela pouvait aussi être ma faute", a déclaré le pilote espagnol. "Je crois que c'est vraiment un mec bien. C'est juste un mec sympa et je crois qu'on se ressemble en cela, on est des gens simples, faciles. Ce qui se passe en piste reste en piste. J'aime bien Danilo, en fait."

"On a beaucoup discuté à la dernière course, à Portimão. Il arrivait de Dubaï, où il avait testé la moto du Dakar, et je lui ai dit qu'il est très, très courageux. Je lui tire mon chapeau pour ce challenge qu'il a accepté parce que c'est incroyable de faire ce qu'il va faire. Je crois que Danilo a été un bosseur, comme moi. Sa carrière n'a pas été facile, il a dû arriver d'un autre championnat, il a dû se battre avec une Open, comme moi, puis il a fini par rejoindre une équipe d'usine, comme moi, et il a gagné des courses, ce que je n'ai pas fait. Je pense qu'il a été un bon pilote et j'espère qu'il pourra se battre pour son prochain rêve. Je sais que le Dakar et le rallye sont sa passion, alors maintenant il va avoir la chance de se battre pour sa passion et j'espère qu'il pourra réaliser les rêves qu'il a."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Zarco "choqué" par la blessure de Márquez mais épaté par sa résilience
Article précédent

Zarco "choqué" par la blessure de Márquez mais épaté par sa résilience

Article suivant

EL1 - Iker Lecuona leader dans une séance pluvieuse à Valence

EL1 - Iker Lecuona leader dans une séance pluvieuse à Valence
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021