La très grosse émotion de Danilo Petrucci pour ses adieux au MotoGP

Danilo Petrucci a connu une émotion très forte en disputant à Valence son 169e et dernier Grand Prix MotoGP, et s'est dit reconnaissant pour ses dix ans dans le championnat et les nombreux hommages reçus.

La très grosse émotion de Danilo Petrucci pour ses adieux au MotoGP

Il aurait bien aimé que cette dernière course dure 300 ou 350 tours, mais Danilo Petrucci a dû se rendre à l'évidence : le Grand Prix de Valence ne lui a offert que 27 tours de 4 km pour savourer une dernière fois le bonheur d'être pilote MotoGP. Qu'à cela ne tienne, il en a profité autant qu'il l'a pu, cherchant à tout prix à ne pas en perdre une miette, et ce d'autant plus qu'il venait d'enchaîner deux abandons après avoir été percuté dès le début des courses de Misano et de Portimão.

Aussi drôle qu'enclin à partager ses émotions, des plus heureuses aux plus pesantes, Danilo Petrucci s'est montré dimanche égal à lui-même, le visage barré d'un large sourire mais baigné de larmes dès sa mise en grille. En pleurs tout l'après-midi, il a tenu à vivre son départ dans la communion avec un championnat qu'il a profondément aimé.

"C'est vraiment un mélange de tout. De la joie, et je suis vraiment reconnaissant pour toutes les émotions que ce milieu m'a données et toutes celles que je leur ai apportées", expliquait-il au micro de BT Sport sur la grille de départ.

"Quand je me suis garé sur la grille, je me suis dit 's'il-te-plaît, ne te mets pas à pleurer' mais les gens ont commencé à venir me voir, tous ceux avec qui j'ai travaillé et tous les amis que j'ai dans le paddock", a-t-il raconté par la suite. "Je suis resté là et j'ai salué tout le monde, mais ensuite je devais aller aux toilettes, comme toujours, et ça a été un gros problème car quand je suis revenu toute la grille s'est mise à m'applaudir, toute l'équipe KTM, l'équipe Ducati… Heureusement qu'on était au début de la pitlane, sans quoi j'aurais eu du mal à prendre le départ de la course !"

"Finalement, il ne restait plus que trois minutes et on m'a dit que j'étais en retard, que je devais me dépêcher. Je transpirais déjà ! Je ne comprenais pas si je transpirais ou si je pleurais. En tout cas, j'étais très content de voir tout cet amour qui m'a été témoigné", a expliqué Petrucci. "Ces dernières semaines, j'ai reçu des centaines de messages via mes réseaux sociaux, sur mon téléphone et de la part des gens ici dans le paddock, et le plus beau ça a été de voir tout cet amour à mon égard. Je m'y attendais un peu mais quand on le vit réellement, c'est autre chose. Et puis, vous savez que j'ai pleuré la première fois que je suis monté sur le podium au Mugello, puis quand j'ai fini premier. Malheureusement, quand je suis heureux je ne peux pas faire autrement !"

Lire aussi :

Avant de prendre ce dernier départ et de clore dix ans dans les Grands Prix, Danilo Petrucci a notamment été salué par l'autre retraité du jour, Valentino Rossi. "Il m'a dit 'tu vas courir comme ça ?' parce que je portais une cravate et un chapeau ! Heureusement, on m'a arrêté parce que je voulais aussi porter une grosse paire de lunettes de soleil. Au moins j'aurais pu masquer mes larmes ! Et Valentino, je lui ai dit 'je n'arrive pas à arrêter de pleurer, ça part très mal aujourd'hui !'"

Le résultat de cette dernière course importait bien peu pour le pilote italien, qui n'avait qu'une obsession : rester sur ses roues. "J'ai essayé, mais franchement je voulais surtout finir la course après les deux précédentes. Dans les deux premiers tours, tout le monde était très agressif, alors j'ai essayé de rester là. Ensuite, la pression dans mon pneu avant a fortement augmenté et il m'était impossible de freiner fort, donc je me suis dit 'OK, n'y pense pas'. J'avais la KTM de MotoGP rien que pour moi, alors j'ai voulu profiter de ces derniers kilomètres sur cette moto."

"Dans les derniers tours, je me suis dit : 'Pourquoi est-ce que je devrais tomber aujourd'hui simplement pour ne pas finir dernier ?' [rires] La vie est un cycle : j'ai commencé dernier, je suis monté au sommet et j'en suis revenu à la dernière place. J'aurais peut-être dû m'arrêter, prendre la moto de rallye et faire le dernier tour avec !"

Arrivé par la petite porte, Danilo Petrucci a vécu un rêve éveillé en MotoGP, mais il aura été bien au-delà de son simple plaisir personnel en réussissant à se faire repérer par ses performances, puis à devenir pilote officiel et à remporter deux courses. Surtout, il aura été apprécié de tous. "Ça a vraiment été un plaisir de voir tout le monde si content et je suis vraiment heureux", soulignait-il dimanche, touché par les nombreux hommages reçus, juste retour pour le personnage le plus attachant du paddock.

KTM, notamment, a placé dans son box la moto avec laquelle il va disputer le Dakar en janvier prochain, signe du tournant que va prendre sa carrière. "Ça a été un autre grand cadeau de la part de KTM, qui m'a fait cette surprise. C'est grâce à KTM que ce transfert a été possible et je ne cesserai jamais de les remercier. J'ai toujours désiré courir avec eux, et faire le MotoGP avec le Dakar avec un constructeur comme celui-ci c'est une grande fierté pour moi. Même si les résultats n'ont pas été à la hauteur cette année, ils ont vu les efforts que j'ai investis jusqu'au dernier warm-up et jusqu'à… la mi-course ! Après, je me suis dit que je voulais prendre du plaisir. Maintenant, un autre défi m'attend et j'ai hâte de commencer."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Pecco Bagnaia sera opéré après les tests de Jerez
Article précédent

Pecco Bagnaia sera opéré après les tests de Jerez

Article suivant

Dégringolade, remontée et erreur : Miller espérait "un peu plus"

Dégringolade, remontée et erreur : Miller espérait "un peu plus"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021