Petrucci n'est pas encore à son aise sur la KTM

KTM a apporté des nouveautés pour adapter sa machine à la grande taille de Danilo Petrucci, mais toutes n'ont pas donné satisfaction. Pénalisé par son poids, le pilote italien a des difficultés à bien exploiter la gomme arrière.

Petrucci n'est pas encore à son aise sur la KTM

Danilo Petrucci a encore vécu un week-end difficile à Jerez, avec une modeste 14e place en course. Le pilote du team Tech3 a longtemps été derrière Miguel Oliveira mais il a finalement perdu le contact et contrairement au Portugais, il n'a pas pu remonter dans le classement. KTM a pourtant apporté des évolutions pour tenter d'adapter la RC16 à sa grande taille, une situation inédite pour la marque autrichienne, avec notamment une nouvelle selle.

"Je tiens à remercier KTM pour le travail parce qu'ils ont apporté des nouveautés. Mon équipe a fait différentes choses pour que je sois plus à l'aise sur la moto", souligne Petrucci, partagé sur l'efficacité des pièces apportées : "Disons que certaines choses fonctionnent et d’autres non [...]. Ce qui est positif, c'est qu'on a peut-être compris quel est le principal problème de la moto, le principal problème à résoudre. Et aussi, disons qu’avec mon expérience sur d’autres motos, je peux leur dire les différences."

Lire aussi :

Le pilotage de la KTM pose en effet plusieurs difficultés à Danilo Petrucci. L'Italien est surtout "très lents en pneus neufs", ce qui le pénalise en qualifications et en début de course. Petrucci se montre très agressif en entrée de courbe et les pneus ne sont généralement pas suffisamment durs pour bien encaisser la charge.

"Quand on monte les pneus neufs je n'arrive pas à améliorer mon temps. Par rapport aux autres, j'emmène énormément de vitesse dans les virages, la moto me donne beaucoup de confiance pour cela, mais ensuite ça ne me permet pas de la faire tourner parfaitement, et c'est pour cela que je la redresse toujours en retard par rapport aux autres et que je perds toujours un peu à l'accélération. Je gagne du temps en entrée, et je perds toujours un peu à l'accélération. Je dois toujours essayer un peu de me rattraper."

"Ce week-end j'ai déjà un peu mieux compris les choses. Je voulais faire mieux en qualifs, mais je n'y suis pas arrivé. On a eu quelques problèmes. J'aurais aimé qu'on soit un plus au point. On l'est en ce qui concerne le rythme de course, mais je ne sens pas de différence en pneus neufs dans le time attack. Donc d'un côté, c'est bien, mais en ce qui concerne les courses on part toujours un peu désavantagé."

Petrucci a souvent éprouvé des difficultés avec le pneu arrière, mais elles ont changé de nature avec son passage de la Ducati à la KTM : "Par rapport aux années passées, où j'ai toujours eu du mal à le gérer, maintenant je n'arrive même plus à le faire fonctionner quand il est neuf. Alors qu'avant j'arrivais à être très rapide en pneus neufs et un peu plus lent en pneus usés, maintenant c'est le contraire, je suis assez rapide avec des pneus très usés mais quand je monte un pneu neuf je n'arrive pas à sentir la différence. C'est le problème qu'on a eu au Qatar, à Portimão, à Jerez, à la fois en qualifs et en début de course."

Lors du test post-course organisé lundi sur le circuit andalou, Danilo Petrucci a cherché un nouvel équilibre sur la KTM, sans véritable succès. "On a essayé de travailler un peu sur ça mais rien n'a vraiment fonctionné", déplore-t-il, reconnaissant avoir encore besoin de s'adapter à sa moto : "Au fond, je dois sans doute prendre la main et avoir confiance pour faire ce qu'elle dit plutôt que ce que je dis moi. Je suis déjà assez fort au freinage, le problème c'est que je sens que je fais beaucoup travailler le pneu avant et peu le pneu arrière, mais on n'a jamais trouvé quelque chose pour le faire plus travailler. Le fait est que, comme je déplace plus de kilos, il y a beaucoup plus de pression sur le pneu avant, ça le fait chauffer plus et surtout ça fait prendre plus de risques."

"Je ne suis pas complètement satisfait par cette journée, je voulais faire un peu mieux, mais je vais de l'avant, je me tourne vers Le Mans qui est une piste un peu différente. Comme je l'avais dit, cependant, régler la moto à Jerez aide généralement un peu partout. Par le passé, j'avais souvent trouvé des solutions pour ensuite commencer à être compétitif. Sur cette course, je suis content parce que j'ai été proche de Miguel, mais on n'a pas été proche des autres."

La taille et donc le poids de Petrucci posent des difficultés qui semblent insolubles, le test de Jerez n'ayant pas permis de faire de véritables progrès, même s'il espère des progrès au Mans, où il s'est imposé la saison passée : "Le problème c'est que je perds beaucoup dans les accélérations de zéro, quand il faut déplacer plus de kilos. Par rapport à Brad, j'ai 20 kg de différence. Dans ces situations-là, j'ai du mal, je perds toujours du temps, ensuite j'essaye d'en récupérer au freinage mais je stresse beaucoup le pneu avant et je n'ai pas d'aide de l'arrière. On a essayé de modifier la répartition des masses, mais je n'ai pas vraiment trouvé quelque chose qui me plaise. Le Mans est une piste un peu différente où il n'est pas vraiment utile de faire tourner la moto mais plutôt de la ralentir. J'y arriverai avec les idées un peu plus claires."

Avec Léna Buffa et Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

VR46 en MotoGP : quels effets sur les autres teams satellites ?
Article précédent

VR46 en MotoGP : quels effets sur les autres teams satellites ?

Article suivant

Morbidelli satisfait mais prudent après le test de Jerez

Morbidelli satisfait mais prudent après le test de Jerez
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021