Petrucci soulagé par sa victoire, mais aussi remotivé

Son retour au sommet a de toute évidence ôté un poids à Danilo Petrucci, après des mois de difficultés et de doutes. Il en ressort une nouvelle motivation en vue de ses cinq dernières courses avec Ducati.

Petrucci soulagé par sa victoire, mais aussi remotivé
Charger le lecteur audio

C'est un Danilo Petrucci libéré qui se présente cette semaine en Aragón, après avoir savouré au Grand Prix de France une victoire qui marquait ses retrouvailles avec le succès mais aussi son retour aux avant-postes au sens large. Lui qui était allé chercher les honneurs pour la première fois lors d'une lutte époustouflante face à Marc Márquez et Andrea Dovizioso dans les collines du Mugello, a eu besoin de 16 mois pour remonter sur la plus haute marche. Une période longue, éprouvante, durant laquelle il n'a obtenu tout juste que deux entrées dans le top 5 à la suite de son succès italien avant une baisse notable de ses performances.

"Après une période vraiment difficile, gagner à nouveau c'est une sensation magnifique", déclarait-il dimanche, tout à sa joie. "C'est une grande libération. Le plus désagréable était de craindre que le Mugello pourrait avoir été mon unique victoire. Ce jour-là, quand j'étais descendu du podium, je m'étais dit que ça ne devait pas être la dernière et j'ai réussi à le refaire."

Lire aussi :

"Le résultat de dimanche a été un gros soulagement pour moi. Après plus d'un an sans être entré dans le top 5, c'était vraiment bien de gagner à nouveau et surtout sur une piste que j'apprécie. J'ai toujours aimé Le Mans", explique-t-il aujourd'hui, prêt à repartir du bon pied après avoir quitté ce qui est devenu sa piste fétiche.

"Je n'étais pas content de voir la pluie arriver sur la grille, parce que je pouvais me battre pour le podium sur le sec, je me sentais super bien. Mais ensuite je me suis dit que c'était la même chose pour tout le monde", raconte-t-il. "La piste était très insidieuse et je pense que l'expérience que j'ai maintenant en MotoGP m'a beaucoup aidé."

En arrivant sur le MotorLand Aragón, le pilote Ducati peut craindre un week-end plus difficile, à moins que les progrès récemment obtenus ne lui apportent ce petit coup de pouce qui lui avait manqué ces derniers mois. "Cette année j'ai commencé à me sentir mieux avec la moto à Barcelone. Lors du seul test que l'on a fait à Misano, on a testé des choses sur la moto, certaines ont fonctionné et on a pu améliorer les réglages", rappelle-t-il.

"On a trouvé un bon équilibre sur la moto et je pense que ça fonctionnera ici aussi, mais il faut avant tout que l'on comprenne quelles sont les conditions de piste et surtout si les pneus fonctionnent bien pour nous", souligne-t-il. "Aragón a toujours été une piste délicate en termes de conditions météo. Il peut faire très froid le matin et chaud l'après-midi, avec un gros changement, mais cette année je pense que ce sera très froid. J'espère que le vent va cesser demain parce qu'il nous met très difficulté."

Danilo Petrucci, Ducati Team

Cette journée de test réalisée le mois dernier a visiblement fait office de déclic pour le pilote italien, empêtré dans les mêmes difficultés que son coéquipier depuis l'introduction du nouveau pneu arrière. Les progrès, dit-il, sont arrivés de plusieurs directions. "On a essayé une selle au test de Misano, mais ça n'a pas résolu tous les problèmes. Je me sens juste à l'aise sur la moto parce qu'au freinage j'avais l'impression de toujours trop stresser le pneu avant. C'était un des changements dont on avait besoin pour progresser, parce que le freinage a toujours été un domaine difficile cette saison. Mais ce n'est clairement pas que la selle qui nous a permis d'améliorer notre performance."

"Je pense que l'important est d'avoir une bonne approche et j'ai à nouveau de bonnes sensations en arrivant sur les courses et en pilotant ma moto, je me sens clairement bien plus qu'heureux qu'avant", retient-il. "J'espère juste continuer comme ça, garder ces bonnes sensations et obtenir de bons résultats jusqu'à la fin de mon aventure avec Ducati, mais en tout cas ça a vraiment fait du bien de gagner et de ressentir cela à nouveau."

Penser à lui... et aider Dovizioso

Ces progrès, on le comprend, sont le fruit d'un long travail, après notamment des tentatives vaines de nouveaux réglages électroniques. Le fruit aussi d'une sérénité retrouvée, lui qui dit avoir souffert du manque de confiance ressentie à son égard au sein de son équipe depuis la fin de saison dernière, et jusqu'à l'annonce de son remplacement pour l'année prochaine avant même que le championnat ait débuté.

Lire aussi :

Il en ressort clairement un Danilo Petrucci plus désireux de penser à lui-même qu'à son constructeur actuel pour les cinq dernières courses qu'ils vont partager. "Maintenant, je ne veux penser qu'à faire de bonnes courses sur la fin de saison. Je ne peux plus gagner [le titre] ou finir parmi les trois premiers, alors je vais raisonner course par course, pour moi", prévenait-il dimanche.

"Je crois qu'il faut donner de l'importance non seulement au pilote, mais aussi à la personne, lors que l'on a tendance à ne porter d'attention que sur l'aspect professionnel. Tous les pilotes ne peuvent pas être traités de la même manière", a-t-il également expliqué cette semaine dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. "Quand j'ai compris qu'ils n'avaient plus envie de croire en moi, ça ne m'a pas fait du bien. Pour eux, la moto a la même importance que le pilote."

Petrucci, en réalité, ne pensera pas qu'à lui-même sur ces dernières courses de la saison. Il promet de se montrer solidaire de son coéquipier, qui a tant fait pour lui. "Gagner un titre c'est quelque chose d'important et j'aimerais que ce soit Andrea [Dovizioso] qui le gagne. Si je peux l'aider et si ça sert, je le ferai. Pour Andrea."

Avec Matteo Nugnes

partages
commentaires
Zarco de retour en Aragón avec le sentiment d'un challenge gagné
Article précédent

Zarco de retour en Aragón avec le sentiment d'un challenge gagné

Article suivant

Quartararo certain que Yamaha a un "gros potentiel" en Aragón

Quartararo certain que Yamaha a un "gros potentiel" en Aragón
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021