Deuxième, Abraham veut faire taire les critiques

En signant son meilleur emplacement de sa carrière en MotoGP, Karel Abraham cherche à donner de la crédibilité à son poste de pilote chez Aspar

Quel retour en fanfare ! Après une excursion anonyme en World Superbike, Karel Abraham partira depuis la première ligne de la grille de départ en Argentine, de loin sa meilleure performance en qualifications.

Le pilote de 27 ans est sans aucun doute la belle surprise de ce week-end. Peu de monde aurait parié sur un deuxième meilleur temps du Tchèque, doté d’une ancienne Ducati Desmosedici GP15. Est-ce une surprise ? Oui si l’on rappelle les statistiques du Tchèque jusqu’à présent, avec une 10e place comme meilleur résultat au classement général en Grand Prix (en Moto2, en 2010) et aucune arrivée dans les cinq premiers en MotoGP.

Mais depuis les premiers tours de roue vendredi matin, il s’avère que Karel Abraham se sent particulièrement à l’aise sur le circuit argentin. Avec le cinquième temps aux Essais Libres 1, puis le troisième l'après-midi, le pensionnaire de l’équipe privée Aspar se mettait déjà en évidence. "J’aime ce circuit", énonçait-il vendredi soir. Le lendemain, il mettait à profit son intérêt pour ce circuit en décrochant un temps de 1'48.275, soit à sept dixièmes de la Honda officielle de Marc Márquez. Une marque inscrite en se calant dans le sillage… de Márquez lui-même !

Pendant la conférence de presse, Abraham était visiblement sur un petit nuage. "Je ne m’attendais pas à partir deuxième, surtout après la saison dernière et même il y a deux ans, où on souffrait avec la moto. Je me sens bien dans cette équipe, la moto fonctionne bien. Nous allons attaquer pour faire un résultat aussi bon que possible", promet-il.

"J'espère ramener de bons points"

"La saison vient de commencer mais c’était très bien au Qatar de revenir avec des points ; mais ici c’est mon circuit favori et j’espère encore ramener de bons points. Nous avions beaucoup de pneus à essayer et on va de plus en plus vite : P5, P3… C’était ma première fois avec Aspar sous la pluie et en EL4 ça a eu l’air de bien marcher. En qualifications, je ne crois pas que c’était totalement mouillé ; j’ai même vu quelques pilotes en slicks ; ça séchait. Mais sur mon dernier run, Marc était juste devant moi et je me suis dit : allons-y, poussons un peu, et ça a marché", s’enthousiasme le Tchèque.

À l’issue d’une telle journée, Abraham peut se délester d’un lourd poids, celui des critiques qui l’ont raillé pendant plusieurs saisons comme un pilote payant n’ayant pas le niveau du MotoGP : "C’est une bonne sensation que de faire taire les critiques. Les saisons précédentes, le package n’était tout simplement pas assez compétitif, et même si je faisais de mon mieux, nous n’y arrivions pas en termes de résultat, avec des casses mécaniques, et plein d’autres soucis. Beaucoup de gens ont dit de mauvaises choses à mon propos, mais dès que je me suis installé sur cette Ducati, je me suis senti à l’aise. J’espère que ce résultat démontre que j’ai toujours ma place en MotoGP."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Karel Abraham
Équipes Ángel Nieto Team
Type d'article Réactions