Di Giannantonio certain qu'il peut atteindre le niveau de Bastianini

Fabio Di Giannantonio a de son propre aveu manqué de constance depuis son arrivée en MotoGP, mais le pilote Gresini met les éléments en place pour progresser et reste convaincu qu'il peut connaître la même réussite qu'Enea Bastianini avec l'équipe italienne.

Fabio Di Giannantonio, Gresini Racing

Fabio Di Giannantonio n'a pas connu un parcours facile jusqu'au MotoGP. En six saisons passées en Moto3 puis Moto2, il a décroché trois succès, a été vice-Champion de la plus petite catégorie mais n'a jamais fait mieux que septième au championnat à l'échelon supérieur, en 2021. Malgré ces difficultés, l'Italien a convaincu Gresini, pour qui il a couru en Moto3 puis Moto2, de le promouvoir en MotoGP la saison passée.

En dépit d'une pole remarquée au Mugello l'an passé, son adaptation a été difficile, à l'image des saisons précédentes. "Dans ma carrière, depuis mon arrivée en Moto2, globalement ça n'a pas été super facile", a expliqué Di Giannantonio au site officiel du championnat. "C'était vraiment dur de rester très motivé."

"C'est dur à expliquer parfois, mais en Moto2 puis en MotoGP, je n'ai pas pris beaucoup de plaisir parce que je voulais vraiment gagner, mais pas seulement ça, faire un bon travail", a-t-il détaillé. "À chaque fois, il me manquait quelque chose. Pour une raison ou une autre, j'ai eu des hauts et des bas. Tout le monde, les médias, disaient que je manquais de constance donc c'était dur à gérer."

"Je connaissais les raisons mais je ne pouvais pas en parler. Mais au final je ne pouvais rien changer. C'est pire en MotoGP parce qu'ici, le niveau est super, super élevé, donc il faut vraiment être parfait."

Atteindre le niveau de Bastianini

Fabio Di Giannantonio semble pourtant disposer de tous les éléments pour briller, et surtout de l'élément ultime : la Ducati, moto la plus redoutée du plateau. Il pilote actuellement la version 2022 de la machine italienne, qui a mené Pecco Bagnaia au titre et avec laquelle Marco Bezzecchi a remporté deux courses cette année, mais il préfère éviter les comparaisons directes.

"La Ducati semble être la meilleure moto en MotoGP, on sait qu'on a un bon package. De l'extérieur, beaucoup de gens se disent 'Si tu as le meilleur package, pourquoi tu ne le fais pas ?' Cela ne m'affecte pas."

Fabio Di Giannantonio, Gresini Racing

Fabio Di Giannantonio

En 2022, Di Giannantonio partageait le garage Gresini avec Enea Bastianini, vainqueur de trois courses et promu dans l'équipe officielle. Très proche du natif de Rimini, avec qui il avait déjà disputé une saison en Moto3 chez Gresini en 2015, il ne ressent aucune jalousie et veut s'inspirer de sa réussite, n'ayant aucun doute sur sa capacité à atteindre le même niveau.

"L'an dernier, c'était difficile parce que je pensais sincèrement que je pouvais être à ce niveau-là. Tous les pilotes de ma génération, on s'est souvent battus ensemble, donc je sais que je peux être là. Je suis ami avec Enea depuis notre petite enfance."

"Il m'a donné beaucoup de motivation. Ça suscite de la stimulation, plus que de l'envie. On a grandi ensemble, on faisait tout ensemble, on s'est souvent affrontés. S'il peut le faire, il est bon mais je peux aussi le faire. C'est l'inverse de ce que beaucoup de gens pensent."

Un environnement plus favorable en 2023

Fabio Di Giannantonio reste sur une huitième place au Grand Prix de France, ce qui lui a permis d'égaler son meilleur résultat en MotoGP, déjà conquis en Allemagne l'an passé. L'Italien a gagné en régularité puisqu'il a terminé trois des cinq courses dans le top 10, même n'a jamais fait mieux que 11e dans les sprints.

Cette évolution est en partie due à l'arrivée de Frankie Carchedi, l'ancien chef mécanicien de Joan Mir, qui a apporté une précieuse expérience en prenant la place de Donatello Giovanotti, également venu du Moto2 en 2022. Avec ces nouvelles bases, Di Giannantonio parvient à mieux exploiter sa moto : "L'an dernier, je pense que le package n'était pas parfait pour moi. J'essaie de me concentrer sur le pilotage, sur comment être rapide, et c'est beaucoup plus agréable."

"J'apprends beaucoup de choses, j'acquiers aussi beaucoup de compétences. L'an dernier, je n'apprenais pas pendant la saison. La moto n'est pas très, très différente, mais la façon de préparer la moto, dans ses réglages, l'électronique, est vraiment, vraiment différente. Frankie est arrivé et a voulu repartir de zéro, d'une façon totalement différente."

Di Giannantonio ne se concentre pas que sur l'aspect technique et veut aussi apprendre à mieux gérer les périodes de doutes : "Je travaille beaucoup sur mon mental, seul pour le moment, mais j'essaie vraiment 'd'étudier', disons, dans des podcasts, des films, des séries. J'essaie de trouver une solution, et je la trouve, pour avoir plus de hauts que de bas. La plus grosse aide vient de mes proches. Ils n'aident pas en donnant un inspiration, mais dans la façon de voir les choses. Si on choisit bien son entourage, c'est sûr qu'on peut s'élever."

Fabio Di Giannantonio, Gresini Racing

Fabio Di Giannantonio

"Je veux vraiment rester ici pour être rapide et atteindre mes objectifs", a-t-il ajouté. "Mon staff, mes amis, ma famille et ma compagne m'aident beaucoup à conserver cette mentalité."

Di Giannantonio veut maintenant tirer les fruits des changements effectués au cours des derniers mois, et même s'il court encore après son premier top 5 en MotoGP, il affiche une forte ambition : "Avec notre potentiel, l'objectif réaliste est d'être facilement dans le top 10 mais l'objectif est de décrocher des podiums."

"J'adorerais gagner avec cette équipe", a-t-il souligné. "J'adorerais ajouter mon nom à la liste des vainqueurs avec cette équipe. À l'avenir, pourquoi ne pas avoir une moto d'usine ? Je pense qu'en MotoGP, pour gagner autant de championnats que possible, ou un championnat, il faut le meilleur, et c'est une moto d'usine. Donc pourquoi pas à l'avenir ?"

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Combien de moteurs les pilotes ont-ils utilisés après 5 GP ?
Article suivant Aleix Espargaró : Ducati et KTM ont "mieux compris" le règlement

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France