Le dimanche en Autriche ? "Une journée pour rien" selon Espargaró

partages
Le dimanche en Autriche ?
Par : Willy Zinck
16 août 2018 à 09:36

Le pilote Aprilia a tout tenté pour ramener un résultat de Spielberg. Mais les carences de sa machine au niveau de l'accélération l'ont empêché de finir ne serait-ce que dans les points.

Il n'y a pas que pour les pilotes Yamaha que le Grand Prix d'Autriche se sera avéré être un calvaire. Pour Aleix Espargaró aussi, ce 11e rendez-vous du calendrier a tenu du pensum. Dès la sortie des qualifications, le numéro 41 prévenait ainsi déjà contre une course qui s'annonçait difficile.

Et force est de constater que les craintes de l'Espagnol étaient fondées, celui-ci terminant hors de la zone des points, une première depuis son abandon en Catalogne au mois de juin. La faute à un manque de puissance criant sur sa RS-GP, un défaut rédhibitoire sur un circuit tel que le Red Bull Ring.

"[C'est] Une saison difficile. Le problème perdure, et je ne peux pas aller plus vite sincèrement", a-t-il déploré à la descente de sa moto. "J'ai fait de mon mieux lors de la première partie de course, mais nous perdons beaucoup à l'accélération, et à l'angle maximum c'est difficile de stopper la moto."

Un début de course agressif

Qualifié en 15e position, Espargaró a quand même tenté le tout pour le tout dimanche après-midi, en étant très agressif dans les premières boucles. Une tactique qui a payé sur le court terme, puisqu'il pointait dans le top 10 dans le premier tiers de course.

Mais le rythme affiché était trop élevé finalement sur la distance pour son Aprilia. "Durant la première partie de la course j'étais très agressif sur les freins, très concentré et j'ai réussi à rester vraiment à la limite sans faire d'erreur", reprend-il. "J'étais très rapide au début, très compétitif, mais les pneus se sont mis à se dégrader car j'ouvrais les gaz alors que j'avais quelque chose comme 55° d'inclinaison."

Lire aussi :

Une bataille perdue avec Valentino Rossi, également en difficulté avec sa machine avec des problèmes là aussi à l'accélération, a été le point tournant de sa course. Dès lors, l'Ibère a dégringolé dans la hiérarchie à mesure que ses gommes se dégradaient.

Une situation pire que chez Yamaha

Interrogé pour savoir si ses problèmes d'accélération sont pires que ceux rencontrés chez Yamaha, le pilote Aprilia n'a aucun doute sur sa réponse. "Oui, bien plus, malheureusement bien plus qu'eux", tranche-t-il. "Ils ne pouvaient pas me dépasser car j'étais très fort et très concentré sur les freins. J'écrasais complètement les freins, exactement la même chose tour après tour, en bloquant l'avant tout le temps. Dès que le pneu arrière s'est dégradé, c'était impossible, ils m'ont dépassé par l'extérieur à l'accélération. Toutes les motos qui arrivaient, elles me dépassaient sur les gaz. C'est frustrant car il n'y  a rien que vous puissiez faire. Vous ouvrez les gaz et la moto reste là et il n'y a rien que vous puissiez faire. Cela m'agace, mais il faut que nous progressions."

Lire aussi :

Désabusé face à une situation délicate qui dure et sans lumière au bout du tunnel pour le moment, l'Espagnol pense avoir fait tout ce qui est son pouvoir sur le plan du pilotage pour tenter de rattraper le coup, et renvoie désormais la balle dans le camp d'Aprilia. "Sincèrement, c'était une journée pour rien", poursuit-il. "C'est peut-être stupide de penser cela mais durant les 15 premiers tours j'étais compétitifs, proche des gars de devant. Je pense qu'au niveau du style de pilotage c'est difficile que je progresse davantage car nous avons besoin d'aide de la part des ingénieurs, ils savent ce qu'ils font. Ils travaillent."

Prochain article MotoGP
Trajectoires croisées pour les pilotes Suzuki en course

Article précédent

Trajectoires croisées pour les pilotes Suzuki en course

Article suivant

Pedrosa : "En MotoGP, soit tu es à 100% soit mieux vaut ne pas y être"

Pedrosa : "En MotoGP, soit tu es à 100% soit mieux vaut ne pas y être"

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Aprilia Racing Team Gresini
Auteur Willy Zinck
Type d'article Réactions