Réactions
MotoGP GP de France

Dominé en Q2, Quartararo a "quelque chose en plus" pour la course

Fabio Quartararo avait "le couteau sous la gorge" en qualifications au GP de France, mais il a vite oublié la déception de sa quatrième place, pouvant s'appuyer sur un très bon rythme de course. Le Français croit en ses chances de victoire.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo restait sur deux poles consécutives au Grand Prix de France, qu'il n'avait pas pu convertir en victoires. Cette année, le Français n'a pas pu atteindre la première ligne mais n'a probablement jamais été aussi serein avant sa course à domicile. En Q2, Quartararo a dû se contenter de la quatrième place, derrière les pilotes Ducati officiels et Aleix Espargaró, mais il estime qu'il était impossible de faire mieux avec une Yamaha à la peine dans cet exercice.

"[J'ai fait] le maximum", a résumé le Champion du monde. "Même ce matin en EL3, j'ai fait le meilleur tour possible, cet après-midi j'ai fait le même tour que dans la matinée. On est vraiment à la limite et c'est pour cette raison que je n'arrive pas à assembler tous les secteurs. Dans le chrono idéal, on est bons mais j'ai vraiment le couteau sous la gorge et je ne peux rien faire d'autre. Dans des situations difficiles comme celle-ci, je pense qu'on apprend énormément."

"Pour être clair, je pense que j'ai une moto qui a vraiment du mal en qualifications, et même sur le rythme de course, je ne vais pas dire que tous les tours que je fais sont des tours de qualifications, mais je sais que je ne garde aucune marge et c'est comme ça que je reste dans les cinq premiers pour essayer d'espérer quelque chose le dimanche", a ajouté Quartararo.

Pecco Bagnaia a offert à la marque Ducati sa quatrième pole consécutive mais Quartararo a vite  laissé derrière lui la frustration de ne pouvoir lutter avec les motos rouges : "J'étais déçu mais deux minutes après j'étais satisfait. En qualifications, oui, il nous manque toujours quelque chose, et pas seulement en qualifications, mais Ducati arrive à vraiment faire quelque chose de fou. Et leurs pilotes, pas seulement la Ducati."

"Sur un tour, elles sont intouchables pour l'instant", a-t-il concédé. "Il faut être clair. Tout dépend des circuits mais quand on voit que sur des pistes comme Jerez et ici, ils sont devant – je crois qu'il y a quatre Ducati dans les deux premières lignes – on sait très bien que sur un tour, ils peuvent vraiment faire la différence et que nous, on a du mal."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

"Quand on voit les autres Yamaha qui ne sont pas vraiment là, je sais que moi, je donne le maximum, mais le plus important est le rythme de course. Je pense qu'on est vraiment bien et on espère une très belle course demain."

Fabio Quartararo peut s'appuyer sur son rythme de course

Quartararo est en effet confiant pour le Grand Prix, son rythme de course étant plus qu'encourageant : "Je pense qu'on a vraiment le potentiel pour se battre pour la victoire", prévient un pilote Yamaha qui se sent plus performant que les trois premiers sur la grille de départ : "Évidemment, ceux qui sont en première ligne sont rapides. Si on roule en 1'34"4, 1'34"5 ou 1'34"6, c'est qu'on est dans la lutte, mais je pense qu'en termes de rythme, j'ai quelque chose en plus. Cette confiance me satisfait. Je ne suis pas déçu de cette quatrième place."

Et Quartararo reste serein malgré trois motos à doubler, dont deux Desmosedici redoutables en ligne droite : "Je ne suis pas si inquiet et je ne dirais pas qu'il y a beaucoup de chances de dépassements, parce qu'on sait que la Ducati est toujours bonne à l'accélération, mais une course de 27 tours, c'est long, et on a toujours une opportunité pour attaquer."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

"Je suis confiant", a-t-il insisté. "On verra si ce sera sec ou mouillé. J'espère que ça sera sec mais je pense qu'avec notre rythme, on peut se battre pour la victoire. On ne fait pas beaucoup d'erreurs, on est constamment dans les 1'31 et j'ai vu que certains pilotes ont du mal à être toujours à ce niveau. Avec le medium ou le tendre à l'avant, on est là. Je suis très content de ça."

Il y a deux semaines, Fabio Quartararo a passé l'intégralité du GP d'Espagne dans le sillage de Pecco Bagnaia, sans pouvoir porter une attaque. Il juge la situation plus favorable dans la Sarthe, grâce à une meilleure gestion de la gomme avant : "Ça sera différent parce qu'à Jerez, on avait des difficultés. Déjà, on était avec le pneu dur et on avait des problèmes même quand j'étais seul. En EL4, j'avais des problèmes de surchauffe et bien sûr, quand on est derrière quelqu'un, c'est un désastre."

"Ici, on est avec le tendre et on n'a pas vraiment de problème sur cet aspect là, donc je ne suis pas inquiet de ça. 27 tours au Mans, c'est très long, donc je pense que notre rythme est bon. J'espère du sec mais même si c'est sous la pluie, de toute façon ça ne me gênerait pas. On a vraiment fait un bon travail ce week-end pour [être performants] sur le sec."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Le numéro 46 de Valentino Rossi va être retiré des Grands Prix
Article suivant Zarco : Battre Bagnaia et Quartararo à la régulière est "dur à imaginer"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France