Dovizioso : "Cette année, j'ai abattu des murs personnels"

Il a été le caillou dans la botte de Marc Márquez et a prouvé au microcosme du MotoGP qu'il n'était pas là pour faire de la figuration. Désormais, Andrea Dovizioso attend 2018.

Dovizioso : "Cette année, j'ai abattu des murs personnels"
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Le vainqueur Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Le troisième, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Charger le lecteur audio

À l'issue de la dernière course de la saison, c'est un Andrea Dovizioso souriant qui a tombé l'armure, conscient qu'il a changé de stature en quelques mois à peine. "Les gens nous regardent désormais d'un autre œil. On 'nous' regarde, mais surtout on 'me' regarde [différemment], et ça c'est une belle satisfaction pour moi, à 31 ans, à ce stade de ma carrière, après les moments que j'ai vécus", se remémore le pilote italien. "J'ai obtenu beaucoup de bons résultats durant ma carrière, mais pour l'opinion publique j'étais devenu en MotoGP un pilote parmi d'autre, or je ne me suis jamais senti comme ça."

LIEN DIAPO CARRIERE

Revenu à la victoire à l'automne 2016 après sept ans de disette, Dovizioso a franchi un cap en 2017 en remportant six courses, soit autant que le Champion du monde, et en résistant à un Márquez au meilleur de sa forme jusqu'à l'ultime Grand Prix. Il y aura indéniablement un avant et un après 2017 pour le discret pilote italien.

"Cette année, j'ai abattu des murs personnels, j'ai compris qu'on pouvait faire plus", explique-t-il, précisant qu'il a été aidé dans ce travail. "Seul, tu ne peux pas obtenir ces résultats. Je suis très content du travail réalisé à la maison, ce sont de petits détails mais qui, dans le contexte, te permettent de te révéler et d'excellents résultats en sont sortis. Cette année, on a réussi à faire la différence dans de nombreuses situations, ça n'est pas seulement une ou deux fois que l'on a pu être compétitifs. Il y a donc beaucoup de satisfaction."

En lice jusqu'à la dernière course, Dovizioso a fini par s'incliner sur un circuit de Valence qui le confrontait tout particulièrement aux faiblesses de sa moto, et pourtant il analysait très posément la situation en retenant immédiatement le positif : "On n'a pas perdu, on a fait durer le championnat jusqu'à la dernière course."

Ne pense-t-il pas cependant qu'il a perdu la chance de sa vie en manquant le titre pour 37 points ? "Ceux qui voient les choses comme ça ne voient pas la réalité et n'analysent pas la saison. Il y a un peu de stupidité. Il y en a qui pensent que je suis mauvais, d'autres qui pensent que Valentino est mauvais… Il y a beaucoup de personnes ignorantes dans ce monde, alors je n'y prête pas attention", sourit l'Italien, sûr de son fait.

Très fier de ce qui a été accompli cette année, et en particulier à partir du Mugello où une tournure différente a été prise, Andrea Dovizioso sait qu'il doit voir le verre à moitié plein. "Le plus beau, c'est d'avoir vraiment pu jouer le titre et de l'avoir fait durer jusqu'au bout, contre Marc et Honda. À mon avis, au début de l'année, personne ne pensait qu'on y arriverait. Ça, c'est quelque chose d'important. Il est vraiment difficile de remporter des courses, d'être parmi les meilleurs pilotes, mais faire durer le championnat jusqu'à la dernière course contre un grand Márquez et une Honda compétitive, c'est la plus grande satisfaction."

"Réussir à être compétitif toute l'année, avec tout ce qui peut se passer, dans toutes les conditions, sur toutes les pistes, puis arriver à Valence [en lice pour le titre], et même à Valence garder la situation ouverte jusqu'au bout, à mon avis c'est énorme", juge Andrea Dovizioso, auteur de quelques bagarres somptueuses contre Márquez.

"Ce n'est qu'une base"

Avec 90 points de mieux que l'an dernier, le numéro 4 a touché du doigt la récompense suprême, sans toutefois parvenir à succéder à Casey Stoner au palmarès des pilotes titrés en MotoGP avec Ducati. Il ne peut donc y avoir qu'un seul mot d'ordre pour 2018 : retenter sa chance, en cherchant à corriger les quelques points perfectibles qui ont pu peser dans la balance.

"Je suis vraiment convaincu que ce n'est qu'une base. Je garde les pieds sur terre parce que Valentino ou Márquez, des pilotes qui ont gagné énormément, le démontrent : les années peuvent aller dans beaucoup de directions. Rien n'est évident, absolument pas. Mais, à mon avis, ce qui s'est passé cette année nous donne la conscience [de ce que nous pouvons faire]."

"Il y a beaucoup de pilotes compétitifs, et même des jeunes, des débutants, qui sont très forts. Ceci dit, je ne suis pas très inquiet quant à notre compétitivité, même si on connaît très bien nos défauts et qu'il faudrait les améliorer. Si on veut se battre contre Marc, Valentino, Viñales, Dani et beaucoup d'autres pilotes, il faut qu'on soit plus au point sur certains aspects."

partages
commentaires
Pilote de pointe ou développement accru, le dilemme des équipes
Article précédent

Pilote de pointe ou développement accru, le dilemme des équipes

Article suivant

Aspar renomme son équipe MotoGP en hommage à Angel Nieto

Aspar renomme son équipe MotoGP en hommage à Angel Nieto
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021