Pour Dovizioso, on accorde trop d'importance aux rookies le vendredi

Quartararo et Bagnaia ont terminé en tête du vendredi au Mugello, et confirmé leurs progrès, constants pour l’un et récents pour l’autre. Une performance surveillée de près par les top pilotes, sans les inquiéter outre mesure. Andrea Dovizioso, en particulier, en appelle à la prudence dans les analyses.

Pour Dovizioso, on accorde trop d'importance aux rookies le vendredi
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Le deuxième, Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Le deuxième, Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Francesco Bagnaia, Pramac Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Lors du Grand Prix d’Italie, les rookies Francesco Bagnaia et Fabio Quartararo ont fait parler d’eux lors des EL2 en s’imposant devant les pilotes expérimentés. Ce n’est pas la première fois que cette situation se produit pour les deux pilotes, et notamment pour le Français, qui compte déjà plusieurs coups d’éclat à son actif à l'instar de sa pole position à Jerez. Cependant, même s'ils gardent un œil sur eux et reconnaissent leur talent ainsi que leur rapidité d'adaptation, les leaders du championnat ne les considèrent pas encore comme de véritables adversaires.

"Comme toujours, vous leur accordez trop d'importance le vendredi, parce que vous, vous devez écrire, mais le vendredi c'est le vendredi et le dimanche c'est le dimanche. Que Quartararo et Bagnaia soient forts en course, oui, sûrement. Après forts au point de jouer quel résultat ?" lançait un Andrea Dovizioso un peu agacé à l'attention de la presse, au soir de la première journée en Italie.

"Les temps d'aujourd'hui en fin de séance n'ont qu'une valeur limitée", rappelait l'Italien, pointant un parallèle difficile à exercer entre des pilotes menant des time attacks et d'autres travaillant sur la longue durée. Un avis partagé par son ancien coéquipier, Jorge Lorenzo, qui n’a pas été étonné de ces performances. "Avec des pneus neufs et en étant au Mugello, Bagnaia a pu être le plus rapide, il n’y a rien de surprenant", déclarait celui-ci, ne manquant pas de rappeler que le rookie courait à domicile.

Lire aussi :

Il est vrai que la chute de Bagnaia en course et la dixième place finale de Quartararo ont donné raison aux deux pilotes d'expérience. De plus, la spécificité d’un tracé comme celui du Mugello, avec des courbes rapides, tout en fluidité, joue un rôle fondamental dans la rapidité des pilotes arrivant de la catégorie intermédiaire, comme Bagnaia et Quartararo, puisqu’il faut afficher un pilotage doux et être rapide en milieu de virage. "Il ne faut pas les couper comme [le ferait] un pilote MotoGP, donc pour eux, c'est plus simple de le faire comme ça", a commenté Dovizioso. "Et c'est peut-être la raison pour laquelle sur d'autres pistes, ils n'étaient pas aussi rapides que nous."

Un pilotage typé Moto2

Arrivé lui aussi du Moto2, Marc Márquez est passé par la même phase que les deux débutants, et ne peut que constater que leur performance en Italie est on ne peut plus normale, aidée par la compétitivité de leurs machines : "Les rookies sont rapides, et en arrivant du Moto2 ils ont un petit quelque chose en plus en passage en courbe, or petit à petit on le perd pour gagner sur d’autres points. C’est un circuit sur lequel le passage en courbe est très important et en ce sens le Moto2 les aide."

L'Espagnol a en effet roulé un temps dans la catégorie reine comme il le faisait en Moto2 et a offert dès sa première année des travers typiques de son expérience passée, qui ont fini par être affinés pour le voir prendre les virages d'une façon plus adaptée à la puissance de sa nouvelle machine. "Lorsque je suis arrivé en MotoGP, j’avais un gros rythme de passage en courbe, et ensuite j’ai commencé à le perdre pour gagner sur d’autres points. C’est ce qu’il se passe lorsqu’on pilote une moto aussi grosse que la MotoGP pendant plusieurs années, et avec l’expérience on fonctionne bien partout. Mais il y a des endroits comme [le Mugello] où certains virages comme la courbe rapide du Qatar, où Bagnaia et Quartararo − je m’étais retrouvé derrière eux − étaient plus rapides que quiconque. Cela dépend des points forts, et avec les pneus neufs ils en ont profité."

Lire aussi:

Deux rookies qui se démarquent

Il n'en demeure pas moins que, malgré leur avantage sur certaines pistes ou parties de tracé, Bagnaia et Quartararo affichent des progrès notables. "Il est certain qu'ils n'ont pas beaucoup d'expérience et qu'ils deviennent de plus en plus forts à chaque course", reconnaît Dovizioso. Dès les tests de pré-saison, en effet, les deux hommes avaient affiché une compétitivité étonnante pour leurs débuts. À Sepang, tout d’abord, l’Italien avait terminé deuxième derrière la Ducati officielle de Danilo Petrucci, tandis que lors du test suivant, au Qatar, c’était le Français qui s’était classé au second rang derrière la Yamaha de Maverick Viñales. Malgré une nouvelle seconde position lors des EL3 au Qatar, Bagnaia s’était fait plus discret depuis, et avait rencontré des difficultés en courses, avec trois résultats blancs, qui confirment la prudence de ses aînés à le considérer autrement que comme un rookie. Il semble toutefois avoir passé un cap en Italie, selon ses dires, et celui-ci pourrait lui permettre de gagner en régularité aux avant-postes.

De son côté, Quartararo a souvent devancé les pilotes officiels, et s’est clairement affirmé comme le meilleur rookie jusqu’à présent, en décrochant par ailleurs la première pole position de sa carrière en MotoGP dès son quatrième Grand Prix, et en battant le record de précocité de Márquez en la réalisant à 20 ans et 14 jours. "C'est bien d'avoir quelqu'un comme cela dans l'équipe, qui puisse tous nous pousser et nous montrer quelle direction prendre pour la moto", avait même alors déclaré Viñales.

Lire aussi :

Souvent dans le top 10 en essais, Quartararo est le seul débutant à toujours être passé directement en Q2 et à avoir réalisé les meilleures qualifications, en ajoutant à sa pole une cinquième place dès le Qatar et une seconde au Mugello. Il comptabilise de plus 31 points au championnat, tout en conservant une avance de taille comparé aux 12 points du second rookie, Joan Mir. Il est sans conteste le meilleur débutant jusqu'à présent, même s'il lui faut encore acquérir une certaine régularité en course. "C’est un pilote très talentueux", confirme Lorenzo. "Il est certain qu’il est arrivé sur une moto plus maniable et plus facile pour comprendre le MotoGP. Il le fait très bien, il est agressif. Pour de nombreuses raisons, il n’a pas encore concrétisé en course cette régularité, mais il y parviendra bientôt."

Avec Léna Buffa et Guillaume Navarro

partages
commentaires
Pedrosa de retour à la compétition pour le Barry Sheene Memorial Trophy

Article précédent

Pedrosa de retour à la compétition pour le Barry Sheene Memorial Trophy

Article suivant

Crutchlow : "Márquez est meilleur pour piloter le package Honda"

Crutchlow : "Márquez est meilleur pour piloter le package Honda"
Charger les commentaires
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021