MotoGP
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
9 jours
C
GP d'Andalousie
24 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
16 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
29 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
36 jours
C
GP de Styrie
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
44 jours
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
64 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
72 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
79 jours
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
93 jours
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
100 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
107 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
-
08 nov.
Prochain événement dans
121 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
128 jours

Dovizioso : "J'attends beaucoup des prochaines courses"

partages
commentaires
Dovizioso : "J'attends beaucoup des prochaines courses"
Par :
Co-auteur: Léna Buffa
27 avr. 2019 à 11:30

Comme l'an dernier, Andrea Dovizioso se présentera à Jerez en leader du championnat. Cependant, cette fois, il se sent indéniablement plus fort à ce stade de la saison.

Quand on est double vice-Champion du monde en titre, on fait assurément partie des favoris à l'entame du championnat. Mais ce statut est encore renforcé quand on a démontré depuis deux ans être le seul à pouvoir véritablement tenir tête à un pilote de la trempe de Marc Márquez, en lui contestant des victoires dans des bagarres d'anthologie et en lui opposant au fil des mois une résistance que personne d'autre n'a été capable de produire.

Lire aussi :

Grâce au cap franchi dans sa carrière fin 2016, Andrea Dovizioso s'est imposé sans conteste comme le meilleur outsider face à un pilote qui, à 26 ans à peine, s'est déjà constitué l'un des palmarès les plus astronomiques de la discipline. Plus expérimenté, le pilote italien a eu besoin de neuf saisons dans la catégorie reine pour réunir toutes les pièces du puzzle et devenir l'un des animateurs réguliers des avant-postes. Reste une étape à passer : réussir à s'imposer non seulement en course, mais aussi au championnat.

Mais ne lui demandez pas si cette année peut être la bonne pour le titre, car on ne prendra pas ce grand maître de la prudence et de la mesure à verser dans un trop-plein d'optimisme. "Les histoires sont encore à écrire et il y a tellement de facteurs à prendre en compte que cela n'a pas de sens d'y penser pour le moment", prévient-il du haut de sa position de leader du championnat, récupérée à Austin après la chute surprise de Márquez.

"L'année dernière aussi, on était arrivés à Jerez premiers au championnat, ça n'est donc pas la question. On a réussi à ramener plus de points que l'année dernière [sur les trois premières courses], et ce avec de meilleures sensations : ça, oui, ça fait la différence", souligne le pilote Ducati.

Repartir à zéro… dans la continuité

Sur la base de ces éléments, bien plus concrets à ses yeux, Dovizioso nourrit de plus grandes attentes pour la prochaine phase du championnat, qui débutera la semaine prochaine avec le premier Grand Prix européen. Car, s'il sait que la concurrence est plus forte cette année, il sent bien aussi que le binôme qu'il forme avec la Desmosedici a progressé.

"À Jerez, je m'attends à ce qu'il y ait beaucoup de pilotes rapides, et puis nous sommes quatre à être très proches au championnat, c'est donc comme si nous repartions pratiquement de zéro. Je dois cependant admettre que mes sensations sont meilleures que l'année dernière, et je m'attends donc à avoir mon mot à dire en Espagne", prévient-il. "À partir de là, on peut être très rapides et les courses qui arrivent ensuite peuvent être encore meilleures pour nous. L'envie est forte, parce que je crois que l'on peut être plus compétitifs que l'an passé, et on l'était déjà en 2018. J'attends beaucoup des prochaines courses."

Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Depuis que Borgo Panigale a retrouvé le chemin de la victoire après une absence de six ans de la plus haute marche du podium, les planètes se sont peu à peu alignées et la Desmosedici n'a eu de cesse d'être peaufinée. Une moto qui a gardé son ADN, comme aime à le dire Dovizioso – comprenez qu'elle a toujours le même défaut de maniabilité en milieu de virage –, mais qui parvient à moins céder de terrain sur les pistes qui ne lui conviennent pas vraiment, et c'est précisément ce qu'a prouvé le numéro 4 en obtenant une troisième et une quatrième places en Argentine et au Texas.

Lire aussi :

"Notre moto est la plus éloignée de toutes les autres. Quand on est en bagarre, pour nous il est difficile de rester avec les autres parce qu'on doit piloter d'une façon très différente. Mais je la connais bien, on peut donc être compétitifs aussi à Jerez. À partir de la seconde moitié de l'année dernière, on a sans cesse obtenu des résultats important et on est en train de continuer sur cette lancée cette année aussi."

"Ces deux dernières années, j'ai appris à vivre les courses les unes après les autres, et à travailler sereinement", souligne Dovizioso, conscient aussi de l'atout que représente son équipe dans ce défi. "Nous sommes désormais un groupe rodé, qui travaille ensemble depuis de nombreuses années, et c'est important car pendant les week-ends de course nous devons toujours travailler sur de petits détails, que l'on peine à voir de l'extérieur mais qui permettent de faire la différence. Nous avons été bons ces dernières années, mais nous continuons à progresser et nous sommes premiers au classement."

Article suivant
Pour Roberts, le meilleur ennemi de Márquez, c'est lui-même

Article précédent

Pour Roberts, le meilleur ennemi de Márquez, c'est lui-même

Article suivant

Photos - Les 10 pilotes espagnols vainqueurs en 500cc/MotoGP

Photos - Les 10 pilotes espagnols vainqueurs en 500cc/MotoGP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Andrea Dovizioso Boutique
Équipes Ducati Team Boutique
Auteur Matteo Nugnes