Un championnat irrégulier "déstabilisant" pour Dovizioso

Si la variété des pilotes ayant figuré aux avant-postes en cette première partie de championnat peut être perçue comme une richesse de la saison 2020, Andrea Dovizioso y voit plutôt le signe d'une situation qui n'est pas sous contrôle.

Un championnat irrégulier "déstabilisant" pour Dovizioso

Pour la quatrième saison consécutive, Andrea Dovizioso est en lutte pour le titre, et ce dans ce qui est peut-être le scénario le plus favorable avec l'absence exceptionnelle de Marc Márquez. Les deux premiers mois de compétition, constituant le premier tiers du championnat, ont toutefois laissé le pilote italien insatisfait, car s'il a été auteur d'une victoire il n'est toutefois pas parvenu à sortir du mois d'août en tête de la hiérarchie comme il l'espérait.

Bien qu'il n'accuse qu'un déficit minime (trois points) sur le leader, Dovizioso peste contre une course au titre rendue très incertaine par la forte instabilité qui s'est exprimée sur ces cinq premières manches, et qui s'est notamment illustrée lors des rendez-vous autrichiens qui lui ont valu une victoire et une cinquième place.

"La situation au championnat est bonne, mais quand on connaît autant de hauts et de bas on n'a pas la situation sous contrôle", estime le pilote Ducati. "Je n'ai donc pas un bon feeling en ce moment, car je ne pense pas qu'on ait la situation sous contrôle pour pouvoir pousser sur certaines pistes, et chaque jour, à chaque course, on peut connaître beaucoup de hauts et de bas. Ça ne m'est jamais arrivé, ni à nous en général, ces quatre ou cinq dernières années, et j'ai du mal avec ça. Je suis très déçu par rapport à ça, car personne, vraiment personne, n'a été régulier jusqu'à présent depuis la première manche. Et je pense que c'est quelque chose d'inhabituel."

Lire aussi :

Après avoir arraché un podium à a première course, à Jerez, Dovizioso a dû se contenter d'une sixième place lors du deuxième Grand Prix disputé sur la même piste avant d'enchaîner par un week-end "sans" à Brno qui s'était soldé par une 11e position. Vainqueur de la quatrième manche, au Red Bull Ring, il a encore subi un revers la semaine suivante sur le même circuit.

Si une défaillance due à la couverture chauffante de son pneu arrière a permis d'éclairer à posteriori les difficultés qu'il a rencontrées en course au Grand Prix de Styrie, le pilote Ducati n'en oublie pas l'autre sujet de tension lié aux pneus, celui d'une nouvelle carcasse introduite cette année à l'arrière et qui l'a mis en difficulté dès le début de l'année. "C'est déstabilisant", dit-il à ce propos, "car ces hauts et ces bas arrivent parce que le pneu est différent et son fonctionnement n'est pas clair."

Battu trois ans de suite par Marc Márquez au championnat, le pilote italien peine pour le moment à se montrer optimiste quant à ses chances de parvenir à ses fins en l'absence du prodige espagnol, tant ses repères sont brouillés dans le travail de préparation qu'il mène d'une piste à l'autre.

"Personne n'a la situation sous contrôle et c'est la confirmation des difficultés que j'avais eues à la première course. Comment peut-on dire qu'untel fait ceci ou cela de bien quand il y a autant de hauts et de bas ? C'est une situation difficile et pour moi ou mon équipe, qui avons la caractéristique d'être réguliers, ne pas réussir à l'être est déstabilisant. Personne n'a les réponses. Tout le monde fait des suppositions, mais s'il y a eu des hauts et des bas de la part de tous les pilotes ça veut dire que la situation n'est pas sous contrôle", considère-t-il.

"On s'est rarement retrouvés dans une telle situation. Je ne veux pas être négatif, car la situation au classement est excellente, on a toutes nos chances. Mais quand on ne sait pas si on peut contrôler certaines choses ou qu'on ne peut pas savoir que l'on peut être forts dans certaines situations et pas dans d'autres, c'est très compliqué. D'habitude, le travail est différent : on fait des plans, on travaille, on a des certitudes. Mais, là, le travail est anéanti par ces situations. On n'a pas d'explications et je défie quiconque de m'en donner."

Si la question pneumatique est au cœur des préoccupations d'Andrea Dovizioso depuis le début de la préparation de cette saison, d'autres font un constat comparable après avoir eux-mêmes subi des variations sensibles de leur compétitivité durant ces deux premiers mois de compétition. Valentino Rossi notamment, bien que plus distancé au championnat, porte le même regard que celui de son compatriote sur cette instabilité.

"Aujourd'hui, pour être compétitif il faut bien faire travailler les pneus. Si l'on y arrive, tout est beaucoup plus facile dès le vendredi et on se porte aux avant-postes. [Mais] la semaine suivante, on change de piste et tout va mal, plus rien ne fonctionne et on termine derrière. Le plus grand problème c'est que personne ne comprend pourquoi, alors c'est quelque chose de difficile à résoudre", concède Rossi, pointant "la fenêtre d'utilisation très réduite" des gommes actuelles.

partages
commentaires
Pour Espargaró, les résultats d'Aprilia ne montrent pas son potentiel

Article précédent

Pour Espargaró, les résultats d'Aprilia ne montrent pas son potentiel

Article suivant

Cal Crutchlow, sur le départ, se sent moins soutenu par Honda

Cal Crutchlow, sur le départ, se sent moins soutenu par Honda
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021