Dovizioso voudrait changer le système d'accession à la Q2

Le MotoGP étudie la possibilité que seuls les Essais Libres 3 déterminent qui accède directement à la phase finale des qualifications, un changement qui selon Andrea Dovizioso permettrait de mieux travailler pendant les week-ends.

Jeudi à Austin, Andrea Dovizioso s'est dit en faveur d'une modification du système d'accession à la Q2, aujourd'hui basé sur le cumul des temps établis lors des trois premières séances d'essais libres et que le pilote italien souhaiterait voir concentré uniquement sur les Essais Libres 3.

"J'ai beaucoup poussé pour cela à la Commission de sécurité", a-t-il expliqué en répondant à une question de Motorsport.com à la veille des premiers essais à Austin. "Je l'avais déjà fait l'année dernière, mais cela n'avait pas été pris en considération. En Argentine, j'ai ressorti ce sujet et j'ai reçu beaucoup de soutien de la part de tous les pilotes, par conséquent ils [les instances dirigeantes] y travaillent. Il n'est pas dit que cela se fera, et on ne sait pas quand cela se ferait, mais à mon avis c'est essentiel."

Trop peu de temps pour travailler posément

À l'heure actuelle, les pilotes de la catégorie reine disposent de trois séances d'essais libres de 45 minutes – deux le vendredi et une le samedi matin – pour préparer leur Grand Prix mais aussi établir un classement combiné des plus importants : les dix pilotes les plus rapides au cumul de ces trois séances accèdent en effet directement à la Q2, tandis que les autres doivent en passer par la Q1 et tenter d'y décrocher les deux tickets de repêchage mis en jeu.

Selon Andrea Dovizioso, cette découpe du week-end pose plusieurs difficultés, à commencer par le manque de temps de préparation qui découle de la nécessité de devoir chasser le chrono. "Le problème c'est que, si on met cette règle en place, le vendredi devient plus ennuyeux", concède-t-il. "Mais vu comment sont organisés les week-ends, on n'a pas le temps de travailler, jamais, parce qu'il faut toujours signer un temps en fin de séance. Cela signifie qu'il faut utiliser plus de pneus et il faut de toute façon travailler en pensant qu'il faut faire un temps à la fin de la séance."

"Cela ne permet pas de travailler, or 45 minutes ça n'est pas beaucoup. En 45 minutes, on fait au maximum trois sorties : il y en a une pour faire un temps et deux pour travailler, on n'y arrive pas", explique-t-il. "Et surtout on n'arrive pas à tester les pneus : on a trois pneus avant et trois pneus arrière, on n'arrive pas à les tester."

Avec le système actuel, la logique veut que les meilleurs chronos soient établis le samedi matin pendant les EL3, mais il n'est pas rare que certains pilotes se distinguent grâce à un temps enregistré le vendredi et qui leur permet de se maintenir dans le top 10 au terme des EL3. Il arrive également que cette séance matinale soit gâchée par une dégradation de la météo et que les temps de la veille restent par conséquent meilleurs, pour autant Dovizioso plaide en faveur de ce changement en arguant que les conditions seraient identiques pour tous lors des EL3, quelle que soit leur degré de difficulté.

"Si les EL3 pouvaient être la séance qui décide qui accède à la Q1 ou à la Q2, il y aurait deux séances le vendredi [pour travailler]. Les conditions peuvent ne pas être parfaites le vendredi matin sur certaines pistes, mais on a quand même deux séances pour tourner et travailler de façon relax. Au lieu de ça, ce ne sont [aujourd'hui] que deux séances durant lesquelles on pousse comme en qualifs. Et puis il y a beaucoup de pilotes qui y sont rapides et qui ensuite en course ne sont plus là. Ça complique donc le travail."

Propos recueillis par Oriol Puigdemont

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Sous-évènement Jeudi
Circuit Circuit of the Americas
Pilotes Andrea Dovizioso
Équipes Ducati Team
Type d'article Actualités