Confiant, Dovizioso ne se soucie pas de sa position pour le moment

partages
commentaires
Confiant, Dovizioso ne se soucie pas de sa position pour le moment
Par : Willy Zinck
18 févr. 2018 à 17:01

L'Italien met un point d'honneur à se concentrer sur ses sensations au cours de ces essais de pré-saison, plutôt que de garder un œil constamment sur la hiérarchie.

Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Iannone et Andrea Dovizioso
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Jorge Lorenzo et Andrea Dovizioso, Ducati Team

Très en vue lors de la reprise des essais officiels fin janvier à Sepang, Ducati est resté quelque peu dans l'ombre au cours des essais de Buriram. Andrea Dovizioso repart en effet de Thaïlande avec le septième temps final, après avoir ferraillé le premier jour avec Marc Márquez, avant de rentrer dans le rang.

Mais loin d'être révélateurs du niveau des Desmosedici officielles cette saison, la marque italienne a au contraire souhaité mettre à profit ces tests, sur un circuit plutôt à leur avantage, pour observer un programme particulièrement fourni.

Il y a bien sûr eu les trois carénages distincts d'étrennés, mais les efforts se sont recentrés ce dernier jour sur l'amélioration du châssis, loin d'être du goût de Jorge Lorenzo jusqu'à présent.

Concernant son voisin de garage italien, les sensations ont été plutôt bonnes aujourd'hui, même s'il est difficile de tirer des conclusions sur les réels gains, du fait de l'absence de comparaison avec d'autres circuits.  

"Ce matin on a plus travaillé sur le châssis, et j'ai senti quelque chose de différent par rapport à hier", explique Dovizioso. "C'était positif, j'ai fait un temps avec ce châssis. J'ai des points positifs et négatifs, mais globalement je me sens bien. Comme je l'ai dit hier, la majorité du temps quand vous essayez quelque chose, ça n'est pas simple de sentir immédiatement la différence."

Des circuits peu représentatifs 

Sur le circuit de Sepang, Casey Stoner avait remis en cause l'utilité de réaliser des essais sur le tracé malaisien, au profil atypique et dont les conditions météorologiques peuvent compromettre une bonne partie du temps de roulage.

Des récriminations dont pourraient également faire l'objet Buriram, ainsi que Losail, le premier proposant un profil bien spécifique composé pour l'essentiel de phases d'accélération et de freinage, alors que les essais au Qatar se dérouleront quant à eux de nuit, soit un cas unique là encore dans le calendrier.

Mais peu importe, il faut faire avec ce qu'on a, semble souffler Dovizioso, qui espère malgré tout que les décisions prises sur ces deux circuits déboucheront sur des solutions applicables sur la majorité des pistes du championnat.

"On doit attendre le Qatar, ces deux circuits ne sont pas les meilleurs pour prendre une décision, mais ce sont les deux circuits que l'on a pour l'instant", philosophe l'Italien. "On doit les utiliser de la meilleure des manières, et je suis content d'aujourd'hui, du chrono. Malheureusement je n'ai pas pu mettre tous les bons secteurs dans le même tour, mais ça n'est pas important. Faire un 1'29"9 ou un 1'30"1 ne va pas affecter ni ma saison, ni le feeling que j'ai."

Son meilleur temps du jour, Dovizioso l'a effectué avec le pneu arrière soft. Un résultat un peu en deçà de ce qu'il pouvait espérer, alors que son rival pour le titre en 2017, Marc Márquez, a roulé plus de deux dixièmes plus vite que lui avec un mélange pourtant médium.

Mais là encore, le numéro 4 fait fi de sa position par rapport à la concurrence, préférant se concentrer sur ses sensations, très bonnes au demeurant pour l'instant, ainsi que du déroulement global de ces tests. "Je suis content de la manière de travailler, et ce qu'on a compris de notre matériel. Je me sens bien, je me sens rapide, et c'est tout. Au niveau d'être meilleur que les adversaires, la position, etc., je ne sais pas, et je ne m'en soucie pas trop car ça n'est pas le moment."

Avec Michaël Duforest

Prochain article MotoGP
Viñales : Buriram ? "Les pires" essais depuis qu'il est chez Yamaha

Article précédent

Viñales : Buriram ? "Les pires" essais depuis qu'il est chez Yamaha

Article suivant

Rossi, amer : "On a toujours des problèmes"

Rossi, amer : "On a toujours des problèmes"
Charger les commentaires