Dovizioso retient une course encourageante à Jerez, malgré la chute

Le pilote Ducati se félicite de la force de progression de son équipe lorsqu'un week-end de course semble défavorable à la Desmosedici, comme ce fut le cas en Espagne.

Dovizioso retient une course encourageante à Jerez, malgré la chute
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, après l'accident
Jorge Lorenzo, Ducati Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team, Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Charger le lecteur audio

Envoyé au tapis alors qu'il se battait pour une place sur le podium du GP d'Espagne, Andrea Dovizioso a commencé la saison européenne de la plus mauvaise des manières, avec un zéro pointé. La conséquence a été immédiate : il est passé de la première à la cinquième place du championnat, laissant Marc Márquez prendre le leadership pour la première fois cette année.

Une fois la colère retombée face aux points envolés dans un incident malheureux, le pilote Ducati a tenté de voir les événements du week-end de Jerez sous un prisme encourageant : le niveau qu'il a affiché était bien plus compétitif qu'il pouvait s'y attendre en début de week-end, sur une piste parmi les plus défavorables à la Desmosedici.

Sixième le premier jour, l'Italien a glissé en dehors du top 10 le samedi matin, s'obligeant ainsi à en passer par la Q1 avant de décrocher une modeste huitième place sur la grille. Pourtant, il avait exprimé à la veille de la course un optimisme, qui n'était pas feint. "Normalement, quand je dis que je peux me battre pour le podium, je ne mens pas !" souriait-il après-coup. "J'ai dit cela [samedi après-midi], car on a beaucoup progressé entre le matin et l'après-midi et affiché un très bon rythme. En course, tout peut arriver, mais on savait qu'on avait un très bon rythme. Au final, c'était encore mieux en course, mais aussi parce que plusieurs pilotes rapides étaient vraiment à la limite et ont fait une erreur."

"Tour après tour, on peut apprendre des lignes, et j'étais très constant, très rapide. Malheureusement je suis parti très loin, il a donc fallu que je gagne les positions les unes après les autres, sans faire d'erreur. C'était le point négatif, car si j'avais été dans la position de Jorge [Lorenzo] quand Marc est passé en tête, j'aurais peut-être pu le suivre, car il était rapide mais ce n'était pas impossible. Tout le monde était à la limite, c'est pour ça que beaucoup de pilotes ont chuté devant, mais ce n'était pas impossible", assure Dovizioso.

Andrea Dovizioso semble donc retrouver une dynamique similaire à celle de l'année dernière. Lorsqu'il se sait moins performant que la concurrence, l'essentiel pour lui sera de tout mettre en œuvre pour combler au maximum son retard et grimper le plus haut possible dans la hiérarchie, évitant par tous les moyens de s'en tenir au constat, parfois négatif, de la première journée de roulage.

"Une nouvelle fois, on a très bien travaillé et on a pris une bonne décision sur les réglages et le carénage. Quand on est à sept dixièmes du plus rapide le samedi matin et qu'en course on se bat pour la victoire, ça veut dire qu'on a fait du bon travail", se félicite-t-il, conscient que la capacité de réaction de son team en fait la force.

"La façon dont s'est déroulé ce week-end fait encore plus peur à nos adversaires, et à juste titre, pas uniquement pour ce que nous avons fait en course et pour ce que nous aurions pu rapporter, mais aussi pour la façon dont nous avons réussi à gérer ce week-end. Je défie quiconque de trouver sept dixièmes le samedi matin, de sorte à pouvoir jouer la gagne le dimanche. Il y a donc de nombreux aspects très positifs, à mon avis."

Quant à expliquer pourquoi il a finalement été rapide en course, le choix du carénage à pontons avant n'est pas l'unique facteur déterminant, l'équation étant en réalité bien plus complexe à ses yeux. "J'ai des idées, mais pas la réponse précise, parce que sur les deux dernières courses on n'a pas été compétitifs. Il y a toujours une raison technique, le nouveau carénage entre aussi en jeu, les pneus sont différents… De nombreux facteurs influencent le résultat et le week-end, il faut donc entrer dans le détail et essayer de les comprendre au mieux pour pouvoir les gérer."

"Je ne me sens pas de dire qu'après ce résultat, à Jerez, on pourra jouer la victoire tous les week-ends, parce que ça n'est pas le cas. Mais il y a beaucoup de choses positives dans ce qui s'est passé ce week-end", retient le vice-Champion du monde en titre, désormais distancé de 24 points par le leader.

25-0 pour Márquez

C'est la première fois depuis Silverstone l'année dernière qu'une course se conclut sur un 25-0 entre Márquez et Dovizioso, à ceci près que c'est cette fois l'Italien qui en fait les frais. Lorsqu'il était interrogé après la course sur le poids qu'aurait ce score dans la course au titre, face à un Márquez qui ne commet que de rarissimes erreurs en course, le pilote Ducati en a appelé à la mesure.

"Le nombre d'erreurs que fait Márquez, on en reparlera à la fin de l'année. Que peut-il se passer dans le MotoGP d'aujourd'hui ? Je ne saurais pas le dire moi-même, qui suis pilote. Je ne m'inquiète pas de ça. L'important c'est d'être rapide, pour avoir la situation en main et pouvoir gérer les choses, le reste ne dépend pas de soi. Par contre, quand on n'est pas rapide, on a du mal à rattraper ou à battre ses adversaires. La priorité est d'être rapide ; pour ce qui est du reste, on a l'expérience, aussi j'espère qu'on pourra le gérer et jouer le titre."

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Honda et Iannone confirment lors de deux jours de tests au Mugello
Article précédent

Honda et Iannone confirment lors de deux jours de tests au Mugello

Article suivant

Futur de Dovizioso : Ducati veut "régler ce problème dès que possible"

Futur de Dovizioso : Ducati veut "régler ce problème dès que possible"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021