Dovizioso déçu, certain d'avoir eu un problème de pneu

Andrea Dovizioso ne peut cacher sa déception après avoir perdu en course le potentiel qu'il avait ressenti lors des essais du Grand Prix du Styrie. Finalement chanceux d'avoir pu changer de pneus grâce au drapeau rouge, il a obtenu la cinquième place.

Dovizioso déçu, certain d'avoir eu un problème de pneu

Une semaine après sa victoire au Red Bull Ring, Andrea Dovizioso n'était plus que l'ombre de lui-même lors de la seconde course menée sur place. Si l'on pouvait craindre que la pluie ne rebatte les cartes alors que la menace des orages a plané jusqu'au bout, c'est finalement d'un problème de pneu qu'est venu le calvaire du pilote Ducati, qui s'est dit certain que quelque chose ne tournait pas rond.

"La première partie de la course a été très mauvaise, une situation très étrange", regrette-t-il. "On a beaucoup travaillé, on a fait de très longs runs en essais, tout a très bien fonctionné et je me sentais très bien pour la course. Mais dès le premier tour, les pneus n'ont pas fonctionné normalement et tour après tour c'est devenu très mauvais. Je suis donc assez certain qu'il y a eu quelque chose. On a déjà parlé avec Michelin, il va falloir qu'on analyse cela et on verra ce qu'il en ressortira. Je ne veux pas dire trop de choses car il faut qu'on mène ces analyses. Mais le fait est que tout a très mal fonctionné."

Lire aussi :

Auteur du neuvième temps seulement en qualifications, Dovizioso avait mis sa faiblesse passagère du samedi sur le compte des changements de pilotage qu'il a dû opérer pour s'adapter ces dernières semaines au nouveau pneu arrière, expliquant avoir perdu l'agressivité nécessaire pour le time attack. Seulement, le pilote Ducati restait très confiant pour la course, et à juste titre à en juger par le rythme qu'il parvenait à afficher sur la durée.

Parti avec une monte medium-medium (contre medium-soft le week-end précédent) dans les conditions relativement fraîches de cette course avec un thermomètre descendu à 36°C au sol, il a d'emblée senti un changement qui allait lui gâcher la course. "Avec le premier [pneu] je suis certain qu'il y avait quelque chose, parce que j'avais une très bonne vitesse en essais, on avait beaucoup travaillé pour la course, or dès le premier tour j'ai manqué de vitesse et tour après tour la dégradation a été très forte. Je suis très déçu de voir quelque chose comme ça, car on n'a pas le pouvoir de le contrôler."

Battu de plusieurs dixièmes au tour par les leaders, parfois même d'une demi-seconde, il n'était que huitième, distancé de 8"3, lorsque le drapeau rouge a mis fin à son calvaire. "J'ai eu de la chance, parce qu'avec le drapeau rouge j'ai pu changer de pneu et le soft a fonctionné normalement. J'ai donc pu me maintenir dans le premier groupe ", souligne-t-il, lui qui est reparti avec deux pneus tendres pour le sprint final.

Lire aussi :

Bien que plus à son aise, Dovizioso a toutefois rencontré d'autres difficultés pendant cette seconde partie de la course. "Malheureusement, je n'ai pas pu opérer de dépassements car je suis parti de la troisième ligne et tout le monde allait très vite. Quand on est derrière, on ne peut pas freiner normalement. C'est encore plus marqué ici, en Autriche, car quand on freine il n'y a qu'une trajectoire et avec l'aspiration et la température atteinte par le pneu, la moto est impossible à arrêter. Mon point fort c'étaient les freinages, mais quand on suit d'autres pilotes on ne peut pas freiner là où on le voudrait."

"Et puis je suis toujours en difficulté en sortie de virage. C'est la raison pour laquelle je ne pouvais pas préparer les dépassements, parce que je n'arrivais pas à sortir avec autant de vitesse que les pilotes qui me devançaient. Je n'ai rien pu faire, j'ai poussé pu maximum du début à la fin", affirme Andrea Dovizioso.

Pour ne rien arranger, alors qu'il était quatrième à une demi-seconde d'Oliveira en entrant dans le dernier tour, il n'a non seulement pas pu se battre pour la victoire mais a même perdu une position dans les ultimes instants au profit de Joan Mir. "J'ai fait une erreur dans le dernier tour, au virage 3, qui était le seul endroit où je pouvais [mieux freiner]. Je voulais réduire mon retard sur Oliveira parce qu'il était juste là, mais j'ai freiné trop tard et j'ai élargi", explique-t-il.

partages
commentaires
Touché à l'épaule, Miller sauve un podium en mode guerrier

Article précédent

Touché à l'épaule, Miller sauve un podium en mode guerrier

Article suivant

L'équipe de Viñales a ignoré les recommandations du fournisseur de freins

L'équipe de Viñales a ignoré les recommandations du fournisseur de freins
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021